Présentation

  • : L'IMPORTANT C'EST D'AIMER
  • L'IMPORTANT C'EST D'AIMER
  • : Réflexions perso, Spiritualité, Peintures Photos, Poème, Paroles des Maîtres... , sagesse, spiritualité, connaissance, envol, beatitude, liberté, et tout ce qui fait de la vie un ART
  • Contact

LIVRE D'OR

http://www.swisstools.net/guestbook


 

 








J'ai fini mon livre

Vous pouvez le commander directement
sur : http://
www.lulu.com/content/3071277 

compteur
compteur

Recherche

divers

Un Maître se promenait avec un disciple. En chemin, il lui désigna une plante et lui demanda s'il en connaissait le nom.
- La belladone, répondit le disciple. Elle peut tuer celui qui en mange les feuilles.
-Oui, mais elle ne peut tuer celui qui se contente de l'observer, réliqua le Maître.
De même les désirs négatifs ne peuvent causer aucun mal si vous ne vous laissez pas séduire par eux.

c'est l'importance que l'on donne à la pensée négative qui peut nous nuire... l'observation la laisse passer.
 

L'AMOUR...

OM NAMO BAGHAVATE VASU DEVAYA




Quand je parlerais les langues des hommes et des anges,
si je n’ai pas l’amour,
je suis du bronze qui résonne ou une cymbale qui retentit.

Quand j’aurais le don de prophétie,
la science de tous les mystères
et toute la connaissance
quand j’aurais même toute la foi
jusqu’à transporter des montagnes,
si je n’ai pas l’amour,
je ne suis rien.


Et quand je distribuerais tous mes biens pour la nourriture des pauvres,
 quand je livrerais même mon corps pour être brûlé,
 si je n’ai pas l’amour,
cela ne me sert à rien.

L’amour est patient, l’amour est serviable, il n’est pas envieux ;
 l’amour ne se vante pas,
il ne s’enfle pas d’orgueil,
il ne fait rien de malhonnête,
il ne cherche pas son intérêt,
 il ne s’irrite pas, il ne médite pas le mal,
il ne se réjouit pas de l’injustice, mais il se réjouit de la vérité,
 il pardonne tout, il croit tout, il espère tout,
il supporte tout.

L’amour ne succombe jamais.
Que ce soient les prophéties, elles seront abolies ;
les langues, elles cesseront ; la connaissance, elle sera abolie.
 Car c’est partiellement que nous prophétisons ;
mais quand ce qui est parfait sera venu, ce qui est partiel sera aboli.

 trois choses demeurent :
la foi, l’espérance, l’amour ;
 mais la plus grande, c’est l’amour.

Recherchez l’amour

20 août 2006 7 20 /08 /août /2006 09:16
Un jour mon Maître m’a dit : « N’enseigne jamais ce que tu n’as pas expérimenté »

Enseigner sans l’expérience fait de nous des « perroquets ». Ce que répète le perroquet est vide de sens. Il peut cependant tromper l’innocent. Bonne ou mauvaise, tant soit que cela existe en ces termes, l’expérience s’inscrit en nous et nous transforme, sinon, elle n’a pas fait son travail et la cause est  l'égo qui, bien sur, pense qu'il ne mérite pas ceci ou cela ou alors dans le cas contraire que c'est grâce à lui…
 L’intelligence, elle, nous fera comprendre que cette expérience s’inscrit dans notre chemin de vie, et que l’autre ne peut vivre la même chose que nous… Le perroquet parle à chacun de la même manière…il semble que la solution soit la même pour tous… le Maître parle à chacun suivant ses besoins, sa compréhension, son vécu. Un enseignement n’est pas compris par tous de la même façon, aussi il faudra adapter le langage à la personne à qui l’on s’adresse pour approfondir la connaissance.

Les personnes égotiques, autoritaires veulent faire entendre leur point de vue sans se soucier du vécu de l’autre. Jésus les appelait les « pharisiens »,   ils appliquent la lettre et non l’esprit.
Quelques fois pour faire « passer » un message et afin qu’il soit mieux compris, il est nécessaire de « raconter » sa propre expérience dans un cas « similaire » jamais « identique », afin d’amener l’autre à ouvrir le dialogue.

Il est vrai, que parfois, l’enseignement ré-ouvre une blessure que nous croyions fermée…

Quelques fois, aussi, l’enseignement n’est pas compris, on interprète, et c’est là la pire des erreurs…
L’interprétation se fait souvent sous le couvert d’une émotion, consciente ou inconsciente. L’observation nous permet de déceler à quel moment je m’égare, je m’éloigne de ce qui est...
L’écoute ne pouvant se faire que « dans l’instant » si nous décelons une « interférence » nous pouvons revenir à ce qui est dit.

« Tourner 7 fois la langue dans sa bouche » nous permet d’agir et non de ré-agir. Que de bêtises, de promesses faisons-nous sous l’emprise de l’émotion!
Nous promettons un amour éternel, un mariage certain, un désir d’enfants, etc… Sur le moment nous ne mentons pas, c’est le désir de l’instant qui s’exprime, la conséquence de l’émotion liée à ce désir.
L’émotion colère nous fait proférer des horreurs, l’émotion jalousie des menaces… et toutes ces émotions sont liées à la peur.

Les décisions importantes de la vie, tel mariage, avoir des enfants, devraient être pensée, ces choix sont importants…

Que de vies gâchées sous l’emprise de l’émotion, du fantasme…

« Je connais une personne qui désirait ardemment fonder un foyer, aussi chaque fois qu’elle rencontrait quelqu’un, il était merveilleux, gentil, il avait toutes les qualités, c’était cette personne l’amour de sa vie. Mais au bout de quelques mois, elle commençait à être déçu du comportement de l’autre, il n’était pas tel qu’elle le voyait …et c’était le crash… les larmes, la souffrance…

Quel est donc cet aveuglement ?
 La rencontre se fait de façon inconsciente, nous « projetons » sur l’autre nos désirs et nos peurs, nos qualités ou nos défauts, et si l’autre répond à l’un des critères nous sommes alors sur la même longueur d’ondes, mais nous n’avons pas qu’une possibilité, autrement dit, notre vécu nous a forgé, mais sur le moment nous n’y prêtons pas attention… Nous voyons l’autre à travers nos prismes et il prend la couleur de nos désirs inconscients…

Car en nous tout se bouscule, je ne puis avoir que de bonnes pensées, j’en ai aussi des mauvaises…   Le bien et le mal se côtoient, s’entrelacent et toutes les relations s’imbriquent de cette façon…


Je continue… peut-il y avoir une « écoute attentive » s’il n’y a pas relation ? et qu’est-ce qu’une relation ?

Pour ma part, il semble que cela implique un « intérêt » à l’autre… à ce qu’il dit, ce qu’il pense ou ressent… ses goûts, ses espoirs, etc… son but…  La relation impliquerait donc un échange… Si je suis sur mes gardes, il ne peut y avoir échange, si j’affirme ceci ou cela il ne peut y avoir échange… y a-t-il un échange entre le tortionnaire et sa victime ? Y a-t-il un échange entre le manipulateur et sa ou ses victimes ? Y a-t-il un échange entre moi et le Soi lorsque je suis en colère ? jaloux ? etc…

Je ne peux « écouter » que si j’abandonne mon « moi » pour laisser l’autre me traverser… Si je mets la moindre barrière entre lui et moi, je ne peux pas entendre ce qu’il dit, encore une fois, cela est impossible…  je m’entends, j’entends mon désir, mon illusion…

Donc, la relation implique la confiance… Même si l’autre se trompe ou « je crois » qu’il se trompe, je peux entamer un dialogue, non pas de sourd, mais attentionné…  Attentionné, l’autre mérite que je me penche sur ce qu’il dit ou fait…  J’ai l’impression que lorsque nous « brisons » une soi-disant amitié, (pardon, mais l’amitié étant amour inconditionnel, il est pour moi, impossible de briser une amitié, mais nous pouvons briser l’illusion de l’amitié), c’est parce que l’autre ne correspond plus à ce que je pense de lui, et non pas à ce qu’il est. Il est important de faire cette différence. Il en est de même pour l’amour que partagent deux êtres… Comment nier, dénier celui ou celle avec qui l’on a partagé tant de choses ?  Si les deux étaient sincères, s’ils n’ont pas « fait semblant » lorsqu’ils étaient ensemble, comment, après coup nier, ce qui a été la base de leur entente ?
 Certes, nous pouvons nous séparer, il ne faut pas rêver, mais ce qui a été vécu l’a été à deux… Parfois les chemins s’éloignent, ils vont dans des directions différentes, il n’est pas question ici de dire que, quoi qu’il arrive nous devons « figer » une complicité qui n’existe plus… Une association qui n’est plus sur la même longueur d’ondes… non, simplement comprendre que dans cette «alliance » nous avons été deux… nous ne pouvons faire revivre ce qui a été, mais il faut avoir le courage de ses opinions, de ses choix… Aujourd’hui cette association ne correspond plus à mes demandes, à mes espoirs…
Lorsque j’entends d’anciens conjoints dire : en fait, je n’ai jamais été heureux (se), notre couple a toujours été une horreur, on n’avait rien à se dire etc…  Ils viennent de rencontrer une autre personne, « tu es vraiment extraordinaire » etc…  Cela n’est sûrement pas faux, mais alors, ne suis-je pas aussi responsable de ce fruit pourri qu’est devenu cette union ?

Lorsque la relation est ainsi, il est, bien entendu, que nous n’entendons plus ce que l’autre a à dire, et d’ailleurs nous sommes persuadés que c’est lui le fautif, le fouteur de troubles… moi, je n’ai rien fait, j’ai subi… son sale caractère, ses colères, etc…

Peut-il y avoir une quelconque remise en question lorsque nous restons figés dans nos « certitudes » ?

La solution ne pas mettre sur l’autre la couleur de « mes » pensées…  Ne pas faire porter à l’autre le fardeau de mes erreurs de parcours… Ouvrir mon cœur, malgré le risque (humain) que nous prenons… La vie est une suite d’aventures bonnes ou mauvaises, mais toujours positives pour la suite du Chemin…

L’expérience est ce qui conjugue ma vie… je ne peux prétendre que l’autre a tort tout simplement parce que je n’ai pas son expérience de vie…

Bonne méditation et bonne journée
Aditi

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Lung Ta 21/08/2006 08:17

Merci pour le lien, j'ai fait de même sur mon blog

bille root 20/08/2006 21:43

comme d'habitude nous avons là 1 synchronisme avec la leçon du jour chez les bouddhistes...