Présentation

  • : L'IMPORTANT C'EST D'AIMER
  • L'IMPORTANT C'EST D'AIMER
  • : Réflexions perso, Spiritualité, Peintures Photos, Poème, Paroles des Maîtres... , sagesse, spiritualité, connaissance, envol, beatitude, liberté, et tout ce qui fait de la vie un ART
  • Contact

LIVRE D'OR

http://www.swisstools.net/guestbook


 

 








J'ai fini mon livre

Vous pouvez le commander directement
sur : http://
www.lulu.com/content/3071277 

compteur
compteur

Recherche

divers

Un Maître se promenait avec un disciple. En chemin, il lui désigna une plante et lui demanda s'il en connaissait le nom.
- La belladone, répondit le disciple. Elle peut tuer celui qui en mange les feuilles.
-Oui, mais elle ne peut tuer celui qui se contente de l'observer, réliqua le Maître.
De même les désirs négatifs ne peuvent causer aucun mal si vous ne vous laissez pas séduire par eux.

c'est l'importance que l'on donne à la pensée négative qui peut nous nuire... l'observation la laisse passer.
 

L'AMOUR...

OM NAMO BAGHAVATE VASU DEVAYA




Quand je parlerais les langues des hommes et des anges,
si je n’ai pas l’amour,
je suis du bronze qui résonne ou une cymbale qui retentit.

Quand j’aurais le don de prophétie,
la science de tous les mystères
et toute la connaissance
quand j’aurais même toute la foi
jusqu’à transporter des montagnes,
si je n’ai pas l’amour,
je ne suis rien.


Et quand je distribuerais tous mes biens pour la nourriture des pauvres,
 quand je livrerais même mon corps pour être brûlé,
 si je n’ai pas l’amour,
cela ne me sert à rien.

L’amour est patient, l’amour est serviable, il n’est pas envieux ;
 l’amour ne se vante pas,
il ne s’enfle pas d’orgueil,
il ne fait rien de malhonnête,
il ne cherche pas son intérêt,
 il ne s’irrite pas, il ne médite pas le mal,
il ne se réjouit pas de l’injustice, mais il se réjouit de la vérité,
 il pardonne tout, il croit tout, il espère tout,
il supporte tout.

L’amour ne succombe jamais.
Que ce soient les prophéties, elles seront abolies ;
les langues, elles cesseront ; la connaissance, elle sera abolie.
 Car c’est partiellement que nous prophétisons ;
mais quand ce qui est parfait sera venu, ce qui est partiel sera aboli.

 trois choses demeurent :
la foi, l’espérance, l’amour ;
 mais la plus grande, c’est l’amour.

Recherchez l’amour

5 novembre 2006 7 05 /11 /novembre /2006 08:15


Râmânuja, l’un des trois grands maîtres du Védânta, était généreux. Il regardait tous les humains pareillement, offrait à tous son attention, aux hommes comme aux femmes quelle que soit leur caste. Il était chaleureux à l’égard des hors-caste. Il scandalisait les gens de son temps.

    Au temps où il cherchait encore sa voie, il approcha un maître et le pria de l’initier. Il lui offrit une noix de coco. Le maître, reconnaissant une grande âme, prit la noix, la fendit d’un coup sec. Ainsi fut-il dit sans parole que son mental était brisé et que son égo pouvait s’écouler. Puis il murmura à  l’oreille du disciple le mantra sacré.

-Répète-le avec tendresse, avec intelligence bien sûr, avec abandon et passion, avec détachement surtout. Ce mantra est d’une grande puissance, il te libérera sans faute de l’ignorance. Répète-le en secret, garde-le au fond de ton cœur, ne le communique à personne.

-Pourquoi donc ne puis-je le dire à haute voix, devant les gens ?

-Si tu le divulgues, il libérera celui qui l’aura entendu, mais toi, tu continueras à errer dans ce monde, plein d’ignorance et de douleur.

Ramanuja quitta le maître, grimpa aussitôt sur le toit d’un temple le plus haut. De là il appela la population d’une voix forte ;

-Venez et écoutez bien : le maître m’a donné le puissant mantra qui sauve assurément celui auquel il est transmis.

Entendez-le, répétez-le : « Aum namo narayana. »
Vous l’avez bien entendu ?
« Aum namo narayana. Aum namo narayana ! ».

Le maître aussi l’avait entendu, évidemment. Il fit appeler Ramanuja. Le disciple vint sans tarder.

-Pourquoi, malgré mon avertissement, as-tu divulgué ce précieux mantra sur la place publique ? lui demanda-t-il effaré.

-Je suis prêt à vivre encore mille vies d’ignorance et de douleur si ceux que je vois là, devant moi sur la place, sont tous sauvés dès cette vie, répondit paisiblement le disciple.

(Contes des sages de l'inde - Martine Quentric-Séguy)

Partager cet article

Repost 0

commentaires