Présentation

  • : L'IMPORTANT C'EST D'AIMER
  • L'IMPORTANT C'EST D'AIMER
  • : Réflexions perso, Spiritualité, Peintures Photos, Poème, Paroles des Maîtres... , sagesse, spiritualité, connaissance, envol, beatitude, liberté, et tout ce qui fait de la vie un ART
  • Contact

LIVRE D'OR

http://www.swisstools.net/guestbook


 

 








J'ai fini mon livre

Vous pouvez le commander directement
sur : http://
www.lulu.com/content/3071277 

compteur
compteur

Recherche

divers

Un Maître se promenait avec un disciple. En chemin, il lui désigna une plante et lui demanda s'il en connaissait le nom.
- La belladone, répondit le disciple. Elle peut tuer celui qui en mange les feuilles.
-Oui, mais elle ne peut tuer celui qui se contente de l'observer, réliqua le Maître.
De même les désirs négatifs ne peuvent causer aucun mal si vous ne vous laissez pas séduire par eux.

c'est l'importance que l'on donne à la pensée négative qui peut nous nuire... l'observation la laisse passer.
 

L'AMOUR...

OM NAMO BAGHAVATE VASU DEVAYA




Quand je parlerais les langues des hommes et des anges,
si je n’ai pas l’amour,
je suis du bronze qui résonne ou une cymbale qui retentit.

Quand j’aurais le don de prophétie,
la science de tous les mystères
et toute la connaissance
quand j’aurais même toute la foi
jusqu’à transporter des montagnes,
si je n’ai pas l’amour,
je ne suis rien.


Et quand je distribuerais tous mes biens pour la nourriture des pauvres,
 quand je livrerais même mon corps pour être brûlé,
 si je n’ai pas l’amour,
cela ne me sert à rien.

L’amour est patient, l’amour est serviable, il n’est pas envieux ;
 l’amour ne se vante pas,
il ne s’enfle pas d’orgueil,
il ne fait rien de malhonnête,
il ne cherche pas son intérêt,
 il ne s’irrite pas, il ne médite pas le mal,
il ne se réjouit pas de l’injustice, mais il se réjouit de la vérité,
 il pardonne tout, il croit tout, il espère tout,
il supporte tout.

L’amour ne succombe jamais.
Que ce soient les prophéties, elles seront abolies ;
les langues, elles cesseront ; la connaissance, elle sera abolie.
 Car c’est partiellement que nous prophétisons ;
mais quand ce qui est parfait sera venu, ce qui est partiel sera aboli.

 trois choses demeurent :
la foi, l’espérance, l’amour ;
 mais la plus grande, c’est l’amour.

Recherchez l’amour

22 mars 2006 3 22 /03 /mars /2006 19:52
Ah! ce mental...
       Mais qu'a-t-il donc à sauter d'une pensée à une autre, sans aucune logique, sans ordre?   Pourquoi faut-il qu'il nous entraîne toujours ailleurs que là où nous devrions être? Pourquoi, lorsqu'une belle pensée arrive faut-il qu'il nous propose une autre solution que celle que nous avions eu en premier lieu...
 Son rôle est de nous perturber, de nous éloigner de l'instant présent... Les pensées ont des lieux de prédilections, le passé ou l'avenir.
Mais qu'est-ce que le passé? Pouvons-nous y revenir, le modifier? Non, n'est-ce pas. Cependant nous replonger dans le passé crée des regrets, de la colère, nous ressassons des choses finies, mortes, le passé est mort... Ressasser le passé nous épuise car la colère est une énergie épuisante. Le passé ne pourra jamais être autre chose que ce qu'il a été.
 Qu'est-ce que l'avenir? Avons-nous une certitude de ce que sera notre avenir? Non, cette projection dans un futur illusoire crée en nous l'anxiété. Quels que soient les plans que nous pouvons faire pour cet avenir, qui, nous dit que ce sera ainsi... Quelqu'un de malheureux croit que son avenir est foutu, alors que si d'instant en instant il prépare cet avenir, il a des chances que celui-ci soit meilleurs que son présent.
 Mais, car il y a un mais..., ce ne sont pas les "pensées" qui vont changer ou non l'avenir, ce sont les actes, ce que nous allons mettre en oeuvre pour y parvenir...   "Les Maîtres disent :  Fais tout ce que tu peux, mais ne t'accroche pas au résultat"... Si l'on fait les choses à 100% alors nous n'aurons aucun regret, et notre vie sera tout simplement ce qu'elle devra...  
    La plupart du temps nous ignorons tout de notre mental, nous croyons que toutes ces pensées sont réelles et nous appartiennent.  Ainsi nous ne cessons de nous juger, de nous trouver nul, mauvais etc...  Et l'amour dans tout cela... Comment aimer l'autre si nous sommes incapables de nous aimer nous-mêmes?
    La vie est une belle histoire et nous l'écrivons jour après jour, elle n'est pas statique, toute faite... Nous sommes les artisans de notre vie, bonheur ou malheur. Si nous n'avons souvent aucun contrôle sur la maladie, nous pouvons avoir un contrôle sur notre mental. C'est ainsi que deux personnes atteintes du même mal n'auront pas la même attitude devant la maladie. L'une se laissera aller à son "malheur", l'autre "vivra".
    Une certaine qualité de l'esprit est indispensable pour affronter la vie.  Ce n'est pas un "long fleuve tranquille", c'est un fleuve qui nous amène vers l'Océan.

    Une petite histoire pour illustrer ce mental...

    Un riche commerçant était dans un bateau qui traversait le fleuve. Arrivé au milieu du fleuve le bateau coula... le marchand ne savait pas nager, il vit que le commandant était accroché à un tronc d'arbre.
Il l'interpella et lui dit : S'il vous plait, emmenez moi avec vous, mettez moi sur ce tronc je ne sais pas nager. Si vous faites cela je vous donnerai toute ma fortune car je suis extrêmement riche.
L'homme le mit sur le tronc et nagea en le tirant pour arriver à la berge.  Lorsqu'il eut parcouru une certaine distance, le riche lui dit : "Ecoutez, je ne peux pas vous donner toute ma fortune car si je m'en sors ma famille me tuera, je vous donnerai la moitié de ma fortune et l'autre moitié je la donnerai à ma famille."
 L'homme continua à tirer le tronc, et il n'était plus qu'à quelque distance du bord, à ce moment le riche lui dit :  Si nous faisions un accord, nous partagerons la moitié chacun de la part qui vous revient, je suis sur que vous me comprenez, vous ne voulez pas que je sois pauvre, n'est-ce pas?
L'homme continua à nager, il avait dû tellement forcé, il était très fatigué, c'est que le riche mangeait surement à plus que sa faim chaque jour, et lui était plutôt maigre, il avait une famille à nourrir. Enfin ils arrivèrent sur la berge.
Le riche descendit et lui tendit un billet 10 dollars. L'homme resta bouche bée. Le riche lui dit alors : " Voyons, c'est suffisant, de toute façon vous auriez nagé jusqu'à la berge, donc vous n'avez rien fait d'exceptionnel, c'est bien payé".

    Le mental est retors et oublie les promesses faites quelques instants auparavant et se trouve toujours des excuses pour ne pas agir. Mais si l'homme contrôle sont mental, alors il devient généreux sans regret.

Aditi  - 22/3/06


   
 

Partager cet article

Repost 0

commentaires