Présentation

  • : L'IMPORTANT C'EST D'AIMER
  • L'IMPORTANT C'EST D'AIMER
  • : Réflexions perso, Spiritualité, Peintures Photos, Poème, Paroles des Maîtres... , sagesse, spiritualité, connaissance, envol, beatitude, liberté, et tout ce qui fait de la vie un ART
  • Contact

LIVRE D'OR

http://www.swisstools.net/guestbook


 

 








J'ai fini mon livre

Vous pouvez le commander directement
sur : http://
www.lulu.com/content/3071277 

compteur
compteur

Recherche

divers

Un Maître se promenait avec un disciple. En chemin, il lui désigna une plante et lui demanda s'il en connaissait le nom.
- La belladone, répondit le disciple. Elle peut tuer celui qui en mange les feuilles.
-Oui, mais elle ne peut tuer celui qui se contente de l'observer, réliqua le Maître.
De même les désirs négatifs ne peuvent causer aucun mal si vous ne vous laissez pas séduire par eux.

c'est l'importance que l'on donne à la pensée négative qui peut nous nuire... l'observation la laisse passer.
 

L'AMOUR...

OM NAMO BAGHAVATE VASU DEVAYA




Quand je parlerais les langues des hommes et des anges,
si je n’ai pas l’amour,
je suis du bronze qui résonne ou une cymbale qui retentit.

Quand j’aurais le don de prophétie,
la science de tous les mystères
et toute la connaissance
quand j’aurais même toute la foi
jusqu’à transporter des montagnes,
si je n’ai pas l’amour,
je ne suis rien.


Et quand je distribuerais tous mes biens pour la nourriture des pauvres,
 quand je livrerais même mon corps pour être brûlé,
 si je n’ai pas l’amour,
cela ne me sert à rien.

L’amour est patient, l’amour est serviable, il n’est pas envieux ;
 l’amour ne se vante pas,
il ne s’enfle pas d’orgueil,
il ne fait rien de malhonnête,
il ne cherche pas son intérêt,
 il ne s’irrite pas, il ne médite pas le mal,
il ne se réjouit pas de l’injustice, mais il se réjouit de la vérité,
 il pardonne tout, il croit tout, il espère tout,
il supporte tout.

L’amour ne succombe jamais.
Que ce soient les prophéties, elles seront abolies ;
les langues, elles cesseront ; la connaissance, elle sera abolie.
 Car c’est partiellement que nous prophétisons ;
mais quand ce qui est parfait sera venu, ce qui est partiel sera aboli.

 trois choses demeurent :
la foi, l’espérance, l’amour ;
 mais la plus grande, c’est l’amour.

Recherchez l’amour

1 juillet 2006 6 01 /07 /juillet /2006 08:11
Quand vient la fin de l’été…. Sur la plage… Il faut alors se quitter, peut-être pour toujours, oublier cette plage et nos baisers…

Quand vient la fin de l’été, l’automne a déjà commencé à s’installer, doucement, insidieusement, presque imperceptiblement et pourtant un jour, on se réveille, il fait plus frais,   le soleil n’a plus le même éclat, les arbres revêtent leur robe rousse ou perdent leur beau feuillage…  Ils se dénudent… ont-ils le choix ?  Non, la nature est reine, la vie est ainsi, on n’y peut rien changer…

Il nous tarde toujours au printemps de la vie de connaître les joies de l’été, l’ivresse de l’amour, les joies de la famille, le mari, les enfants…. Nous sommes pressés, nous voulons toujours aller plus vite… enfant, nous désirons être adolescent, adolescent… majeur (pour faire ce que je veux, du moins en avons-nous l’illusion) et puis je serai ceci ou cela, je gagnerai beaucoup d’argent, je partirai en vacances… etc… L’été nous découvrons la vie, les responsabilités, le mari avec ses qualités et ses défauts, nos agacements, nos contradictions, ce qui nous éloigne des autres, notre personnalité s’est forgée durant toutes ces années passées… Nous ne pensons pas à l’automne de la vie, c’est loin… loin… mais l’automne s’installe pourtant très lentement, certes, mais sûrement… de petites ridules, puis une ride, si jolie au coin des yeux parce qu’on sourie souvent… tient un rhumatisme… oh ! je ne peux plus manger ce que je veux…  nous choisissons une alimentation qui nous convient mieux… etc… les enfants grandissent, le collège… puis le lycée… puis la fac… et là nous comprenons que le temps passe en fait très vite… Qu’ai-je fait de ma vie ?  si nous aimons cet automne c’est que nous n’avons pas de regrets, nous avons fait ce que nous voulions, en accord avec notre nature profonde, nos désirs les plus nobles…   (excusez-moi, mais je n’ai encore jamais rencontré quelqu’un qui ayant mené une vie d’apparence, soit heureux à l’automne de sa vie)
C’est le temps «des comptes »…  puis les petits-enfants…  oh comme ils sont beaux, comme nous les aimons… enfants, petits-enfants grandissent et nous disent (sans le vouloir) c’est à nous maintenant… à nous de nous envoler vers nos rêves… C’est ainsi que ce fait le cycle de la vie…

Cet automne, nous tourmente, nous avons des sillons tracés par la vie, par nos joies, nos peines, le travail, la fatigue, la maladie… notre peau n’a plus ce grain, si joli, si fin, elle se casse… notre corps n’a plus cette souplesse extraordinaire de « quand j’étais jeune »…
Plus nous entrons dans l’automne, plus notre vue baisse, nous entendons moins bien, cela agace notre entourage… oh ! mémé… ou oh ! pépé…  je te parle… quoi, tu ne te souviens pas ? mais tu perds la mémoire, ma parole…   nous sortons, nous ne pourrons pas venir te voir, nous allons voir des amis… nous partons en vacances, etc… 

J’ai souvent entendu ces personnes qui entraient dans l’automne de leur vie, et il semble que nous soyons peu nombreux à comprendre leur malaise, ils ne se sentent plus utiles… Car être actif, c’est être utile…  Mais l’automne nous devons quitter notre activité dans la société, nos enfants sont partis, les petits-enfants ont leurs amis… sauf, lorsqu’ils sont encore tout petits, alors là, nos enfants pensent à nous, cela nous ferait tellement plaisir de garder le dernier… il vous aime tant, il est si bien avec vous… et puis cela le fatiguerait de venir chez… ou en vacance avec … etc… Oui, nous sommes heureux de les garder, car cela nous permet d’être utile, malgré la fatigue. Car nous n’avons plus 20 ans…  Mais bizarrement dans ces moment-là, il semble qu’ils aient oublié notre âge…  bien sûr ils nous aiment… mais au fond, en sommes-nous si sûrs que cela… et si je disais non, viendraient-ils encore ? seraient-ils fâchés ? mais nous ne prenons pas le risque de savoir ce qu’ils feraient nos chers petits… non, nous disons oui…

Ce n’est pas encore l’hiver… l’hiver apportera son autre lot de souffrance et d’indifférence de la part de ceux que nous avons guidés pour s’envoler…

L’hiver, c’est le résultat obtenu lors de la canicule…  l’hiver, c’est les hospices qui se remplissent juste avant noël ou les grandes vacances… quand on a des moyens…  L’hiver, c’est « j’ai vu un truc super… » et nous savons qu’ils attendent que l’on dise « combien ça coûte ? », c’est cher, je ne peux pas…. Dis-moi, je vais te donner ce que je peux, si cela peut te rendre heureux (se)…  l’hiver, nous attendons un sourire, nous attendons sans rien demander qu’ils pensent à nous, qu’ils nous sortent de temps en temps, nous ne voulons pas grand-chose, juste savoir que nous comptons pour eux, qu’ils nous aiment encore malgré notre incapacité d’être… ce que nous avons été…  l’hiver, la nuit tombe vite… nous nous couchons tôt… peut-être avec la télé… mais nous dormons si peu, sentant que bientôt nous dormirons pour toujours…

Ce n’est pas du pessimisme, c’est malheureusement la réalité de milliers de personnes âgées… si cela pouvait faire comprendre à ceux qui n’y pensent pas la souffrance, les non-dits, les larmes cachées derrière un sourire, ou un « oui, je vais bien », non, non ne t’inquiète pas, va, amuse-toi…  

Les parents sont ceux qui nous ont donné leur temps, leur amour, et cette infinie patience qu’il faut pour élever des enfants… ils ne sont pas parfaits, ils ne sont, en tous cas, jamais les parents que nous aurions aimé avoir… ils sont trop, ou pas assez…   la roue tourne…

Je ne crois pas que les parents seraient heureux  que leurs enfants soient toujours avec eux… et qu’ils ne vivent pas leur vie…  Non, ce que je pense, avec cette écoute, c’est qu’ils préfèrent la QUALITÉ à la QUANTITÉ… Et la qualité, c’est ce qui se donne avec le cœur…  

Cela dit : passez un bon week-end… ensoleillé… ici, il fait très chaud… peut-être irons-nous à la plage, avec les enfants….  et puis, c'est aussi vrai que l'automne de ma vie approche, je prêche pour ma paroisse!!! (lol)

Aditi

Partager cet article

Repost 0

commentaires