Présentation

  • : L'IMPORTANT C'EST D'AIMER
  • L'IMPORTANT C'EST D'AIMER
  • : Réflexions perso, Spiritualité, Peintures Photos, Poème, Paroles des Maîtres... , sagesse, spiritualité, connaissance, envol, beatitude, liberté, et tout ce qui fait de la vie un ART
  • Contact

LIVRE D'OR

http://www.swisstools.net/guestbook


 

 








J'ai fini mon livre

Vous pouvez le commander directement
sur : http://
www.lulu.com/content/3071277 

compteur
compteur

Recherche

divers

Un Maître se promenait avec un disciple. En chemin, il lui désigna une plante et lui demanda s'il en connaissait le nom.
- La belladone, répondit le disciple. Elle peut tuer celui qui en mange les feuilles.
-Oui, mais elle ne peut tuer celui qui se contente de l'observer, réliqua le Maître.
De même les désirs négatifs ne peuvent causer aucun mal si vous ne vous laissez pas séduire par eux.

c'est l'importance que l'on donne à la pensée négative qui peut nous nuire... l'observation la laisse passer.
 

L'AMOUR...

OM NAMO BAGHAVATE VASU DEVAYA




Quand je parlerais les langues des hommes et des anges,
si je n’ai pas l’amour,
je suis du bronze qui résonne ou une cymbale qui retentit.

Quand j’aurais le don de prophétie,
la science de tous les mystères
et toute la connaissance
quand j’aurais même toute la foi
jusqu’à transporter des montagnes,
si je n’ai pas l’amour,
je ne suis rien.


Et quand je distribuerais tous mes biens pour la nourriture des pauvres,
 quand je livrerais même mon corps pour être brûlé,
 si je n’ai pas l’amour,
cela ne me sert à rien.

L’amour est patient, l’amour est serviable, il n’est pas envieux ;
 l’amour ne se vante pas,
il ne s’enfle pas d’orgueil,
il ne fait rien de malhonnête,
il ne cherche pas son intérêt,
 il ne s’irrite pas, il ne médite pas le mal,
il ne se réjouit pas de l’injustice, mais il se réjouit de la vérité,
 il pardonne tout, il croit tout, il espère tout,
il supporte tout.

L’amour ne succombe jamais.
Que ce soient les prophéties, elles seront abolies ;
les langues, elles cesseront ; la connaissance, elle sera abolie.
 Car c’est partiellement que nous prophétisons ;
mais quand ce qui est parfait sera venu, ce qui est partiel sera aboli.

 trois choses demeurent :
la foi, l’espérance, l’amour ;
 mais la plus grande, c’est l’amour.

Recherchez l’amour

4 juillet 2006 2 04 /07 /juillet /2006 07:36
« C’est un dialogue de sourds »

Les sourds n’entendent pas les propos des autres, c’est normal. Nous ne pouvons pas nous comprendre, l’un et l’autre parlons un langage différent… Pour se comprendre, nous devons être sur la même longueur d’onde… Parler le même langage…… Ainsi, lorsque nous bavardons avec nous-mêmes, il nous est tout autant impossible de prendre part, d’entendre, ce que dit l’autre et de lui répondre, d’être attentif à ses besoins, à ses demandes et ses dires…

Lors d’une émission sur les enfants, à la télé, j’avais entendu un psychologue dire que : les enfants qui font des otites à répétition sont souvent des enfants que l’on n’entend pas…  à méditer…  ce n’est pas pour faire culpabiliser les parents, mais si c’était vrai… Devenir sourd parce qu’on n’entend pas ce que nous avons à dire ! parce que nous ne sommes pas écoutés…

Quelques jours plus tard, j’entendais quelqu’un dire à son fils qui avait à peu près 5 ans…  Oh ! tu as une super maman… Tu as des supers parents… et ce quelqu’un répétait cela à qui voulait l’entendre (car il parlait très fort)(QUI voulait-il persuader, lui ou l'enfant?), comme un moulin à paroles et l’enfant ne cessait de dire : Non, je n’ai pas une super maman !  Non, je n’ai pas de super parents !
Mais si, bien sûr !  Non, non, non,

Quelle peur ? quel fantasme ? quelle culpabilité se cachent derrière cette insistance…
Ce qu’il dit dans ce cas c’est : qu’est-ce que tu racontes, je sais, moi… ce que ressent l’enfant, ce qu’il exprime n’est pas tenu en compte… c’est comme dire à l’enfant, « tu mens »   et chaque fois que nous ré-agissons ainsi, nous disons à l’autre « non, ce n’est pas comme ça, tu mens »…
Alors que cette personne aurait pu engager un dialogue avec son fils pour savoir « pourquoi ? » il ne trouvait pas que sa maman était « une super maman » et ses parents « des super parents »

Cela m’a fait réfléchir, je pense que cette personne ne voulait aucun mal à son enfant, au contraire, elle semblait l’aimer beaucoup….
Il semble parfois « qu’aimer n’est pas suffisant » (Claude Halmos) 
Puis je l’ai entendue dire encore ceci : Il devient sourd, il a un problème d’oreille… Oui, depuis qu’il est tout petit, il fait otites sur otites… Il est parfois intéressant d’observer autrui…  Et si c’était vrai…

Souvent on devient sourd en vieillissant, ne serait-ce pas parce que personne n’entend plus ce que l’on a à dire ! « Ils rabâchent toujours la même chose, leurs douleurs, leurs bobos (imaginaires, pour l’entourage), ils ont trop chaud, ils ont trop froid… Ils sont encombrants, ils vont lentement parce qu’ils ont mal aux jambes,ils n’y voient plus très bien, ils font répéter 20 fois la même chose ils perdent la mémoire ! etc…
Observez, et vous verrez que ce phénomène est courant.

Un jour j’ai lu qu’une société qui ne s’occupe pas de ses personnes âgées était en mauvaise santé…  peut-être, en tous cas, les enfants sont pris en otage par le désir des grands, les vieux oubliés, la pollution, le chômage etc…

La question que je me pose : Est-ce que notre société est en bonne santé ? et si tel est n'est pas le cas, comment y remédier ? Pouvons-nous changer notre attitude ? Ou bien attendons-nous que les autres changent.


 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Julie 04/07/2006 17:36

bonjour!très intéressant, je pense qu'effectivement nous ne pensons pas toujours aux conséquences de nos impatiences et de nos dénis...merci en tous cas, cela fait réfléchir