Présentation

  • : L'IMPORTANT C'EST D'AIMER
  • L'IMPORTANT C'EST D'AIMER
  • : Réflexions perso, Spiritualité, Peintures Photos, Poème, Paroles des Maîtres... , sagesse, spiritualité, connaissance, envol, beatitude, liberté, et tout ce qui fait de la vie un ART
  • Contact

LIVRE D'OR

http://www.swisstools.net/guestbook


 

 








J'ai fini mon livre

Vous pouvez le commander directement
sur : http://
www.lulu.com/content/3071277 

compteur
compteur

Recherche

divers

Un Maître se promenait avec un disciple. En chemin, il lui désigna une plante et lui demanda s'il en connaissait le nom.
- La belladone, répondit le disciple. Elle peut tuer celui qui en mange les feuilles.
-Oui, mais elle ne peut tuer celui qui se contente de l'observer, réliqua le Maître.
De même les désirs négatifs ne peuvent causer aucun mal si vous ne vous laissez pas séduire par eux.

c'est l'importance que l'on donne à la pensée négative qui peut nous nuire... l'observation la laisse passer.
 

L'AMOUR...

OM NAMO BAGHAVATE VASU DEVAYA




Quand je parlerais les langues des hommes et des anges,
si je n’ai pas l’amour,
je suis du bronze qui résonne ou une cymbale qui retentit.

Quand j’aurais le don de prophétie,
la science de tous les mystères
et toute la connaissance
quand j’aurais même toute la foi
jusqu’à transporter des montagnes,
si je n’ai pas l’amour,
je ne suis rien.


Et quand je distribuerais tous mes biens pour la nourriture des pauvres,
 quand je livrerais même mon corps pour être brûlé,
 si je n’ai pas l’amour,
cela ne me sert à rien.

L’amour est patient, l’amour est serviable, il n’est pas envieux ;
 l’amour ne se vante pas,
il ne s’enfle pas d’orgueil,
il ne fait rien de malhonnête,
il ne cherche pas son intérêt,
 il ne s’irrite pas, il ne médite pas le mal,
il ne se réjouit pas de l’injustice, mais il se réjouit de la vérité,
 il pardonne tout, il croit tout, il espère tout,
il supporte tout.

L’amour ne succombe jamais.
Que ce soient les prophéties, elles seront abolies ;
les langues, elles cesseront ; la connaissance, elle sera abolie.
 Car c’est partiellement que nous prophétisons ;
mais quand ce qui est parfait sera venu, ce qui est partiel sera aboli.

 trois choses demeurent :
la foi, l’espérance, l’amour ;
 mais la plus grande, c’est l’amour.

Recherchez l’amour

21 août 2014 4 21 /08 /août /2014 17:38

LA RENONCIATION – l’abandon
La renonciation est le 6ème attribut. Contentez vous d’observer ce qui se passe avec votre respiration, ce qui arrive avec elle, qui est très profond à l’intérieur de vous – spécialement quand quelque chose est désagréable. Si quelqu’un vous fait un compliment, ce n’est pas profondément enraciné en vous. Ça ne devient pas une partie du souffle – mais si quelqu’un vous insulte, chaque respiration que vous faites tant en inhalant qu’en expirant brule ( Aditi : dans le sens d’une souffrance qui se manifeste à chaque respiration, le souffle se modifie). N’est-ce pas ? Les choses plaisantes deviennent elles aussi une part de vous, mais généralement, les gens restent plus bloqués sur le négatif que sur le positif. Naturellement quand vous aimez quelqu’un, l’amour est aussi très profond en vous. Si vous aimez quelque chose, ou si vous avez un idéal, cela devient votre véritable respiration. Certains sont engagés à faire quelque chose pour l’environnement – ils pensent à cela jour et nuit ; quand quelqu’un a un projet dans la tête, alors ce projet s’intègre et devient une partie de lui – ils sont complètement dans ça… c’est bien.
La renonciation est cependant la capacité de tout laisser tomber et de se reposer, se détendre. Beaucoup de gens n’ont aucun succès dans leur projet parce qu’ils deviennent fiévreux. Ils manquent de « d’abandon, de lâcher prise »… Que ça vous plaise ou non, vous abandonnez chaque nuit, avant d’aller au lit. Si vous ne laissez pas tomber pas vous ne pouvez pas dormir. L’insomnie est un signe de non renoncement, les soucis sont un signe de non renoncement. Les soucis c’est être bloqué avec quelque chose (une pensée) - c’est l’incapacité à lâcher-prise. Le renoncement c’est « laisser aller », lâcher prise.
A quoi pouvez vous vous accrocher? Vous partirez d’ici ! Vous pensez que vous allez être sur terre en permanence, éternellement, dans ce corps, avec cette robe, dans ce costume avec lequel vous êtes venus ici ? C’est comme le clown et « Monsieur Loyal »– Monsieur Loyal laisse le clown prendre le centre de la scène pendant un certain temps, mais si le clown en fait trop Monsieur Loyal le jette dehors ! Quand cela arrive, c’est que votre temps est écoulé ! Il vaut mieux laisser aller, lâcher prise avant d’être forcé à lâcher prise, de toute façon vous devrez lâcher prise !
A quoi pouvez-vous vous accrocher?
Vous ne pouvez même pas vous accrocher à votre propre forme, votre propre corps, et vous essayez de vous accrocher à d’autres choses dans le monde ? N’est-ce pas très étrange ? Vous pensez que vous avez le contrôle sur votre corps ? Je vous le dis, vous n’avez aucun contrôle sur lui ! Nous voudrions, et nous essayons de contrôler la pensée, les sentiments et les comportements des autres personnes - nous essayons de contrôler la façon dont ils pensent, ressentent ou vivent. Comment pouvez-vous contrôler la vie de quelqu’un d’autre ? N’est-ce pas un paradoxe ? Plus une personne manque de contrôle, plus elle essaie de contrôler les autres, mais une fois que l’on a un contrôle total sur soi-même, on ne contrôle plus rien ni personne. Cela amène une grande liberté.
C’est Bhagawan. La renonciation se vit dans une totale liberté, et laisse alors une totale liberté aux autres.
Toutefois, la renonciation résonne comme si c’était complètement le contraire, et les gens sont effrayés. Oh ! Je vais perdre le contrôle de ma vie. Quel contrôle pensez-vous avoir ? C’est une telle illusion ! ( Aditi : attention, il est exact que nous n’avons aucun contrôle sur le corps, sur la durée de notre vie, cependant, la seule chose que nous pouvons contrôler ce sont nos pensées et les actes qui s’ensuivent. Les événements arrivent, et là en « agissant » nous pouvons « contrôler- dans le sens de ne pas se laisser submerger »- la façon dont nous appréhendons la suite à donner. Si nous réagissons aux événements, alors nous plongeons et ce sont les événements qui nous contrôlent… c’est un point très important à comprendre !)
En fait, c’est l’inverse – vous obtenez plus de contrôle sur vous même et votre vie ! La nature sera avec vous. Si vous dites « qu’il n’y ait pas de tempête » il n’y aura pas de tempête.
C’est « Sankalpa ». Ce n’est pas contrôler – c’est un phénomène naturel. C’est la renonciation – « laisser aller ». « De toute façon, rien ne m’appartient, pas même ce corps, ni ces pensées, ces sentiments ou émotions. Rien de tout ça est mien. Ils sont seulement là pour un certain temps… et ils viennent de leur propre chef, et s’en vont aussi de la même manière. » N’est-ce pas ? Supposez, vous êtes malheureux. Soyez malheureux ! Pouvez vous maintenir le même degré de mécontentement aujourd’hui, demain et après demain?
Vous ne pouvez pas prolonger votre tristesse pour toujours – pas avec la même intensité. Vous pouvez défier quiconque à ce sujet ! La personne la plus dépressive sur terre, ne peut maintenir le même degré de dépression chaque jour. Tous ces sentiments vont et viennent, mais votre nature, qui est joie, qui est paix, qui est plénitude, reste la même, pour l’éternité. Vous venez et partez, tellement de fois, dans de nombreux corps, mais votre nature demeure la même.
La renonciation, l’abandon c’est être dans le Moment Présent.
Nous avons une mauvaise compréhension de l’abandon! C’est l’abandon qui vous donne la capacité d’être dans le moment présent. Vous ne pouvez être dans l’instant présent, si vous ne renoncez pas. Renoncer ne signifie pas, être indifférent, insensible. Les gens renoncent aux choses quand ils sont dégoutés, en disant, « je laisse tomber » ou « qu’il aille au diable ». Ce n’est pas renoncer. Jeter quelque chose quand on est en colère ou frustrer, ce n’est pas renoncer. Cela arrive, quand vous essayez de tenir bon, et quand vous ne tenez plus, vous êtes contraints de lâcher prise. Alors vous maudissez et laissez tomber. (Aditi: parce que vous n’avez plus le choix la souffrance est parfois trop importante, on arrive plus à supporter, mais ce n’est pas renoncer, renoncer signifie que nous posons un acte en pleine conscience.)
La renonciation vient avec la sagesse. Si vous pensez, Je serai heureux, après avoir fait toutes ces choses - alors je renoncerai ou j’aurai tout fait, alors je pourrai être libre - cela n’arrivera jamais. Votre capacité à « laisser aller » à « lâcher prise » avec les choses, que ce soit fini ou non - là où ca en est à ce moment précis, c’est le renoncement, c’est la sagesse.
Imaginez que vous êtes entrain de lire un livre palpitant… fermez le livre, allez vous coucher et dormez. Etes vous capable de faire cela ? Ou si vous êtes entrain de regarder un film, pendant le voyage en avion, vous décidez que vous voulez vous reposer - vous fermez vos yeux. Le moment suivant, vous voulez savoir ce qui est arrivé dans le film, et vous ouvrez vos yeux ! Avez vous déjà fait ceci ? Quelque chose vous tente : « Hey ! Qu’est ce qui s’est passé ? » Alors à nouveau votre esprit dit : « oh ce sont des bêtises ! Laisse moi dormir ». Vous fermez les yeux, vous somnolez une minute ou deux et à nouveau vous ouvrez les yeux pour voir ce qui arrive ! L’esprit court toujours. Vous êtes incapable de lui mettre un frein et de stopper ! Cette capacité à s’arrêter, se retirer, retourner au Soi, encore et encore, à tout moment, est le renoncement. (aditi : cela ne se peut qu’en redevant conscient, l’observation de la respiration vous ramène à l’instant présent, vous retourner à la Source. Cela est possible à tout le monde et cependant combien d’entre vous y pensent ? Quel que soit le problème qui se faufile avec les pensées, vous avez toujours la possibilité de laisser tomber en respirant ! Personne ne peut le faire pour vous)
Dans la Gita il est dit : « Na hi asannyasta-sankalpo yogi bhavati kascana »(6 :2). On ne peut jamais atteindre le « yoga », à moins de renoncer aux pensées.
Par exemple, vous êtes assis pour méditer, et les pensées commencent ; « Je dois faire ça demain ; peut être je chercherai un cours pour la semaine prochaine, ou pour le mois prochain » et puis ça continue. « D’accord, cela se produira de cette façon, de cette manière… » Quoi que ce soit, ce que vous voulez cuisiner demain, ou d’aller à l’épicerie – l’esprit court sans cesse, (l’esprit fuit l’instant présent). Par exemple, vous planifiez vos vacances longtemps en avance, et quand le jour arrive, vous n’êtes même plus content ! N’est-ce pas ? Les gens ne font-ils pas cela ? Ils planifient leur vacance en détail et ils y vont… puis ils ont une dispute avec leur conjoint et c’est parti !!! Alors ils expliquent ce qu’ils ont dit, ce que cela signifie… ce qui ne fait qu’empirer les choses ! (et ça gâche tout !)
Très bien- vous faites de grands projets. Puis, laissez tout tomber, asseyez vous pour méditer.. Vous avez fait des choses merveilleuses dans le passé, ou vous avez fait des choses désespérées dans le passé, et vous vous asseyez et vous pensez, « Oh ! J’ai fait ceci, j’ai fait cela… » si cela dérange votre esprit, vous ne pouvez jamais être en méditation. Laisser tomber ce que vous avez fait ! Laissez tomber ce que vous voulez faire… et soyez dans le moment présent totalement. Alors, la méditation commence ; elle arrive – la force d’être dans deux dimensions simultanément, arrive. Quand vous êtes en silence, vous n’agissez pas, et cependant, vous agissez en même temps. Vous êtes au milieu du chaos, mais à l’intérieur, vous êtes tellement tranquille, paisible. Vous vivez ces opposés simultanément et cette capacité est dans tout le monde, sous forme de graine.
La renonciation a été très mal comprise. Vivre dans le moment présent, rendre l’esprit libre, c’est la renonciation. Cela n’enlève pas le plaisir de la vie. Vous savez les gens on une idée fausse – ils ne veulent pas être des moines, ils veulent profiter de la vie ! Le mot « renoncement, abandon » a été déformé de sa signification – ça ne peut pas être plus tordu ! Le mot « renonciation » effraie tout le monde ! Je vous le dis, il n’y a rien d’effrayant à ce sujet !
Ce sont les 6 attributs de Bhagawan (la Divinité) –
La Présence, la renommée, les 8 types de richesse, le Dharma, la Sagesse et la renonciation. Vous ne pouvez pas laissez la renonciation de côté, et avoir les 5 autres. Ce serait incomplet, et très dangereux. Laisser la sagesse et prendre le reste… ou similairement, la renommée sans la sagesse n’est d’aucune utilité. Ce n’est pas complet sans les 6 branches.
La fleur, qui s’épanouit, a les 6 pétales.

Partager cet article

Repost 0

commentaires