Présentation

  • : L'IMPORTANT C'EST D'AIMER
  • L'IMPORTANT C'EST D'AIMER
  • : Réflexions perso, Spiritualité, Peintures Photos, Poème, Paroles des Maîtres... , sagesse, spiritualité, connaissance, envol, beatitude, liberté, et tout ce qui fait de la vie un ART
  • Contact

LIVRE D'OR

http://www.swisstools.net/guestbook


 

 








J'ai fini mon livre

Vous pouvez le commander directement
sur : http://
www.lulu.com/content/3071277 

compteur
compteur

Recherche

divers

Un Maître se promenait avec un disciple. En chemin, il lui désigna une plante et lui demanda s'il en connaissait le nom.
- La belladone, répondit le disciple. Elle peut tuer celui qui en mange les feuilles.
-Oui, mais elle ne peut tuer celui qui se contente de l'observer, réliqua le Maître.
De même les désirs négatifs ne peuvent causer aucun mal si vous ne vous laissez pas séduire par eux.

c'est l'importance que l'on donne à la pensée négative qui peut nous nuire... l'observation la laisse passer.
 

L'AMOUR...

OM NAMO BAGHAVATE VASU DEVAYA




Quand je parlerais les langues des hommes et des anges,
si je n’ai pas l’amour,
je suis du bronze qui résonne ou une cymbale qui retentit.

Quand j’aurais le don de prophétie,
la science de tous les mystères
et toute la connaissance
quand j’aurais même toute la foi
jusqu’à transporter des montagnes,
si je n’ai pas l’amour,
je ne suis rien.


Et quand je distribuerais tous mes biens pour la nourriture des pauvres,
 quand je livrerais même mon corps pour être brûlé,
 si je n’ai pas l’amour,
cela ne me sert à rien.

L’amour est patient, l’amour est serviable, il n’est pas envieux ;
 l’amour ne se vante pas,
il ne s’enfle pas d’orgueil,
il ne fait rien de malhonnête,
il ne cherche pas son intérêt,
 il ne s’irrite pas, il ne médite pas le mal,
il ne se réjouit pas de l’injustice, mais il se réjouit de la vérité,
 il pardonne tout, il croit tout, il espère tout,
il supporte tout.

L’amour ne succombe jamais.
Que ce soient les prophéties, elles seront abolies ;
les langues, elles cesseront ; la connaissance, elle sera abolie.
 Car c’est partiellement que nous prophétisons ;
mais quand ce qui est parfait sera venu, ce qui est partiel sera aboli.

 trois choses demeurent :
la foi, l’espérance, l’amour ;
 mais la plus grande, c’est l’amour.

Recherchez l’amour

11 février 2017 6 11 /02 /février /2017 11:12

Il y a une belle histoire. Une fois Dieu a décidé d'aller à un temple, ce qu'il fait rarement. Alors Il donna un songe au prêtre. Il a dit: "Je vais entrer dans le temple demain." Alors le prêtre, pour changer, a commencé à nettoyer le temple. Si c'est un temple hindou, c'est un peu plus désordonné que d'autres temples. Ils jettent de l'eau partout, prashad partout, des fleurs seront par terre ici et là et quelques fleurs séchées seront trouvées.

Alors il a dit, "Ok." Il a continué à nettoyer. Et il dit à tout le monde «Aujourd'hui, Dieu va venir au temple.» Même les gens qui viennent au temple ne le croyaient pas. «Oh, qu'est-il arrivé au prêtre?» Ils ont eu pitié de lui. "Il peut avoir besoin d'un psychiatre. Aujourd'hui, il dit quelque chose de très bizarre, comme «Dieu va venir au temple.» Ils n'avaient pas non plus la foi. Certaines personnes avaient de la compassion pour lui. Certaines personnes ont téléphoné à un psychiatre, mais d'une certaine façon le prêtre a pris toutes les dispositions. Il a apporté des fleurs. Il arrangea le temple. Et puis il attendit, attendit, attendit, attendit. le soir, cinq heures, six heures, sept heures ... Il y avait un autre co-prêtre. Il a dit, "Oh, vous êtes fou." Il a commencé à le décourager. "Quoi? Qu'est-ce que tu penses? Quelque chose ne va pas bien avec vous? "Les premiers moments les gens ont eu un peu d'espoir et puis avec le temps qui passait, tout le monde, même les un ou deux autres fous qui auraient pu accepter son idée, ont également commencé à le décourager. Et comme tout le monde était découragé, il pensa: «Peut-être je me suis trompé.» Il commença à douter de lui-même. «Peut-être ai-je eu une hallucination ou une illusion. Ce n'est pas vrai. »Il a donc attendu jusqu'à onze heures. D'une façon ou d'une autre il a essayé de se tenir éveillé, bu un peu de thé indien. Alors il se tint réveillé jusqu'à minuit, puis il s'endormit. Et puis, au milieu de la nuit, il entendit quelqu'un frapper à la porte. Dieu a aussi peur de venir le jour. Quelqu'un peut l'arrêter et le punir, la cour martiale Lui. «Pourquoi m'as-tu fait cette chose? Pourquoi m'as-tu fait cette chose? "Un certain nombre de questions. Il préférait donc venir au milieu de la nuit. Il entendit frapper à la porte. Et puis le prêtre voulait se lever et dire:

 

«Voyez, j'entends un coup. Peut-être que Dieu est venu. »Le co-prêtre qui était avec lui là, dormant dans la même pièce, l'a grondé et l'a fait se coucher. Somnolent, il a dit: «Il suffit de laisser tomber ces idées drôles et aller dormir. Sinon, je vais appeler l'hôpital psychiatrique maintenant. C'est trop. »Entendant cela, l'homme dormait. Et le matin, quand il ouvre la porte du temple, il trouve l'empreinte et trouve la roue du char. Il était tellement désolé. Dieu était vraiment venu et avait vraiment frappé et il avait manqué. Il se sentait tellement désolé, si misérable. C'est une belle histoire. C'est ce qui arrive. Dieu vous appelle à chaque instant. Il chante à travers toi. Il vous réveille à travers ces sons des oiseaux, à travers ce petit animal, petite créature, sa voix, voyez comme c'est beau, "Coo, coo", quelque chose dit. Il remplit toute l'atmosphère. Si vous l'écoutez, votre cœur commence à briller. Quelque chose se passe en vous. Vous commencez à devenir plus vivant. L'amour coule dans ta vie. Dans la matinée, avez-vous entendu les oiseaux chanter? Il chante dans la voix des oiseaux. Il te réveille chaque matin. Mais nous lui manquons. Nous avons manqué dans cette foule, dans notre esprit, dans nos concepts, dans nos idées. Nous voulons que Dieu s'insère dans nos costumes. «Vous devriez venir avec un tel et tel costume.» placer dans nos concepts, nos idées, ce que Dieu devrait faire. Nous ne sommes pas prêts à accepter ce qui est.

 

En présence d'un dévot .... Voyez, Dieu est omniprésent, mais un dévot est rare. Que vous vouliez ou non, Dieu est partout. Dieu est dans la pierre. Dieu est dans les fleurs. Dieu est dans la poubelle. Dieu est partout. Mais un dévot n'est pas partout. Alors Dieu court derrière Ses dévots. Pour Dieu, les dévots sont très chers, si chers. Les ancêtres se réjouissent quand une personne fleurit pleinement sur cette planète dans l'amour Divin. Tous les gens qui sont morts et disparus, leurs âmes, leurs Êtres, ils sont remplis de joie, de grâce et de bonheur. Ils aiment. Chaque goutte de gratitude en vous apporte une grande joie à vos ancêtres. Pensez-vous à tous ceux qui sont partis? Vos grands-parents et arrière-grands-parents et arrière-arrière-arrière-grands-parents. Tout votre arbre généalogique se réjouit quand vous vivez, quand vous vivez cet amour, quand vous êtes un dévot. Tous sont libérés. Il dit que les sept générations dans le passé et les sept générations dans l'avenir se libérer, si vous êtes libéré, si vous devenez libre.

Repost 0
30 janvier 2017 1 30 /01 /janvier /2017 09:20

La dimension qui manque à la vie cest la dévotion et elle cause la peur Sans dévotion, on ne peut pas abandonner les émotions et les sensations, lillusion nous fait penser quainsi nous sommes en vie, mais ce nest quune illusion. La vérité cest que nous voyons un coté des choses et cest le côté humain de la vie, nous navons pas encore accès à lautre coté qui lui est de lordre de lesprit, du Soi. Nous nen sommes pas encore à dire oui et non cest seulement le oui ou le non qui est accepté à cause de lillusion.

Tous nos actes créent un karma positif ou négatif. Et pour trouver réellement la source de la joie et de lamour, nous devons aller au-delà du karma. Quand la dévotion grandit en nous, nous commençons vraiment à lâcher prise car nous voyons que toutes ces émotions, ces sentiments ne nous ont mené à rien, et surtout quils ne nous ont pas procuré un bonheur ni une joie durables.

  1. lillusion en combinaison avec notre égo, nous fait penser que sans ces plaisirs qui nous donnent de petites joies illusoires, notre vie va être terne !!! on ne peut réellement expliquer cette joie qui est là à chaque instant, cet amour infini qui nous habite quand nous avons réellement mis le pied sur le Chemin de la dévotion les plaisirs illusoires demandent de retrouver l’état que nous avons connu, cest ce qui nourrit les désirs, les désirs ne cessent jamais, nous voulons seulement nous replonger dans le connu du passé… la vie nest pas linéaire, et je peux témoigner que ma joie, et lamour qui mest donné dexpérimenter chaque jour na aucune cause, et ma vie, loin d’être terne, est un feu dartifice intérieur, je connais le monde et je connais lautre côté, linvisible. Mais pour cela il faut lâcher l’éphémère et vouloir atteindre le bonheur. Cest comme choisir un partenaire, si on prend ce qui se présente juste pour en retirer du plaisir, nous changerons sans cesse de partenaire, car à un moment ou à un autre, le plaisir sestompera.

 

Aditi 2016

 

 

Repost 0
26 janvier 2017 4 26 /01 /janvier /2017 10:03

(Voilà aussi mon histoire avec Jésus-Guruji... Je l'ai attendu et prié pendant des années de le connaitre en vrai... Je me souviens, mes profs, mes chefs me disaient toujours, "Vous n'écoutez pas, vous n'en faites qu'à votre tête (je suivais mon intuition, mais comme c'était à l'opposé de ce qu'ils pensaient, ils me trouvaient tous insolente... Alors fièrement je leur répondais: le jour où je rencontrerai mon Maître je ne ferai que ce qu'il me dira... on se moquait de moi, mais depuis ce jour de 1985 je n'ai jamais dérogé à ce qu'il m'a dit de faire, bien que quelques fois ce fut extrêmement difficile de lui obéir... depuis toujours en esprit je voyais son oeil qui me regardait... ... Je lui appartiens corps et âme... Aditi))

Pourquoi bouddha attendait-il cette petite fille?
Un jour, Bouddha Gautam visite une ville. Toute la ville se rassemble et attend pour l'écouter, mais il continue à attendre. Il continue à regarder en arrière sur la route, attendant qu'une petite fille de 13 ans arriver. Il l'avait rencontrée sur la route et elle lui avait dit : « Attends-moi. Je vais donner cette nourriture à mon père à la ferme, mais je serai de retour dans le temps. N'oublie pas, attends-moi !
Enfin, les anciens de la ville ont dit au Bouddha Gautam : « Qui attendez-vous? Tous les gens importants sont présents, vous pouvez commencer votre discours. "Bouddha a répondu -" Mais la personne pour qui je suis venu n’est pas encore présente et je dois attendre. "
Enfin, la jeune fille arrive et s’exclame : « Je suis un peu en retard, mais vous avez tenu votre promesse ! Je savais que vous tiendriez votre promesse parce que je vous attendais depuis mon premier souvenir d'enfant, quand j'ai pris conscience ... Je crois avoir eu quatre ans quand j'ai entendu votre nom. Votre nom suffisait pour sonner une cloche dans mon cœur. Et depuis lors depuis dix longues années ... j'ai attendu !!! "
Bouddha a répondu : "Vous n'avez pas attendu en vain. Vous êtes la personne qui m'a attiré dans ce village.
À la fin de son discours, cette petite fille était la seule qui allait à lui et lui dit : « Initiez-moi. J'ai attendu assez, et maintenant je veux être avec vous. "Bouddha a répondu :" Vous devez être avec moi parce que votre ville est si loin ! Je ne peux pas revenir encore et encore. La route est longue, et je vieillis !
Dans cette ville entière, pas une seule personne ne vint à lui pour être initiée à la méditation, autre que cette petite fille.
La nuit, alors qu'ils s'apprêtaient à dormir, Ananda, le principal disciple de Bouddha, demanda à Bouddha « Maître, avant de vous endormir, je voudrais vous poser une question. Ressentez-vous une certaine traction vers un certain espace ... comme une attraction magnétique ?
Bouddha a répondu : "Vous avez raison Ananda. C'est ainsi que je décide de mes voyages. Quand je sens que quelqu'un a soif ... si soif que sans moi, il n'y a pas d'autre moyen pour eux ... Je dois aller dans cette direction.
Le Maître se dirige vers le disciple et le disciple se dirige aussi vers le Maître. Tôt ou tard, ils sont tenus de se rencontrer. La réunion n'est pas du corps, la réunion n'est pas de l'esprit. La réunion est de l'âme!
C'est comme lorsque vous apportez deux lampes proches les unes des autres ; Les lampes restent séparées mais leurs flammes deviennent un.

ssrs

Repost 0
14 janvier 2017 6 14 /01 /janvier /2017 09:49

Un des disciples d'Adi Shankara a exprimé son désir de visiter certains temples sacrés et de gagner un certain mérite sur le chemin spirituel. Cette nuit, Adi Shankara était en dehors de son kutir à la recherche de quelque chose avec une petite lampe à la main. Le disciple le vit et lui demanda ce qu'il cherchait. - Une aiguille, répondit Adi Shankara. Ils ne pouvaient pas le localiser. «Où est-il tombé?» Demanda le disciple.

- A l'intérieur, près de mon siège, dit Adi Shankara. Le disciple fut perplexe. Il savait que son Maître était bien trop sage pour chercher dans la cour une aiguille qui tomba à l'intérieur. Il a réalisé qu'il y avait un message plus profond pour lui.

«Le gourou est celui qui vous emmène vers votre Soi. Vous voyez la sottise de chercher une aiguille où elle ne tombe pas.Le Soi est beaucoup plus subtil.Comment vous le trouverez jamais jetant la lumière loin de la source?

 

Gurudev dit, «projeter la lumière sur votre propre vie, la lumière de la sagesse.C'est l'aube du gourou tatva dans votre vie.Le gourou et la sagesse sont inséparables.Votre vie et le gourou sont inséparables.

 

Ayant reconnu cette vérité, nous suivont encore certains rites et traditions parce que nous faisons partie d’une famille, d'une communauté qui est reliée par un champ karmique. Il y a une liaison avec la famille et les proches qui dépasse la responsabilité et les devoirs ce qui est karmique. nous devons donc faire certaines choses dans notre vie comme une partie de celle ci. Aussi nous respectons donc les lois du karma et nous agissons de façon appropriée.

 

En ,Connaissant la source, quand nous visitons les lieux sacrés ou que nous participons à des rituels, nous sommes capables d'apprécier la beauté, la tradition, la culture et l'art, et de tous nous connecter au passé avec un esprit ouvert. Tous les rituels et les pratiques spirituelles nous aident à avoir un esprit ouvert. Vous ne pouvez pas avoir un esprit fermé sur le chemin spirituel. Lorsque vous êtes pris dans le banal, chaque étape est une épreuve. Si vous êtes spirituel, ouvert, c'est beaucoup plus lisse, plus doux.

 

Même Adi Shankara, un MAÎTRE de l'advaita, a chanté le soundarya lahiri qui décrit la beauté de la Mère divine. Il chantait à partir d'une expérience réelle, venant de la source.

Par exemple, quelqu'un qui est nouveau à la cuisine indienne du Sud pense que -idli, dosa, uttapam- sont autant de plats divers. Le cuisinier qui est la source de ces mets saitt que c'est la même pâte et honore également la diversité. Il vous donne une vision large et un sentiment plus grand d'appartenance en reconnaissant que tout est relié à la même divinité. Et vous êtes en mesure de vous déplacer en douceur à travers toutes les situations.

 

Sur le chemin de l'amour, il y a seulement UN. Mais beaucoup font partie de l'Un. Lorsque vous voyez cela, vous avez gagné!

Repost 0
21 décembre 2016 3 21 /12 /décembre /2016 10:43

Friedrich Schiller
Poésies de Schiller
Traduction par X. Marmier.

◄ Le RavissementLa grandeur du monde ►

LE TRIOMPHE DE L’AMOUR.

C’est par l’amour que les Dieux sont heureux ; c’est par l’amour que les hommes ressemblent aux Dieux : l’amour rend le ciel plus beau et fait de la terre un séjour céleste.

Un jour, disent les poètes, le monde fut formé derrière Pyrrha de quartiers de rocs, et les pierres se changèrent en hommes ; leurs cœurs étaient de roc et de pierre, la lumière du ciel n’éclairait point la nuit de leur âme.
Le doux Amour ne leur apportait point de guirlandes de roses, les tendres Muses ne les réjouissaient pas par l’harmonie de leurs chants.
Il n’y avait point d’amant pour tresser des couronnes de fleurs ; les printemps s’enfuyaient dans l’Élysée. On ne saluait point l’Aurore quand elle sortait du sein des mers, on ne saluait point le Soleil quand il se plongeait dans le sein des ondes.
Ces pauvres êtres erraient sous le poids d’un joug de fer, à la lueur pâle de la lune, et nulle douleur secrète ne s’élevait dans ses désirs vers les astres pour invoquer les Dieux.

Mais, voici que du milieu des flots d’azur apparaît, sur le rivage joyeux, la douce fille du Ciel, portée par les Naïades.
Une jeunesse nouvelle se répand, comme le crépuscule de l’aurore, à travers le monde entier, dans les airs, dans le ciel, sur les vagues et sur la terre.
La lumière du jour sourit dans les ombres des forêts, et des fleurs balsamiques s’épanouissent au pied des arbres.
Déjà le rossignol soupire le premier chant d’amour, et la source harmonieuse répète ce même chant.
Heureux Pygmalion ! ton marbre s’émeut, s’anime. Dieu d’amour, Dieu vainqueur, embrase tes enfants !

C’est par l’amour que les Dieux sont heureux ; c’est par l’amour que les hommes ressemblent aux Dieux : l’amour rend le ciel plus beau et fait de la terre un séjour céleste.

Au milieu des festins où coule le nectar, les jours des Dieux s’écoulent comme un plaisir éternel, comme un rêve voluptueux.
Assis sur son trône élevé, Jupiter balance la foudre ; l’Olympe tremble effrayé ; le maître souverain secoue la tête d’un air menaçant, mais il abandonne son trône aux Dieux, descend parmi les fils de la terre, soupire, comme un pâtre d’Arcadie, sous le feuillage, laisse son tonnerre immobile à ses pieds, et le destructeur des Géants s’endort sous les baisers de Léda.
À travers les larges espaces du ciel, Phébus conduit, avec des rênes d’or, les chevaux du soleil ; de ses traits il renverse des peuplades entières : mais il abandonne ses traits, ses chevaux brillants, et les oublie avec bonheur dans les charmes de l’amour et de l’harmonie.
Devant l’épouse de Jupiter s’inclinent les astres ; devant son char pompeux brillent les paons superbes, et ses cheveux parfumés d’ambroisie portent la couronne suprême.
Belle Déesse, l’Amour aussi va s’approcher de ta majesté, et la reine des Dieux est forcée de descendre de ces sphères élevées pour demander la ceinture des Grâces à celle qui enchaîne les cœurs.

C’est par l’amour que les Dieux sont heureux ; c’est par l’amour que les hommes ressemblent aux Dieux : l’amour rend le ciel plus beau et fait de la terre un séjour céleste.
L’amour éclaire l’empire des ténèbres ; l’enfer est soumis à la magie puissante de l’amour : le regard de Pluton s’adoucit au sourire de la fille de Cérès. L’amour éclaire l’empire des ténèbres.
Tes chants, Orphée, retentissaient harmonieusement dans les enfers, ils subjuguèrent le terrible gardien des rives sombres. Minos, les yeux humectés de larmes, rendit des sentences moins rigoureuses ; les serpents furieux baisèrent avec tendresse les joues de Mégère, et le bruit des fouets fut suspendu. Le vautour de Tithion s’enfuit, chassé par la lyre d’Orphée : le Léthé et le Cocyte s’arrêtèrent sur leur rivage pour entendre tes chants, ô poëte, car tu chantais l’amour.

C’est par l’amour que les Dieux sont heureux ; c’est par l’amour que les hommes ressemblent aux Dieux : l’amour rend le ciel plus beau et fait de la terre un séjour céleste.
À travers l’éternelle nature, les traces de l’amour sont semées de fleurs, et partout flottent ses ailes d’or. Si l’œil d’Aphrodite ne m’apparaissait pas dans les rayons de la lune, si l’amour ne me souriait pas dans les rayons du soleil, dans l’océan des astres, les astres, le soleil et la lune n’animeraient point mon âme. C’est l’amour, l’amour seul qui se reflète dans la nature comme dans un miroir.

Le ruisseau argentin parle d’amour ; c’est l’amour qui lui enseigne à couler plus doucement : l’âme entend la voix de l’amour dans les soupirs mélodieux du rossignol. L’amour ! l’amour se fait entendre dans toutes les voix de la nature.
Sagesse aux regards clairvoyants, retire-toi, cède à l’amour. Tu n’as jamais fléchi le genou devant les conquérants ni les princes, fléchis-le devant l’amour !
Qui s’éleva d’un pas hardi par le chemin des astres jusqu’au séjour des Dieux ? qui ouvrit le sanctuaire et nous montra l’Élysée à travers les crevasses du tombeau ? N’est-ce pas l’amour qui nous enseigne que nous pouvons être immortels ? Les esprits chercheraient-ils sans lui le maître universel ? C’est l’amour, l’amour seul qui conduit les esprits vers le père de la nature.

C’est par l’amour que les Dieux sont heureux ; c’est par l’amour que les hommes ressemblent aux Dieux : l’amour rend le ciel plus beau et fait de la terre un séjour céleste.

 
 
 
Repost 0
15 décembre 2016 4 15 /12 /décembre /2016 10:00

 "Nous devons créer une atmosphère pure et harmonieuse dans notre maison. Ceci nous aidera à y instaurer la paix et la pureté du cœur, ainsi que partout ailleurs où nous serons. Ceci également nous aidera toujours à faire de notre mieux. L’élévation de notre pensée et de notre conscience est essentielle à toute réussite dans notre vie."
Swami Veetamohananda

Repost 0
26 novembre 2016 6 26 /11 /novembre /2016 11:31

Vous vous sentez rejetés, humilies, certains vous calomnies, d autres lancent des rumeur a propos de votre intégrité ou autre ? ! 
Vous en souffrez, c est humain...
Mais sachez que de tout temps les personnes qui dérangent par leur présence, a l instar de Jesus pour les judeo chretiens, et dans presque tous les pays. On tente de vous crucifier, cependant, 2000 ans plus tard Jesus reste dans les esprits comme exemple...

Si votre coeur n est qu Amour, comme Jesus, vous êtes un leader, et les leaders dérangent souvent, en Inde ils sont veneres.

Restez tels que vous etes. Sachez garder a l esprit ceux qui vous aiment et voient qui vous êtes reellement. Ne permettez pas à l adversité de vous abattre avec leur negativité, elle ne vous appartient pas, sauf si vous y croyez. Tournez votre esprit et n acceptez que le positif.
Le veritable rebelle est celui qui s abandonne au Divin, devenant par là même le parfait serviteur.

Les faineants font semblant de s abandonner, mais pour s abandonner reellement, on doit "controler" son esprit... Avoir abandonner l illusion, et laisser l intuition nous guider.

C est un long chemin qui ne supporte aucun compromis.

Aditi

Repost 0
10 novembre 2016 4 10 /11 /novembre /2016 18:18
« Un érudit alla voir un Maître zen pour recevoir son enseignement.
Le Maître lui souhaita la bienvenue, et l'érudit se mit à lui débiter son lot de connaissance.
Une demi-heure passa, puis une heure, l'érudit était intarissable.
Le Maître se leva pour lui apporter le thé, et il commença à verser du thé dans une tasse.
Le thé débordait mais il en versait encore. « Que faites-vous ? demanda l'érudit.
La tasse est pleine.
Vous ne pouvez pas y verser plus de thé. »
Le Maître répondit « Votre tasse – tête – et votre cœur aussi sont déjà pleins. On ne peut plus rien y mettre. »
 
Repost 0
6 novembre 2016 7 06 /11 /novembre /2016 12:08

Suivre le Chemin de la Connaissance, c est marcher sur le fil du rasoir, soyez attentifs, la vigilance est indispensable. 
Suivre le Chemin de la Connaissance, ce n est pas emmagasiner des savoirs, si beaux soient ils.
Suivre le Chemin de la connaissance, c est chaque jour alléger le fardeau de notre esprit..
Suivre le chemin de la connaissance, c est dėsapprendre...
L'ignorant emmagasine des savoirs et nourrit ainsi son ėgo, en enflant il devient ego spirituel.
L ignorant est fier de çe qu il croit savoir, il a plongé tête premiere dans la Maya...
Pauvre chercheur...

Seul, l Amour doit nous guider sur le chemin de la Connaissance. 
L'amour de la Connaissance, nous guide sur ce chemin.
Aucun, ne suivra le meme chemin, on peut s inspirer de la vie D un sage, mais chacun a sa route tracée, et chacun doit la découvrir.
Le Sage peut vous aider à trouver le Chemin... A condition, bien sûr que votre Ego accepte. Votre seul ennemi est votre ego.

Aditi 3h31mn. 6/11/16

Repost 0
31 octobre 2016 1 31 /10 /octobre /2016 07:12

Aucun questionnement, juste une évidence sans POURQUOI?

Il n'y a pas de pourquoi? Depuis 3 jours des vagues d'Amour inconditionnel se lève dans mon corps... cela procure une joie, un bien -être infini...

Cependant, si vous voulez ressemblez à "autre chose" que ce que vous êtes réellement vous ne connaitrez jamais cette joie,, cette paix incommensurable!

La vie vous aime TEL que vous êtes! Ne tentez pas de ressemblez à quelqu'un d'autre, soyez honnêtes, intègres... alors l'amour et la beauté feront partie intégrante de votre vie!

Bonne journée à vous tous, qui passez sans me voir, sans me connaitre... 
Ouvrez vos yeux, votre coeur sur la beauté du monde, émerveillez vous, aimez, soyez bienveillants les uns envers les autres...

Aditi

Repost 0