Présentation

  • : L'IMPORTANT C'EST D'AIMER
  • L'IMPORTANT C'EST D'AIMER
  • : Réflexions perso, Spiritualité, Peintures Photos, Poème, Paroles des Maîtres... , sagesse, spiritualité, connaissance, envol, beatitude, liberté, et tout ce qui fait de la vie un ART
  • Contact

LIVRE D'OR

http://www.swisstools.net/guestbook


 

 








J'ai fini mon livre

Vous pouvez le commander directement
sur : http://
www.lulu.com/content/3071277 

compteur
compteur

Recherche

divers

Un Maître se promenait avec un disciple. En chemin, il lui désigna une plante et lui demanda s'il en connaissait le nom.
- La belladone, répondit le disciple. Elle peut tuer celui qui en mange les feuilles.
-Oui, mais elle ne peut tuer celui qui se contente de l'observer, réliqua le Maître.
De même les désirs négatifs ne peuvent causer aucun mal si vous ne vous laissez pas séduire par eux.

c'est l'importance que l'on donne à la pensée négative qui peut nous nuire... l'observation la laisse passer.
 

L'AMOUR...

OM NAMO BAGHAVATE VASU DEVAYA




Quand je parlerais les langues des hommes et des anges,
si je n’ai pas l’amour,
je suis du bronze qui résonne ou une cymbale qui retentit.

Quand j’aurais le don de prophétie,
la science de tous les mystères
et toute la connaissance
quand j’aurais même toute la foi
jusqu’à transporter des montagnes,
si je n’ai pas l’amour,
je ne suis rien.


Et quand je distribuerais tous mes biens pour la nourriture des pauvres,
 quand je livrerais même mon corps pour être brûlé,
 si je n’ai pas l’amour,
cela ne me sert à rien.

L’amour est patient, l’amour est serviable, il n’est pas envieux ;
 l’amour ne se vante pas,
il ne s’enfle pas d’orgueil,
il ne fait rien de malhonnête,
il ne cherche pas son intérêt,
 il ne s’irrite pas, il ne médite pas le mal,
il ne se réjouit pas de l’injustice, mais il se réjouit de la vérité,
 il pardonne tout, il croit tout, il espère tout,
il supporte tout.

L’amour ne succombe jamais.
Que ce soient les prophéties, elles seront abolies ;
les langues, elles cesseront ; la connaissance, elle sera abolie.
 Car c’est partiellement que nous prophétisons ;
mais quand ce qui est parfait sera venu, ce qui est partiel sera aboli.

 trois choses demeurent :
la foi, l’espérance, l’amour ;
 mais la plus grande, c’est l’amour.

Recherchez l’amour

16 septembre 2014 2 16 /09 /septembre /2014 07:14

Vous ressentez beaucoup d’amour pour quelqu’un mais cette personne n’en veut pas. Que Faire ?

-vous êtes frustré et vous tournez l’amour en haine et vous désirez vous venger. Encore et encore vous leur dites combien vous les aimez et combien ils vous aiment si peu.
-vous devenez difficiles et de mauvaise humeur, vous vous sentez humiliés et vous essayez de vous protéger.
-vous ne résoudrez jamais l’amour, l’amour ne reviendra pas…
-vous vous sentez, blessé et maltraité, alors vous vous mettez à l’écart et devenez indifférent.
Et vous avez vu que rien de cela ne fonctionne ! ça ne fait qu’empirer les choses !
Quel est le moyen pour sortir d’une telle situation ?

Comment pouvez vous maintenir votre amour ?
-ayez de la patience
-soyez centré et limitez l’expression de l’amour. Parfois l’expression de l’amour fait fuir les gens.
-Changez votre façon d’exprimer l’amour
-Prenez pour acquis qu’ils vous aiment et acceptez leur façon d’exprimer l’amour.
-Sincèrement reconnaissez leur amour pour vous.
Cela transformera votre « demande » (de preuves) en reconnaissance. Plus vous êtes reconnaissant dans la vie, plus l’amour vient à vous…
-Sachez que la blessure fait partie de l’amour et assumez en la responsabilité.
-réalisez que lorsque vous vous éloignez de votre Centre, vous vous sentez malheureux et que la nature du monde est faite de misères.

Que faites vous si quelqu’un vous montre beaucoup d’amour ?
-souvent, vous ne savez pas comment réagir
-vous vous sentez obligé et attaché (comme prisonnier)
-vous vous détournez ou vous êtes timide.
-vous vous sentez stupide et maladroit
-vous essayez de rendre la pareille même si ce n’est pas authentique
-vous doutez de l’amour exprimé et de sa propre valeur.
-vous avez peur de perdre le respect parce que l’amour ne permet pas de distance et le respect tend à garder une distance.
-votre égo se durcit et ne vous permet pas de recevoir et rendre la pareille.
- et tout le reste (n’hésitez pas à faire votre liste…)

La capacité à recevoir l’Amour véritable vient avec la capacité à donner l’Amour. Plus vous êtes centré et, par l’expérience, sachez que vous êtes l’Amour, plus vous vous sentez à la maison avec beaucoup d’amour qui s’exprime d’une manière quelconque, plus profondément à l’intérieur, vous le savez : l’Amour n’est pas une émotion- c’est votre véritable existence !
SSRS

J’aime

Repost 0
26 août 2014 2 26 /08 /août /2014 14:53

Je marche aux côtés de mon Maitre, mon Bien-Aimé, Jésus… nous sommes dans une ville très belle, fleurie et le soleil brille avec force.. ;

Nous déambulons, il me demande d’observer chaque chose, chaque personne… je ne remarque rien de laid ni de mauvais… en chemin Il m’enseigne, me questionne…

Arrivé pratiquement à la sortie de cette vielle attrayante, ou restaurant et café se parent de beauté et où s’installent des gens… joyeux ou tristes… qui boivent et mangent… Il est midi, mais la Présence de Celui à qui j’ai abandonné ma vie, ôte tout désir de manger ou boire ;;; Lui, seul me nourrit…

Nous marchons le long d’un mur de pierre de taille, ce mur est beau, j’en fais la remarque… Il me dit qu’au-dessus se trouve un jardin merveilleux et si je veux nous pouvons y aller…. L’autre façon d’y accéder est un chemin, qui grimpe d’une façon presqu’abrupte… Oui, je veux bien y aller…. Je regarde le mur et le chemin… Je lui dit : écoute je vais escalader ce mur, car ainsi j’arriverai plus vite dans le jardin… Il me regarde et me dit qu’en principe on n’escalade pas,, on marche et on monte par le chemin !

Je suis un peu têtue, j’ai vraiment l’impression que je vais perdre un temps précieux…

Il m’explique alors, que si j’escalade, certes, j’arriverai plus rapidement mais cela ne me sera d’aucune utilité, mes yeux mes sens se contenteront de la beauté… et c’est tout… par contre, si tu empruntes ce chemin abrupt ;;; chaque pas te mènera vers la beauté, et chaque pas s’imprègnera profondément en toi, les difficultés que tu rencontreras te seront bénéfiques, car ainsi, la beauté sera ton expérience…

Alors, que choisis-tu ?

Bien sur, je choisis alors ce chemin que j’aborde avec réticence car il grimpe vraiment, et il n’est pas très attractif…

La progression est lente, très lente, la chaleur, la fatigue tout rend cette ascension difficile, nous prenons des temps d’arrêt, Il ne veut pas que je m’épuise, Il veut que je prenne mon temps, afin qu’arrivée au sommet,, dans le jardin je puisse pleinement profiter de ce qui s’y trouve.

Je ne sais combien de temps dure cette ascension cependant moins longtemps que ce que j’aurai cru… car si le début du chemin est extrêmement abrupt, donc difficile et fatigant, arrivé à mi-chemin, la montée continue mais la pente est plus douce, moins fatigante… alors je commence à voir des fleurs d’une beauté à couper le souffle, des arbres, tout y ordonné, harmonieux…

Nous continuons à marcher, Il ne parle pas, me demande simplement d’observer ce que je vois…

Enfin, nous voilà arrivé dans le Jardin merveilleux… impossible de le décrire, impossible même d’imaginer cette beauté, cette harmonie…

Là, nous nous arrêtons, nous asseyons à l’ombre bienfaitrice d’un grand arbre, des oiseaux gazouillent, ils y ont fait leur nid, le vent glisse doucement entre le feuillage et nous offre un concert incroyable…

Il me dit : « Sois comme l’arbre »… Accueille ceux qui passent sur ton chemin, apaise leur âme, guérit leur corps… ne rejette personne, enseigne ce que je t’ai appris !

« Le chemin est si long, Ô disciple, revêts toi de la robe de sagesse et à chaque pas, réfléchis bien avant de poser le pied; que la couronne de tes connaissances ne quitte pas ta tête et ainsi, pareil à l'arbre centenaire, va, marche devant toi lentement. Ta progression peut être lente, mais jamais au grand jamais elle ne doit s'arrêter. Sache que si tu t'arrêtes en chemin, tes pieds glisseront rapidement vers le gouffre que tu as quitté.

L’ascension peut-être lente, tu peux te reposer, mais quoi qu’il arrive ne retourne pas dans tes vieux schémas, tes peurs, abandonne tout ce qui entrave ton chemin

Le bel arbre de la “connaissance” est au-dessus de chacun, tu peux y cueillir les fruits les plus bas, monte, monte toujours tu pourras y cueillir celui qui se trouve au sommet, attention, les branches sont fragiles comme le verre, si le pied s’y appuie fortement elle casse et la chute est forte... agile et légère comme la biche, ainsi, doit être la marcher vers la connaissance suprême.

Agile car il faut déjouer les pièges du “malin” (égo) qui siège dans le mental et vous fait vivre dans le monde de Maya

Légère, car il faut se débarrasser, se dépouiller de ses chaînes, celles qui vous maintiennent prisonniers dans la chair, les chaînes sont les “péchés” (plus précisément les désirs incontrôlés).

La sensibilité n’est pas l’ amour, renforcez-vous, prenez garde aux faiblesses car vous pouvez perdre la Lumière.

Ferme les yeux sur ceux qui t’ennuient ou qui te blessent et ouvre les aussitôt sur l’esprit et le cœur, ainsi tu combattras cet “ennemi” qui cherche à terrasser la volonté et l’amour et laisser ta vie en proie aux vautours. Essaie de faire toujours plus... “sans relâche remet la main à l’ouvrage”.

En tant qu’humain tu peux te trouver des circonstances atténuantes, en tant que CHERCHEUR spirituel aucune excuse ne peut être acceptable, même à tes propres yeux...

Poursuis ton chemin, deviens doux comme l’agneau, contente-toi de briller, prier, aider, aimer. Sois plus fort chaque jour , un jour tu couperas tous les fils d’or et de paille qui te relie à la terre... Prends part à la distribution du pain de vie” qui est donné à chacun, mais que bien peu mange... Tes pas doivent tous te porter vers le sommet que tu dois atteindre, chaque fois que tu piétines ou que tu te détournes de ton but, c’est du temps perdu, cela t’éloigne du chemin.

Tous les jours de ta vie, prie pour tous le s peuples, fais un égrégore d’Amour, fais vibrer ton âme au nom de l’Amour...

Traite ton âme avec douceur, patience, pardonne toi tes errances...

Trouvez premièrement l’Amour et bâtissez avec lui votre vie d’aujourd’hui et de demain. Ta face doit briller d’Amour, ton corps doit être pur, ta vie doit être exempte de faits ou pensées négatives...

La plus belle réussite d’un amour, c’est de s’aimer comme Dieu vous aime.

Qu’à chaque fois qu’une pensée ou une image te trouble appelle Christ ( Christ est un principe non un personnage, c’est la Lumière) en toi, emplis-toi d’amour ainsi tu grandiras, ainsi tu agiras... TOUT peut être vaincu, les mots, les sensations, les images, les sentiments émotionnels, dompte ton égo, programme-le sur ce qui est positif, qu’il ne soit pas commandeur, c’est toi le Maître et non Lui...

La vie est synonyme d’Action.

Toute action vient de Dieu, l’action ne apparaître que lorsque l’on a vaincu notre ignorance? sinon nous ne faisons que réagir aux événements.

L’étoile qui brille dans le ciel, bien que distante de milliers de kilomètres continue à briller pour que chacun puisse la contempler même qu’il ne peut s’en approcher...

Si vous ne pouvez devenir Soleil, devenez Étoile, car bien que plus petite aux yeux de l’humain elle n’en n’est pas moins parfaite dans sa création.

“ Construisez un halo d’amour autour de vous : affirmez :

Je suis enfant de Dieu, la santé est florissante, chaque atome vibre en harmonie avec la création, mon corps, mon âme se purifie au contact de cette perfection, rien d’impur ne peut me souiller”

Vivez simplement, vous vivrez purement... »

Je bois ses paroles, je sais qu’elles me serons utiles tout au long du chemin que j’ai choisi de suivre… Il me repose la question : Veux-tu vraiment mettre tes pas dans les miens ? Tu devras vaincre tant d’obstacles !

Mon coeur a tellement d’amour pour Lui, Lui seul compte, Lui seul peut me demander l’impossible, je le ferai coûte que coûte… Il habite mon âme depuis tant de vie !!! Il est ma raison d’être sur terre, ma raison de vivre, mon souffle… Sans Lui, je ne suis rien… Qu’est ce que la Vie sans cet Amour qui nous lie Lui et moi…

Je sais qu’Il m’emmènera avec Lui… dans ce palais merveilleux seulement accessible par le vrai chercheur…

Aditi -1987

Repost 0
21 août 2014 4 21 /08 /août /2014 17:38

LA RENONCIATION – l’abandon
La renonciation est le 6ème attribut. Contentez vous d’observer ce qui se passe avec votre respiration, ce qui arrive avec elle, qui est très profond à l’intérieur de vous – spécialement quand quelque chose est désagréable. Si quelqu’un vous fait un compliment, ce n’est pas profondément enraciné en vous. Ça ne devient pas une partie du souffle – mais si quelqu’un vous insulte, chaque respiration que vous faites tant en inhalant qu’en expirant brule ( Aditi : dans le sens d’une souffrance qui se manifeste à chaque respiration, le souffle se modifie). N’est-ce pas ? Les choses plaisantes deviennent elles aussi une part de vous, mais généralement, les gens restent plus bloqués sur le négatif que sur le positif. Naturellement quand vous aimez quelqu’un, l’amour est aussi très profond en vous. Si vous aimez quelque chose, ou si vous avez un idéal, cela devient votre véritable respiration. Certains sont engagés à faire quelque chose pour l’environnement – ils pensent à cela jour et nuit ; quand quelqu’un a un projet dans la tête, alors ce projet s’intègre et devient une partie de lui – ils sont complètement dans ça… c’est bien.
La renonciation est cependant la capacité de tout laisser tomber et de se reposer, se détendre. Beaucoup de gens n’ont aucun succès dans leur projet parce qu’ils deviennent fiévreux. Ils manquent de « d’abandon, de lâcher prise »… Que ça vous plaise ou non, vous abandonnez chaque nuit, avant d’aller au lit. Si vous ne laissez pas tomber pas vous ne pouvez pas dormir. L’insomnie est un signe de non renoncement, les soucis sont un signe de non renoncement. Les soucis c’est être bloqué avec quelque chose (une pensée) - c’est l’incapacité à lâcher-prise. Le renoncement c’est « laisser aller », lâcher prise.
A quoi pouvez vous vous accrocher? Vous partirez d’ici ! Vous pensez que vous allez être sur terre en permanence, éternellement, dans ce corps, avec cette robe, dans ce costume avec lequel vous êtes venus ici ? C’est comme le clown et « Monsieur Loyal »– Monsieur Loyal laisse le clown prendre le centre de la scène pendant un certain temps, mais si le clown en fait trop Monsieur Loyal le jette dehors ! Quand cela arrive, c’est que votre temps est écoulé ! Il vaut mieux laisser aller, lâcher prise avant d’être forcé à lâcher prise, de toute façon vous devrez lâcher prise !
A quoi pouvez-vous vous accrocher?
Vous ne pouvez même pas vous accrocher à votre propre forme, votre propre corps, et vous essayez de vous accrocher à d’autres choses dans le monde ? N’est-ce pas très étrange ? Vous pensez que vous avez le contrôle sur votre corps ? Je vous le dis, vous n’avez aucun contrôle sur lui ! Nous voudrions, et nous essayons de contrôler la pensée, les sentiments et les comportements des autres personnes - nous essayons de contrôler la façon dont ils pensent, ressentent ou vivent. Comment pouvez-vous contrôler la vie de quelqu’un d’autre ? N’est-ce pas un paradoxe ? Plus une personne manque de contrôle, plus elle essaie de contrôler les autres, mais une fois que l’on a un contrôle total sur soi-même, on ne contrôle plus rien ni personne. Cela amène une grande liberté.
C’est Bhagawan. La renonciation se vit dans une totale liberté, et laisse alors une totale liberté aux autres.
Toutefois, la renonciation résonne comme si c’était complètement le contraire, et les gens sont effrayés. Oh ! Je vais perdre le contrôle de ma vie. Quel contrôle pensez-vous avoir ? C’est une telle illusion ! ( Aditi : attention, il est exact que nous n’avons aucun contrôle sur le corps, sur la durée de notre vie, cependant, la seule chose que nous pouvons contrôler ce sont nos pensées et les actes qui s’ensuivent. Les événements arrivent, et là en « agissant » nous pouvons « contrôler- dans le sens de ne pas se laisser submerger »- la façon dont nous appréhendons la suite à donner. Si nous réagissons aux événements, alors nous plongeons et ce sont les événements qui nous contrôlent… c’est un point très important à comprendre !)
En fait, c’est l’inverse – vous obtenez plus de contrôle sur vous même et votre vie ! La nature sera avec vous. Si vous dites « qu’il n’y ait pas de tempête » il n’y aura pas de tempête.
C’est « Sankalpa ». Ce n’est pas contrôler – c’est un phénomène naturel. C’est la renonciation – « laisser aller ». « De toute façon, rien ne m’appartient, pas même ce corps, ni ces pensées, ces sentiments ou émotions. Rien de tout ça est mien. Ils sont seulement là pour un certain temps… et ils viennent de leur propre chef, et s’en vont aussi de la même manière. » N’est-ce pas ? Supposez, vous êtes malheureux. Soyez malheureux ! Pouvez vous maintenir le même degré de mécontentement aujourd’hui, demain et après demain?
Vous ne pouvez pas prolonger votre tristesse pour toujours – pas avec la même intensité. Vous pouvez défier quiconque à ce sujet ! La personne la plus dépressive sur terre, ne peut maintenir le même degré de dépression chaque jour. Tous ces sentiments vont et viennent, mais votre nature, qui est joie, qui est paix, qui est plénitude, reste la même, pour l’éternité. Vous venez et partez, tellement de fois, dans de nombreux corps, mais votre nature demeure la même.
La renonciation, l’abandon c’est être dans le Moment Présent.
Nous avons une mauvaise compréhension de l’abandon! C’est l’abandon qui vous donne la capacité d’être dans le moment présent. Vous ne pouvez être dans l’instant présent, si vous ne renoncez pas. Renoncer ne signifie pas, être indifférent, insensible. Les gens renoncent aux choses quand ils sont dégoutés, en disant, « je laisse tomber » ou « qu’il aille au diable ». Ce n’est pas renoncer. Jeter quelque chose quand on est en colère ou frustrer, ce n’est pas renoncer. Cela arrive, quand vous essayez de tenir bon, et quand vous ne tenez plus, vous êtes contraints de lâcher prise. Alors vous maudissez et laissez tomber. (Aditi: parce que vous n’avez plus le choix la souffrance est parfois trop importante, on arrive plus à supporter, mais ce n’est pas renoncer, renoncer signifie que nous posons un acte en pleine conscience.)
La renonciation vient avec la sagesse. Si vous pensez, Je serai heureux, après avoir fait toutes ces choses - alors je renoncerai ou j’aurai tout fait, alors je pourrai être libre - cela n’arrivera jamais. Votre capacité à « laisser aller » à « lâcher prise » avec les choses, que ce soit fini ou non - là où ca en est à ce moment précis, c’est le renoncement, c’est la sagesse.
Imaginez que vous êtes entrain de lire un livre palpitant… fermez le livre, allez vous coucher et dormez. Etes vous capable de faire cela ? Ou si vous êtes entrain de regarder un film, pendant le voyage en avion, vous décidez que vous voulez vous reposer - vous fermez vos yeux. Le moment suivant, vous voulez savoir ce qui est arrivé dans le film, et vous ouvrez vos yeux ! Avez vous déjà fait ceci ? Quelque chose vous tente : « Hey ! Qu’est ce qui s’est passé ? » Alors à nouveau votre esprit dit : « oh ce sont des bêtises ! Laisse moi dormir ». Vous fermez les yeux, vous somnolez une minute ou deux et à nouveau vous ouvrez les yeux pour voir ce qui arrive ! L’esprit court toujours. Vous êtes incapable de lui mettre un frein et de stopper ! Cette capacité à s’arrêter, se retirer, retourner au Soi, encore et encore, à tout moment, est le renoncement. (aditi : cela ne se peut qu’en redevant conscient, l’observation de la respiration vous ramène à l’instant présent, vous retourner à la Source. Cela est possible à tout le monde et cependant combien d’entre vous y pensent ? Quel que soit le problème qui se faufile avec les pensées, vous avez toujours la possibilité de laisser tomber en respirant ! Personne ne peut le faire pour vous)
Dans la Gita il est dit : « Na hi asannyasta-sankalpo yogi bhavati kascana »(6 :2). On ne peut jamais atteindre le « yoga », à moins de renoncer aux pensées.
Par exemple, vous êtes assis pour méditer, et les pensées commencent ; « Je dois faire ça demain ; peut être je chercherai un cours pour la semaine prochaine, ou pour le mois prochain » et puis ça continue. « D’accord, cela se produira de cette façon, de cette manière… » Quoi que ce soit, ce que vous voulez cuisiner demain, ou d’aller à l’épicerie – l’esprit court sans cesse, (l’esprit fuit l’instant présent). Par exemple, vous planifiez vos vacances longtemps en avance, et quand le jour arrive, vous n’êtes même plus content ! N’est-ce pas ? Les gens ne font-ils pas cela ? Ils planifient leur vacance en détail et ils y vont… puis ils ont une dispute avec leur conjoint et c’est parti !!! Alors ils expliquent ce qu’ils ont dit, ce que cela signifie… ce qui ne fait qu’empirer les choses ! (et ça gâche tout !)
Très bien- vous faites de grands projets. Puis, laissez tout tomber, asseyez vous pour méditer.. Vous avez fait des choses merveilleuses dans le passé, ou vous avez fait des choses désespérées dans le passé, et vous vous asseyez et vous pensez, « Oh ! J’ai fait ceci, j’ai fait cela… » si cela dérange votre esprit, vous ne pouvez jamais être en méditation. Laisser tomber ce que vous avez fait ! Laissez tomber ce que vous voulez faire… et soyez dans le moment présent totalement. Alors, la méditation commence ; elle arrive – la force d’être dans deux dimensions simultanément, arrive. Quand vous êtes en silence, vous n’agissez pas, et cependant, vous agissez en même temps. Vous êtes au milieu du chaos, mais à l’intérieur, vous êtes tellement tranquille, paisible. Vous vivez ces opposés simultanément et cette capacité est dans tout le monde, sous forme de graine.
La renonciation a été très mal comprise. Vivre dans le moment présent, rendre l’esprit libre, c’est la renonciation. Cela n’enlève pas le plaisir de la vie. Vous savez les gens on une idée fausse – ils ne veulent pas être des moines, ils veulent profiter de la vie ! Le mot « renoncement, abandon » a été déformé de sa signification – ça ne peut pas être plus tordu ! Le mot « renonciation » effraie tout le monde ! Je vous le dis, il n’y a rien d’effrayant à ce sujet !
Ce sont les 6 attributs de Bhagawan (la Divinité) –
La Présence, la renommée, les 8 types de richesse, le Dharma, la Sagesse et la renonciation. Vous ne pouvez pas laissez la renonciation de côté, et avoir les 5 autres. Ce serait incomplet, et très dangereux. Laisser la sagesse et prendre le reste… ou similairement, la renommée sans la sagesse n’est d’aucune utilité. Ce n’est pas complet sans les 6 branches.
La fleur, qui s’épanouit, a les 6 pétales.

Repost 0
12 août 2014 2 12 /08 /août /2014 09:52

HISTOIRE DE KACA

Seigneur, s’il te plait, dis moi comment kaca, le fils de Brhaspati, a atteint l’illumination.

Un jour, alors qu’il était encore jeune, il avait hâte d’être libéré du samsara.

Il alla vers son père Brhaspati, et demanda :

Seigneur, tu sais tout. S’il te plait dit moi comment on peut se libérer de cette cage connu comme le samsara.

Brhaspati dit : La libération de cette prison connu comme samsara est possible seulement par le renoncement total, mon fils !

Vasistha continue :

Entendant cela, kaca s’en alla dans la forêt, après avoir renoncé à tout.

Brhaspati n’était pas affecté par la tournure des événements car un sage n’est pas affecté par l’union et la séparation.

Après 8 ans de solitude et d’austérité, kaca est revenu voir son père une fois de plus et lui a demandé :

« Père, J’ai effectué des austérités pendant 8 ans après avoir renoncé à tout. Comment se fait-il que je n’ai pas atteint l’état de paix suprême ?

Brhaspati lui répète simplement son premier commandement, « Renonce à tout » et il s’en alla.

Prenant cela comme un indice, kaca jeta même l’écorce avec laquelle il couvrait son corps. Ainsi il continua ses austérités pendant trois ans.

Encore une fois il a voulu la présence de son père et après lui avoir fait une révérence, il demanda :

« Père, j’ai renoncé même au bâton et aux vêtements, etc… Je n’ai toujours pas atteint la Connaissance du Soi !

Immédiatement Brhaspati dit :

« Par « total » cela signifie seulement l’esprit, car l’esprit est le tout.

Renoncer à l’esprit est la totale renonciation. »

Ayant dit cela, Brhaspati disparut de sa vue.

Kaca regarde à l’intérieur, dans un effort pour trouver l’esprit, et de pouvoir être libéré. Il a beau cherché, il ne touve rien qui s’appelle l’esprit !

C’est impossible de trouver l’esprit, et il commence à pernser :

« les substances physiques, comme le corps, ne peuvent pas être considérées comme « esprit ».

Pourquoi, aloars, dois-je vainement punir le corps innocent ? Je vais retourné vers mon père, et je vais lui demander « où » exactement est le terrible ennemi connu comme l’esprit.

Sachant cela, je renoncerai !

Ayant résolu ceci, Kaca rechercha la présence de son père et lui demanda, « S’il te plait dit moi ce qu’est l’esprit, afin que je puisse y renoncer »

Brhaspati répondit :`ceux qui connaissent l’esprit disent que l’esprit est le « je », le sens de l’égo qui se lève en vous est l’esprit ».

« Mais c’est difficile, sinon impossible ! » dit Kaca.

Brhaspati répondit :

« d’un autre côté, c’est plus facile qu’écraser une fleur qui est dans ta main, plus facile que fermer les yeux ».

Tout ce qui paraît être la cause de l’ignorance, périt quand la Connaissance se lève. En vérité il n’y a pas de sens de l’égo. Il semble exister à cause de l’ignorance et de l’illusion.

Où est le sens de l’égo, comment se lève t-il, qu’est ce que c’est ?

Dans tous les Êtres, en tout temps, il y a la « seule pure Conscience ». Par conséquent, ce sens de l’égo n’est qu’un mot.

Abandonne le , mon fils, et abandonne l’auto limitation ou le conditionnement psychologique.
Tu es l’inconditionné, jamais conditionné par le temps, l’espace, et…

Ainsi instruit dans la plus haute sagesse, Kaca devint illuminé….

Aditi :

Dès l’instant où vous renoncez à VOULOIR faire, obtenir, et même obtenir la Connaissance ou l’Illumination, vous abandonnez l’esprit et permettez ainsi l’Illumination.

Souvent nous abandonnons tout lorsqu’un choc, un gros choc psychologique lors d’une maladie, ou la mort d’un être cher… nous prenons réellement conscience que nous sommes impuissants, que le « vouloir » ne sert à rien… Rien ne se passera comme NOUS le DECIDONS… Alors tout devient clair…

Voilà, cette histoire est très belle… simple à comprendre… simple à aplliquer ????????

À vous de voir…

Repost 0
11 août 2014 1 11 /08 /août /2014 17:08

VASISTHA a continué : Il y a des gens sages ici et là, qui sont sages en terme de Connaissance des écritures, comme dans leur conduite. On devrait rechercher leur compagnie.

Il peut y en avoir qui parlent beaucoup des écritures, mais il y en a qui favorisent la joie et le plaisir de tous et celui qui a une conduite irréprochable est le meilleur d’entre eux.

Toutes les personnes, de tout temps, recherchent leur propre bien, comme si sous la pression , de la même manière l’eau coule vers le bas, on devrait comprendre ceci , et ils ont recours à la compagnie des sages.

Râma demande : Ce monde repose comme une liane sur l’arbre de l’Être suprême. En lui, qui sont ceux qui voient l’ultime vérité, après avoir dument scruté le passé et l’avenir ?

Vasistha : Dans chaque communauté, il y a un nombre d’homme sage, grâce à qui la lumière (ou la grâce) , est donné dans ce monde.

Tous les gens courent en haut et en bas, comme des brins d’herbe sèche flottant sur cet océan de samsara.

Oublieux du Soi, les habitants du paradis sont brûlés dans le feu du plaisir. Les démons trompés sont détruits par leurs ennemis, les dieux et jetés dans la fosse de l’enfer par Narayana. Les artistes célestent (gandharvas) ne sentent même pas un peu le parfum de la Sagesse. Ils sont perdus dans la jouissance de leur propre musique,. Les êtres célestes connus comme vidyadharas ne respectent pas les sages ; étant les adeptes (adhara) de l’apprentissage (vidya), ils sont pleins de vanité.

Les demi-dieux, appelés Yaksa se considèrent immortels, et ils affichent leur dextérité devant les gens âgés et infirmes.

Les démons appelés Raksasas vive dans l’illusion.

Les fantômes (pisacas) sont toujours entrain d’harceler les gens.

Les habitants de l’enfer, connus comme nagas, sont inertes et inintelligent.

Les démons connus comme asuras, sont comme des vers qui habitent dans les trous du sol. Comment peuvent-ils acquérir quelque sagesse ?

Même les êtres humains acquièrent tous un peu de sagesse et leur esprit mesquin, intéressé par les futilités de la vie. Ils passent la plupart de leur temps à la poursuite des mauvais désirs. Ils n’entrent pas en contact du tout avec tout ce qui est bon ou sage.

Ils sont attirés loin du chemin de l’ordre et de la sagesse par leur propre vanité et désirs.

La classe des gens connus comme yogini (les pratiquants de magie noire ou tout autre art noir) sont tombés dans la fosse de la boisson et mangent comme des gens incultes (n’importe quoi !)

Mais il y a quelques Êtres libérés parmi les dieux, Vishnou, Brahma, Rudra, Shiva etc… parmi les leaders , Kasyapa, Narada, Sanatumara, parmi les démons HiranyaKsa, Bali, Prahlada etc… parmi les raKsasas comme Vibhisana, Prahasta, Indraiit etc, parmi les nagas Taksaka, etc,et d’autres libérés vivent dans d’autres plans.

Même parmi les Êtres humains il y a ceux qui sont libérés, mais ils sont extrêmement rares. Il y a des millions d’Êtres humains, mais un être libéré est rare…

Repost 0
11 août 2014 1 11 /08 /août /2014 09:37

l y a un saint dans cet Univers connu comme Narada.

Une fois il était en méditation dans une grotte sur bord de la sainte rivière Ganga (le Ganges)

A la fin de sa méditation, il entendit le bruit des bracelets appartenant apparemment à une personne occupée à un sport aquatique. Curieux, il a regardé dans cette direction, et il a vue quelques nymphes célestes jouant dans l’eau, nues. Elles étaient d’une indescriptible beauté.

Son cœur a expérimenté le plaisir, et son esprit a momentanément perdu son équilibre,

Vaincu par la luxure.

Sikhidhvaja demanda : le Saint, bien qu’il était un sage de grande érudition et un libéré de l’étude, même s’il était libre du désir et de l’attachement, et bien que sa Conscience était aussi illimitée que le ciel, comment se fait il qu’il ait été submergé par le désir ?

Le Brahmana (Cudala) dit : O Sage royal, tous les Êtres dans les trois mondes y compris les Dieux dans le paradis ont un corps qui est soumis à des forces duelles.

Qu’on soit ignorant ou sage, aussi longtemps que l’on est incarné, le corps est sujet au bonheur et à la tristesse, au plaisir et à la douleur.

En appréciant les objets plaisants, on expérimente le plaisir et par la privation on expérimente la douleur.

Telle est la nature…..

Commentaire:

tout être est soumis a la dualité, dans ce cas on dit que Narada a été submergé par le désir... mais qu'a-t-il fait de ce désir, l'a-t-il suivi ou y a-t-il renoncé...

Repost 0
8 août 2014 5 08 /08 /août /2014 08:12

JALOUSIE

On la connaît bien la jalousie ! Elle pointe son nez à propos de tout et de rien et elle fait souvent très mal à Celui qui est jaloux, car il a une double peine karmique, sa douleur et celle qu’il inflige à l’autre.

Pourquoi est-on jaloux ?

La jalousie est un manque de confiance en soi provoquant une frustration face à une qualité, un état que nous voudrions posséder… il s’agit de « posséder » c’est intéressant car peu sont conscients que c’est ce désir qui est en œuvre ! elle fait donc référence à la cupidité.

Le manque prouve l’immaturité de l’esprit. Nombre d’adulte, étant dans l’âge adulte, car être adulte signifie justement être mature… La personne mature a confiance en elle car elle connaît ses limites ! Donc, nombre de personnes se comportent comme un enfant capricieux désirant un objet ou une personne qu’il ne peut avoir et se couvre de ridicule, aveuglé par l’illusion de pouvoir avoir ce que l’autre a… la jalousie dans un couple c’est penser que nous possédons l’autre, qu’il est un objet dans notre vie et nous aimerions qu’il ne fasse que ce que nous voulons !

Bref ! Jalousie quand tu nous tiens !!!! Certains s’endettent pour avoir une plus belle voiture que leur voisin, plus puissante, ou un pus beau canapé.. bref mieux !!!! plus beau !!!! En réalité ou dans leur imagination. Quand on jalouse quelqu’un sur sa beauté, ses qualités, ses dons artistiques etc… cela devient vraiment ridicule pour l’observateur… c’est comme jalouser celui qui a la « main verte » !!!

Alors l’arme fatale du jaloux c’est la critique, la médisance, la rumeur… la jalousie vient du fait conscient ou inconscient que l’on se compare à l’autre. Parfois on se trouve moins et parfois plus, mais le jaloux rabaissera toujours l’autre, puisque vis à vis de l’autre quel qu’il soit il ne se sent pas être à la hauteur !!! il la rabaisse ou il tente de la rabaisser à son niveau. Si la Conscience était là, je saurai avec certitude que c’est parce que je ne suis pas sur de moi que je rabaisse ou critique… c’est un sentiment d’infériorité.

On jalouse rarement quelqu’un que l’on considère comme « inférieur c’est toujours parce qu’on le considère comme s « supérieur » mais sommes nous conscients de cela?

La frustration, conséquence première de la jalousie prouve simplement que nous ne nous aimons pas assez, qu’en fait nous nous trouvons minable à cause de la comparaison !

Ce manque dont nous parlions au début vient du désir… On peut avoir la pensée de « j’envie telle personne pour ceci ou cela » et ce n’est pas toujours de la jalousie, je peux envier la culture d’un autre et dans ce cas cela va m’élever me donner l’envie d’étudier, d’apprendre…mais cette envie est un désir exacerbé quand il se transforme en jalousie.. Les gens jaloux sont à plaindre ? Améliorez votre vie ? Faites tout ce qui est en votre pouvoir pour la réussir au mieux de vos possibilités ? Acceptez que d’autres puissent avoir ce que vous n’avez pas… ou n’aurez jamais !

La jalousie c’est le fiel de votre vie, vous polluez votre vie et celle des autres avec un mauvais esprit et cela vous pouvez le transformer. La jalousie qui vous torture vous rend bête et méchant. Elle vous rend malheureux et si vous êtes tellement médiocre elle ne transformera en rien votre médiocrité, bien au contraire, elle l’accentuera. La jalousie met le doigt sur le vide de votre existence.

L’univers vous a accordé une place de choix, unique, « la votre » à vous de répondre à cet appel car il n’a pas choisi une autre personne pour accomplir ce que vous accomplissez. Vous pouvez vous en réjouir et vous épanouir en progressant, en transformant votre esprit ou à la vue du monde vous rabougrir, dépérir, faire une dépression si vous vous condamnez à vouloir « être » quelqu’un d’autre.

« La beauté de l’âme n’est pas quelque chose qui s’achète, mais bien le résultat du karma »

Alors, détendez vous !!! L’existence a besoin de vous tel que vous êtes – Osho

C’est votre progression qui rend votre vie intéressante !!!

22 NOVEMBRE 2011

Repost 0
5 août 2014 2 05 /08 /août /2014 10:02

HISTOIRE DE KACA

Seigneur, s’il te plait, dis moi comment kaca, le fils de Brhaspati, a atteint l’illumination.

Un jour, alors qu’il était encore jeune, il avait hâte d’être libéré du samsara.

Il alla vers son père Brhaspati, et demanda :

Seigneur, tu sais tout. S’il te plait dit moi comment on peut se libérer de cette cage connu comme le samsara.

Brhaspati dit : La libération de cette prison connu comme samsara est possible seulement par le renoncement total, mon fils !

Vasistha continue :

Entendant cela, kaca s’en alla dans la forêt, après avoir renoncé à tout.

Brhaspati n’était pas affecté par la tournure des événements car un sage n’est pas affecté par l’union et la séparation.

Après 8 ans de solitude et d’austérité, kaca est revenu voir son père une fois de plus et lui a demandé :

« Père, J’ai effectué des austérités pendant 8 ans après avoir renoncé à tout. Comment se fait-il que je n’ai pas atteint l’état de paix suprême ?

Brhaspati lui répète simplement son premier commandement, « Renonce à tout » et il s’en alla.

Prenant cela comme un indice, kaca jeta même l’écorce avec laquelle il couvrait son corps. Ainsi il continua ses austérités pendant trois ans.

Encore une fois il a voulu la présence de son père et après lui avoir fait une révérence, il demanda :

« Père, j’ai renoncé même au bâton et aux vêtements, etc… Je n’ai toujours pas atteint la Connaissance du Soi !

Immédiatement Brhaspati dit :

« Par « total » cela signifie seulement l’esprit, car l’esprit est le tout.

Renoncer à l’esprit est la totale renonciation. »

Ayant dit cela, Brhaspati disparut de sa vue.

Kaca regarde à l’intérieur, dans un effort pour trouver l’esprit, et de pouvoir être libéré. Il a beau cherché, il ne touve rien qui s’appelle l’esprit !

C’est impossible de trouver l’esprit, et il commence à pernser :

« les substances physiques, comme le corps, ne peuvent pas être considérées comme « esprit ».

Pourquoi, aloars, dois-je vainement punir le corps innocent ? Je vais retourné vers mon père, et je vais lui demander « où » exactement est le terrible ennemi connu comme l’esprit.

Sachant cela, je renoncerai !

Ayant résolu ceci, Kaca rechercha la présence de son père et lui demanda, « S’il te plait dit moi ce qu’est l’esprit, afin que je puisse y renoncer »

Brhaspati répondit :`ceux qui connaissent l’esprit disent que l’esprit est le « je », le sens de l’égo qui se lève en vous est l’esprit ».

« Mais c’est difficile, sinon impossible ! » dit Kaca.

Brhaspati répondit :

« d’un autre côté, c’est plus facile qu’écraser une fleur qui est dans ta main, plus facile que fermer les yeux ».

Tout ce qui paraît être la cause de l’ignorance, périt quand la Connaissance se lève. En vérité il n’y a pas de sens de l’égo. Il semble exister à cause de l’ignorance et de l’illusion.

Où est le sens de l’égo, comment se lève t-il, qu’est ce que c’est ?

Dans tous les Êtres, en tout temps, il y a la « seule pure Conscience ». Par conséquent, ce sens de l’égo n’est qu’un mot.

Abandonne le , mon fils, et abandonne l’auto limitation ou le conditionnement psychologique.
Tu es l’inconditionné, jamais conditionné par le temps, l’espace, et…

Ainsi instruit dans la plus haute sagesse, Kaca devint illuminé….

Aditi :

Dès l’instant où vous renoncez à VOULOIR faire, obtenir, et même obtenir la Connaissance ou l’Illumination, vous abandonnez l’esprit et permettez ainsi l’Illumination.

Souvent nous abandonnons tout lorsqu’un choc, un gros choc psychologique lors d’une maladie, ou la mort d’un être cher… nous prenons réellement conscience que nous sommes impuissants, que le « vouloir » ne sert à rien… Rien ne se passera comme NOUS le DECIDONS… Alors tout devient clair…

Voilà, cette histoire est très belle… simple à comprendre… simple à aplliquer ????????

À vous de voir…

Repost 0
3 août 2014 7 03 /08 /août /2014 16:48

OM NAMAH SHIVAYA

Le Mantra Om Namah Shivaya signifie littéralement « se recueillir devant Le Seigneur Shiva »

Dans l’aspect mystique de ce mantra, nous devenons conscient de la signification profonde d’un secret intégré dans les racines grammaticale de chaque lettre et chaque syllabe que le compose.

OM est le son considéré comme le Divin lui-même.

Na est la syllabe qui indique une attitude de négation

Mah est relié au sens de possession

Shi est une racine grammaticale qui lie ce qui est de bon augure et ce qui est prospère.

Va symbolise un mouvement d’expansion

Ya est une lettre Sanskrit très caractéristique qui trouve sa racine dans le centre du cœur et c’est le symbole de l’amour pur, de l’expérience de la communion avec la Divinité et avec le Seigneur dans les profondeurs du cœur.

Le mantra « Om Namah Shivaya » sera beaucoup plus efficace, à n’importe quel niveau, si nous comprenons que par la récitation de « OM » nous invoquons le Divin. Avec « vénération » namah, nous renonçons au sens de possession dans nos cœurs pour permettre l’ascension de notre âme au niveau de l’extase. Et enfin, avec Shivaya nous invoquons l’expansion dans de nouveaux espaces et dimensions, jusqu’à ce que la communion avec Dieu soit atteinte.

Le chant du mantra peut nous ouvrir au Divin, puisque la récitation du Mantra peut saisir, captiver et récupérer l’esprit vagabond, encore et encore, ne lui permettant pas d’être distrait et tiré de l’état méditatif.

En répétant un mantra avec dévotion et pureté peut influencer profondément celui qui le répète aussi bien que celui qui l’entend, créant l’harmonie et l’équilibre et produisant ainsi une expansion au niveau de la Conscience.

Un mantra est une porte vers la réalité : c’est un phénomène mystique capable d’unifier la Conscience et d’invoquer ce à quoi le mantra se réfère. C’est un instrument qui stimule l’intériorisation, une vibration capable de nous ouvrir à l’ensemble et c’est un véhicule vers la Totalité.

(Forum for Hindu)

Repost 0
1 août 2014 5 01 /08 /août /2014 10:42

GERER LES EMOTIONS

Chaque émotion provoque une sensation définie dans le corps. Des émotions particulières déclenchent des sensations spécifiques dans le corps. Avez-vous remarqué ceci ? Cependant ce qui arrive, c’est que nous nous laissons emporter par les pensées ou les sentiments et nous n’observons pas les sensations. Quand nous observons la sensation, alors les mêmes pensées ou sentiments sont transformés en sensation dans le corps… et les sensations changent ; elles disparaissent, elles se volatilisent. Donc, quand vous avez quelques pensées qui s’attardent dans l’esprit, n’essayez pas de les combattre ou d’y résister. Simplement en les observant, en étant avec elles, vous verrez qu’elles se volatilisent, elles changent, elles sont libérées. Puis revenez à la respiration, encore et encore. Dès l’instant où vous observez la respiration,, vous pleinement avec la respiration (la respiration est totalement dans l’instant présent, vous êtes donc dans l’instant-Aditi). Mais lentement, l’esprit dérive sur une pensée, et vous êtes sur une pensée pendant un certain temps, jusqu’à ce que vous réalisiez, « Oh ! Je suis sur une pensée ! ». Soudain, vous réalisez, « Oh ! J’ai pensé à quelque chose d’autre! » Il serait bon de faire des pranayamas, des exercices de respirations ou techniques, le Sudarshan Kryia… et vous verrez qu’en peu de temps, cela crée un changement à l’intérieur de vous.

Maintenant, je suis entrain de parler…êtes vous conscient de ce qui se passe dans votre esprit ?

Vous dites vous « oui, oui » ou « non, non ». Ce que je dis, n’est pas grave ! Ce qui est important, c’est ce que vous dites en vous meme. Qu’est ce que votre esprit vous dit maintenant ? Il dit « oui » ou « non » ? C’est la conscience dans l’esprit-soyez conscients de vos propres pensées, de vos propres sentiments, et de vos propres schémas, vos concepts, de tout ce qui se passe à l’intérieur de vous – ce qui en fait le rythme.

Quand vous devenez très calme à l’intérieur, vous commencez à émettre tellement de vibrations tout autour de vous – alors la guérison arrive automatiquement ; les gens se sentent mieux.

Vous marchez quelque part, et soudain, sans aucune raison, vous vous sentez mal, ou malheureux, ou vous êtes en colère. Supposons, certaines personnes se battent dans une pièce pendant un certain temps, et vous venez dans cette pièce un peu plus tard, vous vous sentez tendus sans raison apparente – avez vous remarqué ceci ?

Chaque individu crée une zone vibratoire autour de lui ou d’elle qui est chargée de différentes émotions, et de ce que nous avons pratiqué, et nous vibrons de plus en plus cela. Par exemple, si vous avez été de plus en plus aimant chaque jour, ça crée une atmosphère aimable, aimante autour de vous, ça crée cette vibration autour de vous, et puis elle augmente. Si vous êtes frustrés, alors ça augmente aussi. Si vous continuez à pratiquer la même chose, cela va augmenter, et chaque jour, vous vous sentirez de plus en plus tendu, et vous attirerez des situations similaires autour de vous.

Vous direz, « oui, je sais je suis tendu, l’esprit est tendu, et j’ai beaucoup de violence en moi. Maintenant comment puis-je me débarrasser de ça ? »

Pour ça, vous devez faire des pratiques. C’est là que la respiration aide. Elle débusque toutes ces choses très rapidement. 90 pour cent des impuretés de notre systeme, s’en vont simplement à travers la respiration, et nous utilisons seulement 30% de notre capacité pulmonaire ! C’est pourquoi cela peut vous aider aussi pour votre méditation. La méditation rend votre esprit calme. C’est une grande aide ! Elle vous installe immédiatement en vous-même.

Une question, souvent posée, est-ce que si une infirmière pratique le Sudarshan Kriya elle-même,

Est ce que les patients n’en bénéficieraient pas en raison de sa conscience. Ce sera « oui » définitivement (le patient en bénéficiera) ! C’est ce qui est nécessaire aujourd’hui.

Supposez qu’il y ait 10 personnes dans une maison. Je ne pense pas qu’ici (à l’étranger) 10 personnes vivent dans une même maison, mais en Inde, cela peut se faire. Ici, il y a de petites familles. Aussi, supposons que 5 personnes vivent dans la même maison. Vous verrez que tous les 5 vivent dans leur propre petit monde, et il n’y a aucune connexion entre un monde, et le monde de l’autre. Chacun veut aimer chacun, chacun veut rendre les autres heureux, et cependant, il y a beaucoup de confusion et de chaos. Pourquoi cela arrive ?

Cela arrive parce que nous n’avons pas appris ce véritable Art de vivre dans le moment présent- en vivant avec l’acceptation, et en vivant sans barrières. Nous plaçons des barrières entre nous et les autres et nous cessons d’être naturel. Cette connaissance – apprendre comment vivre la vie naturellement, cordialement, avec le sentiment d’unité – est vraiment essentielle. Quand l’esprit se sent libre, la plupart des problèmes disparaissent.

Il faut apprendre à se gérer soi-même. Nous faisons tellement d’affirmations : « Oh ! Je ne ferai pas ceci. Je ferai cela. Je serai comme ça… » Mais, quand vient le temps- quand la tempête des émotions se lève en nous – nous sommes perdus. Nous continuons à faire les mêmes choses, nous n’avons pas voulu le faire. Nous nous sentons complètement impuissants et nous ne savons pas quoi faire. Cette observation – cette connaissance à sujet de notre système, notre souffle, et les différents niveaux de notre existence, est là pour aborder ces problèmes.

Vous ne pouvez pas avoir les mêmes sensations tout le temps – les sensations changent. La sensation est plus subtile que la pensée. Il y a une étrange relation entre les pensées et les sensations. Les pensées provoquent les sensations, et les sensations à leur tour, peuvent amener d’autres pensées.

Savez-vous ce que c’est ?

Ce sont simplement des pensées, des pensées et des pensées et des pensées… et des pensées ! Quand il y a de l’inquiétude, les sentiments sont à l’arrière plan, et quand les sentiments viennent, l’inquiétude s’en va. Avez vous observé ceci ? Quand il y a une intensité de sentiment il y a une envie d’agir, mais avec les soucis, vous ne sentez pas l’envie d’agir. Vous êtes coincé quelque part ni au paradis ni en enfer! Ce n’est ni cru, ni cuit. C’est comme la fumée et le feu. Ils sont liés, quand le feu brule complètement, il n’y a pas de fumée. Si le feu ne brule pas totalement, alors la fumée monte. L’inquiétude c’est comme la fumée, c’est quand vos sentiments ne sont ni atténués, ni en plein essor.

L’inquiétude est l’ennemie de l’amour. Vous ne pouvez être dans l’amour, et être inquiet en même temps. A tout moment, quel que soient le sentiment que vous avez, soyez avec totalement avec sans vous inquiéter à son sujet. L’inquiétude c’est toujours à propos de quelque chose. Vous tenez à quelque chose : « oh ! Je veux ceci ! Comment puis-je avoir ceci ? Comment prendre soin de cette situation ? Comment dois-je faire ? C’est le capitaine du navire, le faiseur, le petit je désirant. L’inquiétude est l’ombre du faiseur. La dévotion et le « faiseur » sont aux antipodes. Si vous êtes dans la dévotion, où est le petit « je »? C’est pourquoi les enfants ne se font pas de soucis – il n’y a pas de capitaine du navire, ni les soucis qui vont avec. Les enfants sont totalement dans les émotions. Ils viennent avec de la colère, ou de la frustration, ou de la joie, ou quoique ce soit – et quand ils sont dans l’émotion, il l’exprime totalement à 100%, pleinement, et l’instant d’après, ils sont soulagés. Ils ne s’attardent pas sur elles. Ils ne s’accrochent pas à elles.

L’inquiétude vous accroche au passé parce les soucis amène le petit « je » qui est le capitaine du navire. Le chemin de la dévotion laisse tomber le capitaine du navire. Quel que soit le sentiment qui est là en vous, à cet instant, quel qu’il soit, soyez à 100% avec lui et partagez le avec le Divin.

Quand vous abandonnez, abandonnez tout- abandonnez tout ce que vous faites. Les gens pensent que l’abandon signifie ne plus travailler, arrêter de faire quoi que ce soit, et simplement s’asseoir et méditer tout le temps. Non ! Soyez constamment conscients dans tout ce que vous faites. Si vous faites du business, vous devez savoir, que ce que vous faites, vous le faites pour le Divin, pas pour vous même. Si vous conduisez, vous conduisez pour le Divin. Tout ce que vous faites, votre vie entière – vos enfants, vos parents, votre frère, votre sœur, vos amis – tout ce qui est autour de vous, quoique vous perceviez comme votre monde – tout est là pour le bien du Divin… et tout est le Divin- vous n’avez rien à faire avec ça.

Voyez vous ce que je suis entrain de dire ?

Alors seulement, la Conscience peut imprégner tous les aspects de votre vie. Sinon, vous vous sentirez bien un certain temps, et après, vous devrez faire quelque chose d’autre, vous serez complètement découragés, dégoûtés !. La vie n’est pas juste un tableau idyllique; il y a des épines aussi – Il y a des choses que vous n’aimez pas dans la vie.

Le pire, cependant, c’est quand vous ne sentez aucune dévotion. Pour un dévot, qui a expérimenté -une diminution de la dévotion- en lui-même, une disparition soudaine, est la pire douleur qui est possible sur cette planète, ou n’importe où ! C’est ce qui est aussi décrit dans la Bible comme « une nuit noire de l’âme ». Quand l’âme est malade, elle tremble, elle est secouée – c’est quand même l’amour ne se fait pas sentir ou expérimenté. Alors, des larmes viennent du cœur, chanter et pleurer de la profondeur de votre cœur – c’est le languissment de l’âme (le désir de Le retrouver).

PS/ Vous pouvez aussi me retrouver sur Facebook - Aditi Benichou

Repost 0