Présentation

  • : L'IMPORTANT C'EST D'AIMER
  • L'IMPORTANT C'EST D'AIMER
  • : Réflexions perso, Spiritualité, Peintures Photos, Poème, Paroles des Maîtres... , sagesse, spiritualité, connaissance, envol, beatitude, liberté, et tout ce qui fait de la vie un ART
  • Contact

LIVRE D'OR

http://www.swisstools.net/guestbook


 

 








J'ai fini mon livre

Vous pouvez le commander directement
sur : http://
www.lulu.com/content/3071277 

compteur
compteur

Recherche

divers

Un Maître se promenait avec un disciple. En chemin, il lui désigna une plante et lui demanda s'il en connaissait le nom.
- La belladone, répondit le disciple. Elle peut tuer celui qui en mange les feuilles.
-Oui, mais elle ne peut tuer celui qui se contente de l'observer, réliqua le Maître.
De même les désirs négatifs ne peuvent causer aucun mal si vous ne vous laissez pas séduire par eux.

c'est l'importance que l'on donne à la pensée négative qui peut nous nuire... l'observation la laisse passer.
 

L'AMOUR...

OM NAMO BAGHAVATE VASU DEVAYA




Quand je parlerais les langues des hommes et des anges,
si je n’ai pas l’amour,
je suis du bronze qui résonne ou une cymbale qui retentit.

Quand j’aurais le don de prophétie,
la science de tous les mystères
et toute la connaissance
quand j’aurais même toute la foi
jusqu’à transporter des montagnes,
si je n’ai pas l’amour,
je ne suis rien.


Et quand je distribuerais tous mes biens pour la nourriture des pauvres,
 quand je livrerais même mon corps pour être brûlé,
 si je n’ai pas l’amour,
cela ne me sert à rien.

L’amour est patient, l’amour est serviable, il n’est pas envieux ;
 l’amour ne se vante pas,
il ne s’enfle pas d’orgueil,
il ne fait rien de malhonnête,
il ne cherche pas son intérêt,
 il ne s’irrite pas, il ne médite pas le mal,
il ne se réjouit pas de l’injustice, mais il se réjouit de la vérité,
 il pardonne tout, il croit tout, il espère tout,
il supporte tout.

L’amour ne succombe jamais.
Que ce soient les prophéties, elles seront abolies ;
les langues, elles cesseront ; la connaissance, elle sera abolie.
 Car c’est partiellement que nous prophétisons ;
mais quand ce qui est parfait sera venu, ce qui est partiel sera aboli.

 trois choses demeurent :
la foi, l’espérance, l’amour ;
 mais la plus grande, c’est l’amour.

Recherchez l’amour

11 avril 2016 1 11 /04 /avril /2016 07:14

DEPENDRE TOTALEMENT DE DIEU.

Une belle histoire dans les anciennes écritures saintes de l’Inde, le Mahabharata enseigne clairement ce qu’on entend par « un abandon total au Divin ».

Une belle princesse nommée Draupadi à été conduite à la cour du Roi. En ce temps là, quand vous vouliez montrer que vous aviez eu la victoire sur quelqu’un, vous faisiez quelque chose qui nuisait à sa réputation. Le Roi a alors décidé de faire honte à Draupadi en lui faisant enlever son Sari. En faisant cela, il ruinerait la réputation du mari de Draupadi.

Un sari a 6 ou 7 mètres de tissu qui sont gracieusement enroulé avec des plis délicats autour de la taille ?

Le Roi se mit à tirer sur le sari de Draupadi, et bien qu’elle s’accrochait à lui fermement, il a réussi à enlever un tour du Sari. Draupadi était effrayée, elle pria Dieu sous la forme de Krishna « Krishna, Krishna… » mais ses cris restaient sans réponse. Dans une minute, son sari serait retiré. Sa force était bien moindre que celle du Roi. Prenant conscience de la situation dans laquelle elle se trouvait, elle pensa « c’est le dernier tour de mon sari ; si je le perds je serai condamnée. »

À ce moment là une grande prise de conscience est venue en elle. « Que puis-je faire ? Je ne peux pas faire davantage pour moi. Krishna, si vous voulez me mettre dans cette honte, je l’accepte. Je te fais confiance totalement, ma vie est entre tes mains. »

Sur ce, elle lâcha son sari et cria « Krishna ». Draupadi était là appelant Krishna en pleurant, alors que le Roi impitoyablement tiré sur le dernier tour du sari. Mais après ce dernier, il y en eut un autre et encore un autre, il semblait que le sari n’avait pas de fin. Le tissu n’en finissait pas de venir. Le roi compris que cela venait de quelque part. Il était épuisé de tirer sur un tissu qui n’avait pas de fin.

Draupadi était sauvée.

Cette histoire illustre une grande vérité. Même Dieu, ne peut venir vous aider tant que vous avez foi en votre propre force. Si vous n’êtes pas totalement « abandonné » à Lui, il ne peut rien faire. Il dit : « ok, vous avez encore de la force, alors pourquoi ne prendriez vous pas soin de vous-même. »

Un abandon total signifie tout donner à Dieu et dépendre entièrement de Lui.

OM Shanti, Shanti, Shanti.

Commentaire Aditi :

En fait c’est la démonstration de votre « libre arbitre », vous pensez que vous êtes suffisamment intelligent, fort etc… et vous faites le choix de conduire votre vie.

Et les choix que vous faites amènent avec eux un lot de difficultés qui se nomment alors le Karma. Ces actions accomplies à partir de vos propres pensées, sont parfois bien et parfois ne donnent pas les résultats escomptés, elles amènent leur lot de souffrance.

Si nous comprenons l’essentiel qui est « TOUT EST CONSCIENCE, TOUT EST DIEU » et que nous ne sommes qu’un rouage dans cette grande mécanique, nous laissons tomber toutes nos résistances, celles qui nous font penser que nous savons mieux que… etc… et nous nous abandonnons totalement à cette énergie qui ne nous veut que du bien… nager à contre courant est fatigant, épuisant parfois. Mais se laisser porter par lui, est reposant.

Cette énergie de vie est autour et en nous… c’est elle qui nous mènera là où notre vie doit se manifester dans sa totalité, soit, notre Dharma… ce qui est bon pour nous.

Mais, pensons nous que cette énergie est toute puissante ?

Que c’est grâce à elle que nous sommes maintenus en vie… que nous croyons, que nous sommes tout puissant…

cette conscience, cette énergie, que nous appelons Dieu, ou la vie… joue avec elle-même, c’est pourquoi elle est les deux faces d’une même pièce… Il n’y a pas une pièce blanche et l’autre noire, non, il y a d’un coté le blanc et l’autre face est noire. Et ce sont ces deux faces contraires qui permettent le jeu et le Je.

Notre pensée est obligatoirement limitée, puisqu’elle s’appuie sur du connu. Nous cherchons dans notre base de donnée, consciemment ou inconsciemment les solutions aux problèmes. En lâchant prise, en ne nous accrochant pas à notre mental, donc, à notre égo… une profonde détente s’installe et c’est l’ouverture à l’inconnu, cet inconnu qui détient la vérité, et les solutions… ou pas de solution parce que vous avez mal posé le problème et qu’il ne peut être solutionné. Dans cette profonde détente l’intuition surgit…

L’égo est trompeur, il nous fait croire que c’est Nous et nous seul qui peut trouver la solution.

Dieu joue à cache cache avec lui-même.

Partager cet article

Repost 0

commentaires