Présentation

  • : L'IMPORTANT C'EST D'AIMER
  • L'IMPORTANT C'EST D'AIMER
  • : Réflexions perso, Spiritualité, Peintures Photos, Poème, Paroles des Maîtres... , sagesse, spiritualité, connaissance, envol, beatitude, liberté, et tout ce qui fait de la vie un ART
  • Contact

LIVRE D'OR

http://www.swisstools.net/guestbook


 

 








J'ai fini mon livre

Vous pouvez le commander directement
sur : http://
www.lulu.com/content/3071277 

compteur
compteur

Recherche

divers

Un Maître se promenait avec un disciple. En chemin, il lui désigna une plante et lui demanda s'il en connaissait le nom.
- La belladone, répondit le disciple. Elle peut tuer celui qui en mange les feuilles.
-Oui, mais elle ne peut tuer celui qui se contente de l'observer, réliqua le Maître.
De même les désirs négatifs ne peuvent causer aucun mal si vous ne vous laissez pas séduire par eux.

c'est l'importance que l'on donne à la pensée négative qui peut nous nuire... l'observation la laisse passer.
 

L'AMOUR...

OM NAMO BAGHAVATE VASU DEVAYA




Quand je parlerais les langues des hommes et des anges,
si je n’ai pas l’amour,
je suis du bronze qui résonne ou une cymbale qui retentit.

Quand j’aurais le don de prophétie,
la science de tous les mystères
et toute la connaissance
quand j’aurais même toute la foi
jusqu’à transporter des montagnes,
si je n’ai pas l’amour,
je ne suis rien.


Et quand je distribuerais tous mes biens pour la nourriture des pauvres,
 quand je livrerais même mon corps pour être brûlé,
 si je n’ai pas l’amour,
cela ne me sert à rien.

L’amour est patient, l’amour est serviable, il n’est pas envieux ;
 l’amour ne se vante pas,
il ne s’enfle pas d’orgueil,
il ne fait rien de malhonnête,
il ne cherche pas son intérêt,
 il ne s’irrite pas, il ne médite pas le mal,
il ne se réjouit pas de l’injustice, mais il se réjouit de la vérité,
 il pardonne tout, il croit tout, il espère tout,
il supporte tout.

L’amour ne succombe jamais.
Que ce soient les prophéties, elles seront abolies ;
les langues, elles cesseront ; la connaissance, elle sera abolie.
 Car c’est partiellement que nous prophétisons ;
mais quand ce qui est parfait sera venu, ce qui est partiel sera aboli.

 trois choses demeurent :
la foi, l’espérance, l’amour ;
 mais la plus grande, c’est l’amour.

Recherchez l’amour

6 juillet 2006 4 06 /07 /juillet /2006 07:55

MOI : Je reviens vers Toi, mon âme, j’ai besoin que tu éclaircisses quelques mystères, parce que j’ai du mal à comprendre… Hier soir, c’était la demi-finale de foot, FRANCE-PORTUGAL …
Et, bien sûr comme tous les Français j’espérais que la France gagne… Dans ces cas-là, je le sais, tant les Français que les Portugais prient …  Alors comment fais-tu pour satisfaire un seul des combattants ?  et puis, après la joie des uns, la tristesse des autres, mais aussi la folie qui s’empare de ceux qui ont un peu trop bu, de ceux qui ont la haine etc…  Je ne comprends rien, explique-moi s’il te plait…


L’AME : Voyons, c’est simple, tu te souviens lorsque tu étais enfant, et que tu jouais à la maîtresse d’école avec des élèves imaginaires… Toi, tu y croyais à ces élèves, alors tu choisissais parmi eux, le meilleur élève, le turbulent, le tricheur, le plus mauvais élève, celui qui n’y comprenait rien…
Tu faisais  faire une dictée, souviens-toi… Tu écrivais ce que toi-même tu dictais, et au premier de la classe tu ne lui faisais pas faire de faute, au dernier, je te demande juste de te souvenir combien de fautes tu lui faisais faire… C’était un jeu… Tu étais toi-même, l’institutrice, et les élèves… Et quelques fois même l’inspecteur d’Académie …  TU JOUAIS, avec Toi… Avais-tu des préférences ?  pouvais-tu avoir de réelle préférence ? Non, puisque tout cela était « imaginaire »… Tu imaginais ceci ou cela pour JOUER, et tu jouais avec toi…
Ou bien, pour trouver un autre exemple, quand tu étais une reine avec sa cour, ton frère, ton voisin, plus jeune… Puis, tout à coup tu devenais la Princesse qui aimait et son chevalier devait aller demander ta main à la Reine, ta mère…   Souviens-toi des jeux que tu INVENTAIS par plaisir de jouer… Et peut-être que si tu y réfléchis bien tu continues à jouer… N’es-tu pas quelques fois, la sœur, la mère, l’épouse, la grand-mère, l’amie, la tante, l’instructeur, la femme de ménage, la cuisinière, la repasseuse… ET soyons sérieux, quand ton frère te parle, il te parle avec complicité, il ne s’adresse pas à toi comme il s’adresse à sa femme, ou à son fils… vous vous souvenez de vos jeux, vous aimez bien être ensemble, sachant que désormais, chacun a une famille et d’autres rôles à tenir. Et tes filles, tu sais bien qu’elles ne te parlent pas comme si tu étais une femme, mais bel et bien comme leur mère. Et  la complicité entre ta petite-fille et toi, qui d’autre a la même…  Bien sûr, certains rôles semblent être moins intéressant, moins rigolos… Mais en fait cela est un jeu, Non ?   car au fond QUI es-tu ?  Sinon MOI…  Tu vois, comme c’est simple…  La vie est un JEU continue, hier soir, j’ai fait de la France le gagnant, qu’est-ce que cela peut faire… Dans la RÉALITÉ du JE il n’y a ni gagnant, ni perdant…  Sauf, quand ceux que je mets en scène divaguent.


MOI : Ok, je crois comprendre, mais comment se fait-il que tes acteurs divaguent ?  tu ne les maîtrises pas ? 

L’AME :Dis donc, quand tu jouais, n’avais-tu pas l’impression que le dernier de la classe divaguait ? et que faisais-tu ? tu le punissais, tout en sachant que c’était un Jeu… Quoi que quelques fois tu y croyais tellement à ton jeu, que tu pouvais pleurer quand ta poupée tombait, ou le jour ou elle s’est cassée la jambe… Tu te souviens, comme tu as pleuré… Ta mère l’a réparée comme elle a pu… Tes parents t’ont consolé… Et alors…
Tu vois que toi aussi tu as divagué à travers tes propres mises en scène, mais en passant, n’oublie pas que c’était MOI qui t’insufflait ce jeu…  Pourquoi ils divaguent ? parce qu’ils se prennent pour le corps, ils confondent… Le corps, l’esprit, l’intelligence, la haine… Ils croient que tout cela leur appartient… S’il n’y avait pas ce désir de tout s’approprier, de se prendre pour le corps, la haine n’existerait pas.


MOI : Mais pourquoi, mets-tu la haine dans le cœur de l’homme ?


L’AME : Je ne mets pas la haine dans le cœur de l’homme, c’est lui qui crée la séparation, pas moi… Le désir, moteur de la vie, qui est en lui le pousse à se croire plus qu’il n’est… Tout ce qui est MOI est à la disposition de chacun, il suffit de prendre ce qui est bon et transformer ainsi le « mauvais » ! Oui, je sais cela semble difficile pour les humains, mais c’est le Jeu que j’ai mis en place. Ils s’égarent et provoquent beaucoup de souffrances inutiles… Même la maladie est un disfonctionnement… Mais, tu sais, je ne vous laisse pas comme ça, je vous donne des solutions à travers les SAGES que j’envoie auprès de vous… Ils sont à mon service…  Tu sais ce qu’ils ont fait, ils sont remontés à la SOURCE où JE SUIS…


MOI : Comment ça, ils sont remontés à la Source ?


L’AME : Tu as déjà entendu que le Saumon remonte à la Source pour pondre ses œufs…  Une fois qu’il naît, il descend la rivière, va à la mer, explore le monde sous-marin, évite autant qu’il le peut les dangers, certains meurent pendant cette exploration avant de pouvoir remonter… Puis un jour, c’est le moment, ils remontent le courant pour atteindre la Source… Et tu as vu, c’est hard pour remonter le courant, ils doivent vraiment forcer, changer leurs habitudes, oui, ce n’est pas facile… Mais un jour, ils atteignent la Source, et là c’est la paix… Ils peuvent enfin se reposer…
Les SAGES ont vécu des vies et des vies, s’efforçant d’atteindre un peu plus de conscience.
Puis, après toutes ces pérégrinations, ils atteignent la Source… En ce lieu, ILS sont MOI… et eux aussi sont dans ce monde pour jouer le jeu de la VERITE et de l’AMOUR inconditionnel…
Ils enseignent ceux qui viennent vers eux… ils ne se prennent pas pour l’enseignant, ni pour le Maître, Ils savent que c’est MOI qui agis à travers eux, allez pour m’amuser un peu avec toi, ce sont les premiers de la classe… ta classe imaginaire… 


MOI : Oui, je crois comprendre…  mais j’aurais encore des questions…
TON Amour est mon seul réconfort dans ce monde

Partager cet article

Repost 0

commentaires