Présentation

  • : L'IMPORTANT C'EST D'AIMER
  • L'IMPORTANT C'EST D'AIMER
  • : Réflexions perso, Spiritualité, Peintures Photos, Poème, Paroles des Maîtres... , sagesse, spiritualité, connaissance, envol, beatitude, liberté, et tout ce qui fait de la vie un ART
  • Contact

LIVRE D'OR

http://www.swisstools.net/guestbook


 

 








J'ai fini mon livre

Vous pouvez le commander directement
sur : http://
www.lulu.com/content/3071277 

compteur
compteur

Recherche

divers

Un Maître se promenait avec un disciple. En chemin, il lui désigna une plante et lui demanda s'il en connaissait le nom.
- La belladone, répondit le disciple. Elle peut tuer celui qui en mange les feuilles.
-Oui, mais elle ne peut tuer celui qui se contente de l'observer, réliqua le Maître.
De même les désirs négatifs ne peuvent causer aucun mal si vous ne vous laissez pas séduire par eux.

c'est l'importance que l'on donne à la pensée négative qui peut nous nuire... l'observation la laisse passer.
 

L'AMOUR...

OM NAMO BAGHAVATE VASU DEVAYA




Quand je parlerais les langues des hommes et des anges,
si je n’ai pas l’amour,
je suis du bronze qui résonne ou une cymbale qui retentit.

Quand j’aurais le don de prophétie,
la science de tous les mystères
et toute la connaissance
quand j’aurais même toute la foi
jusqu’à transporter des montagnes,
si je n’ai pas l’amour,
je ne suis rien.


Et quand je distribuerais tous mes biens pour la nourriture des pauvres,
 quand je livrerais même mon corps pour être brûlé,
 si je n’ai pas l’amour,
cela ne me sert à rien.

L’amour est patient, l’amour est serviable, il n’est pas envieux ;
 l’amour ne se vante pas,
il ne s’enfle pas d’orgueil,
il ne fait rien de malhonnête,
il ne cherche pas son intérêt,
 il ne s’irrite pas, il ne médite pas le mal,
il ne se réjouit pas de l’injustice, mais il se réjouit de la vérité,
 il pardonne tout, il croit tout, il espère tout,
il supporte tout.

L’amour ne succombe jamais.
Que ce soient les prophéties, elles seront abolies ;
les langues, elles cesseront ; la connaissance, elle sera abolie.
 Car c’est partiellement que nous prophétisons ;
mais quand ce qui est parfait sera venu, ce qui est partiel sera aboli.

 trois choses demeurent :
la foi, l’espérance, l’amour ;
 mais la plus grande, c’est l’amour.

Recherchez l’amour

31 mars 2006 5 31 /03 /mars /2006 08:26



    De quelle façon écoutons-nous? Savons-nous écouter?

    L’écoute n’est pas le fruit du hasard, cela découle d’une observation sans complaisance de ce que nous sommes face à quelqu’un qui parle.

    Dans un premier temps les mots révélés par la bouche de l’autre frappe notre oreille, résonne dans notre inconscient qui cherche les  informations relatives à ce qui est dit...
     Nous serons donc d’accord avec ce que notre inconscient estime vrai ou juste ou en opposition avec ce qu’il estime faux... Puis viendront à notre bouche les mots d’accord ou de désaccord, les questions à poser etc... Mais dans tout cela Où est l’Écoute? Nous croyons écouter, mais notre mental pense à...  Nous croyons dialoguer alors qu'en fait nous dialoguons avec notre inconscient et nous nous vantons d’avoir eut une conversation avec un tel ou un tel... La vérité c'est que si nous avons "dialoguer", c'est souvent parce que l'autre pense comme moi.

    L’écoute ne peut se faire que dans le cas où notre mental est devenu silencieux, où notre inconscient a cessé de s’interposer entre nous et l’autre.

    Pour progresser dans la vie, il nous faut admettre nos erreurs, puis accepter qu’elles nous appartiennent et nous employer à transcender celles-ci...
    Pour l’écoute, nous allons passer par le processus suivant: ACCEPTER que l’autre parle en s’effaçant, afin de comprendre ce qu’il dit et ressent, c’est de SON expérience qu’il s’agit et non de la nôtre. C’est ainsi que nous pouvons apprendre, pas en disant « oui » ou « non » d’une façon irréfléchie.

    Avez-vous remarqué comme il est agaçant, voire frustrant de dévoiler ce que l’on ressent à quelqu’un en qui nous avons confiance et de s’entendre dire : “non, ce n’est pas ça” "tu n'es pas malade" "personne ne t'en veut" etc... Nous pouvons, bien sûr, nous tromper sur les intentions des autres, ou notre santé par peur... (c'est un autre problème)(nous parlons ici de l'écoute).

    Prenons un exemple : par une journée ensoleillée ou il fait chaud pour la majorité des gens, vous voilà soudain pris de frissons et vous vous mettez un pull... à vos côtés les autres se mettent à ricaner et à dire “tu as froid, mais non il ne fait pas froid, tu es fou de te mettre un pull”...
    Phrase en apparence anodine tant qu’il y parait, mais d’un point de vue psychologique nous sommes blessés par la moquerie, l’incompréhension des autres.

    L’écouter c’est réellement entendre, voir ce que dit et vit l’autre, c’est pour autant que cela est possible se glisser dans sa peau pour comprendre...

    L’écoute est donc un atout fondamental. Premièrement pour savoir ce que dit l’autre, car dans l’écoute la conscience est en éveil et les cinq sens qui lui servent de support aussi, ainsi on entend, l’on voit, l’on sent, l’on touche, l’on goûte ce que dit l’autre.
    Dans l’écoute, les silences sont aussi importants que les mots, les gestes, les mimiques, le regard de l’autre qui se voile de tristesse tout en voulant faire croire qu’il est heureux, est pressenti, dans la véritable écoute, en réalité, peu de gens sont capables d’écouter sans s’impliquer eux-mêmes, inconsciemment dans l’histoire de l’autre.
    La véritable écoute amène l’autre à se dévoiler - sans brusquerie, sans trop de douleur- à lui-même, à sa propre vérité. C’est dans le véritable dialogue que la prise de conscience se fait.

    Vous avez sûrement fait cette expérience de parler de vous-mêmes... ne vous êtes-vous jamais posés la question à savoir Comment vous pouviez vous parler et vous répondre simultanément?
    Savoir écouter c’est avoir vu notre propre mensonge... très souvent nous nous mentons à nous même ainsi nous inventons des scénarios où nous voyons la projection de nos désirs et non de notre réalité.
    Il n’est pas aussi simple que cela d’écouter, cela n’est pas donné à tout le monde. Écouter parler l’autre ou nous écouter revient au même car nous découvrons la vérité et non le masque.
    Dans l’écoute, toute curiosité mal saine est bannie. Le silence est parfois plus nécessaire que la parole, car les mots sont trop souvent hélas! source de maux... maux qui proviennent du malentendu...; nous avons mal compris, l’autre s’est mal exprimé et nous voilà avec une blessure à cicatriser, un manque de confiance.
    Voyons un exemple qui se produit souvent avec les enfants;
    L’enfant refuse d’aller se coucher, mais vous désirez qu’il aille se coucher...
    Vous le criez et le couchez de force... soit l’enfant va finir par se taire, le mutisme n’est pas mieux que la colère exprimée, soit ses pleurs vont redoubler.
    Pourquoi ne pas dès lors adopter l’attitude de l’écoute pour savoir et  comprendre : POURQUOI il ne veut pas aller se coucher?
    Peut-être a-t-il peur? Ne lui répondez pas “il n’y a aucune raison” écoutez sa détresse , de QUOI, a-t-il peur? Qu’est-ce qui se cache derrière cette peur? Peut-être est-ce la peur d’être abandonné pendant son sommeil? La peur que vous partiez et qu’il ne vous revoit plus? la peur de mourir ou que vous mouriez?
    L’écoute permet à l’autre d’exprimer les non-dits, d’extirper le problème et d’aller au-delà.
   
Écouter c’est rester neutre, ne pas juger, ne pas objecter, ne pas critiquer mais être accueillant, nous accueillons la PAROLE de l’autre car c’est à travers son expression qu’il se dévoile... cet accueil est COMPASSION.

    Lorsque la parole s’exprime dans un  tel climat de confiance et d’amour quel que soit le problème soulevé, le voile se déchirera pour laisser venir la solution...  “Il n’y a pas de problèmes, il n’y a que des solutions”... c’est ainsi que l’autre décortique ses blocages et trouve le chemin de la liberté.
    L’écoute attentive doit aussi bien se manifester face à une personne qui a des problèmes que face à un enseignement ou autre.
    Face à un enseignement, nos réactions sont les mêmes... nous disons oui à ce qui correspond à notre savoir, notre attente, notre désir et non à ce qui correspond à nos peurs.

    Nous devons tout d’abord apprendre à nous écouter avant même de pouvoir écouter autrui.

    Qui ne se connaît ne peut prétendre connaître autrui.

    L’écoute est connaissance, l’on apprend sur soi tout en aidant l’autre à se découvrir.

Partager cet article

Repost 0

commentaires