Présentation

  • : L'IMPORTANT C'EST D'AIMER
  • L'IMPORTANT C'EST D'AIMER
  • : Réflexions perso, Spiritualité, Peintures Photos, Poème, Paroles des Maîtres... , sagesse, spiritualité, connaissance, envol, beatitude, liberté, et tout ce qui fait de la vie un ART
  • Contact

LIVRE D'OR

http://www.swisstools.net/guestbook


 

 








J'ai fini mon livre

Vous pouvez le commander directement
sur : http://
www.lulu.com/content/3071277 

compteur
compteur

Recherche

divers

Un Maître se promenait avec un disciple. En chemin, il lui désigna une plante et lui demanda s'il en connaissait le nom.
- La belladone, répondit le disciple. Elle peut tuer celui qui en mange les feuilles.
-Oui, mais elle ne peut tuer celui qui se contente de l'observer, réliqua le Maître.
De même les désirs négatifs ne peuvent causer aucun mal si vous ne vous laissez pas séduire par eux.

c'est l'importance que l'on donne à la pensée négative qui peut nous nuire... l'observation la laisse passer.
 

L'AMOUR...

OM NAMO BAGHAVATE VASU DEVAYA




Quand je parlerais les langues des hommes et des anges,
si je n’ai pas l’amour,
je suis du bronze qui résonne ou une cymbale qui retentit.

Quand j’aurais le don de prophétie,
la science de tous les mystères
et toute la connaissance
quand j’aurais même toute la foi
jusqu’à transporter des montagnes,
si je n’ai pas l’amour,
je ne suis rien.


Et quand je distribuerais tous mes biens pour la nourriture des pauvres,
 quand je livrerais même mon corps pour être brûlé,
 si je n’ai pas l’amour,
cela ne me sert à rien.

L’amour est patient, l’amour est serviable, il n’est pas envieux ;
 l’amour ne se vante pas,
il ne s’enfle pas d’orgueil,
il ne fait rien de malhonnête,
il ne cherche pas son intérêt,
 il ne s’irrite pas, il ne médite pas le mal,
il ne se réjouit pas de l’injustice, mais il se réjouit de la vérité,
 il pardonne tout, il croit tout, il espère tout,
il supporte tout.

L’amour ne succombe jamais.
Que ce soient les prophéties, elles seront abolies ;
les langues, elles cesseront ; la connaissance, elle sera abolie.
 Car c’est partiellement que nous prophétisons ;
mais quand ce qui est parfait sera venu, ce qui est partiel sera aboli.

 trois choses demeurent :
la foi, l’espérance, l’amour ;
 mais la plus grande, c’est l’amour.

Recherchez l’amour

22 novembre 2011 2 22 /11 /novembre /2011 15:35

Avez vous observé comment l'égo fonctionne, parfois on aimerait dire quelque chose d'agréable à quelqu'un et l'égo nous dit, mais c'est ridicule!!! c'est pas la peine etc... et nous nous taisons... de ce silence nait parfois de nombreux "mal-entendus"... évidemment puisque nous n'avons entendu que la réponse venant de notre égo... comment aurions-nous bien entendre??? 
ce que l'on dit est important, et ce que l'on ne dit pas est aussi important...

l'égo transforme nos sentiments, nos émotions... un oubli de quelqu'un peut nous faire basculer en enfer car notre égo pensera que la personne a fait exprès... 

l'égo est notre plus grand ennemi parce qu'il est fait de nos préjugés, nos concepts, nos croyances, et surtout de nos peurs... peur de l'autre, peur de la différence, peur de mourir, peur d'être rejeté, peur d'être ignoré... etc... vous pouvez ajouter en commentaire toutes les peurs qui vous viennent vous verrez elles sont nombreuses... 

cependant nous devons savoir que "la peur" est UNE... Accepter notre peur dans son ensemble nous aidera à aller au-delà de notre égo...

Aditi-22/11/11

Repost 0
21 novembre 2011 1 21 /11 /novembre /2011 00:07

 

Q : Cher Guruji, pouvez nous parler un peu de la Kundalini Shakti ?

 

SSRS : Kundalini signifie l’énergie dans votre corps. Si elle n’est pas réveillée il n’y a pas de vie. Et dans le premier vrai Kriya que vous faites elle est déjà réveillée. Il n’y a pas de quoi en faire un drame. Il y a trois types de Shaktis Kundalini :

Une est Sattvique. La plus harmonieuse, c’est le réveil de la Kundalini en douceur. Et vous ne savez même pas qu’elle est réveillée, automatiquement on commence à être heureux, généreux, avoir un grand cœur, l’esprit ouvert, la compassion et l’intuition. Toutes ces choses arrivent spontanément.

La seconde est de type rajasique (colérique) où vous trouvez ce réflexe et tous les drames arrivent. Un grand nombre d’expérience intense et dramatique viennent, c’est le chemin rajasique.

Il n’y a pas de moyen pour développer la Kundalini tamasique. Cependant certains considèrent que la Kundalini est tamasique les personnes qui utilisent certains de pouvoirs et la magie noire et de toutes ces sortes de choses…. Mais Je ne considère pas que la Kundalini est tamasique mais il y a quelques pouvoirs spirituels vous savez. Vous apaisez quelques esprits inférieurs et vous obtenez quelques pouvoirs d’eux, alors pendant quelques jours vous danse et puis c’est l’effondrement, c’est ce que font certains. Aussi ne courrez pas après ce que l’on appelle la magie et les miracles, beaucoup  d’entre eux ont pour origine les esprits inférieurs.

Sur le moment ça semble être quelque chose de bon pour vous et puis vous vous sentez misérables après.

 

Alors la sattvique est la plus harmonieuse, le meilleur type de Kundalini et c’est ce qui arrive toujours dans le Sudarshan Kriya. N’est-ce pas arrivé?  Des picotements et toutes les cellules de votre corps se réveillent. Est-ce arrivé oui ou non ? Rappelez vous votre premier Sudarshan Kriya tout s’est réveillé ! N’avez vous pas eu une méditation paisible ? N’avez-vous pas commencer à sentir je ne suis pas le corps mais je suis l’esprit ?  Avez-vous fait cette expérience ? c’est toujours le cas. Si vous n’avez aucune expérience dans le Kriya, vous avez tellement de tristesse tout le temps, alors vous devez regarder votre alimentation. Vous devenez la farce de votre alimentation. Ou alors vous vous adonnez à trop de sexe et il n’y a pas d’énergie dans votre corps pour autre chose. Ou alors vous avez été très occupé pendant le jour et la nuit vous n’avez pas un bon sommeil, pas suffisamment de repos alors il n’y a aucun moyen, ils ne peuvent pas faire l’expérience de la Kundalini Shakti. Donc ce sont certains critères… Lorsque votre énergie est conservée alors vous pourrez vous élever. Et si une bonne méditation est arrivée, vous saurez que ça a vraiment fonctionné. Si quand on médite, à l’intérieur vous sentez l’expansion, un calme, une sérénité, c’est le signe de la Kundalini shakti…

 

JGD - SRI SRI RAVI SHANKAR

Repost 0
20 novembre 2011 7 20 /11 /novembre /2011 14:45

La traduction du chant : Seulement une goutte de ton amour, pour qu'elle devienne un océan d'amour dans mon petit coeur.
Afin que tous les êtres trouvent la fraicheur de ton amour au lieu de l'aridité et la sécheresse. Auprés de toi Seigneur on trouve l'amour et l'espérance.
Quand on goûte a ton amour on goûte au ciel a la vie éternelle.

La traduction du chant : Seulement une goutte de ton amour, pour qu'elle devienne un océan d'amour dans mon petit coeur. Afin que tous les êtres trouvent la fraicheur de ton amour au lieu de l'aridité et la sécheresse. Auprés de toi Seigneur on trouve l'amour et l'espérance. Quand on goûte a ton amour on goûte au ciel a la vie éternelle.

Repost 0
14 novembre 2011 1 14 /11 /novembre /2011 11:24
 Vos réponses en questions... 

 Je souffre immensément de la solitude. Que puis-je faire à ce sujet ?
 
 

L'on ne peut pas combattre directement les ténèbres de l'isolement. Chacun doit comprendre quelque chose d'essentiel, c'est qu'il y a certaines choses fondamentales qui ne peuvent pas être changées. Un des principes de base est que vous ne pouvez pas vous battre directement contre l'obscurité, directement contre le fait d'être esseulé, directement contre la peur d'être seul. La raison en est que ces choses n'existent pas; elles sont simplement l'absence de quelque chose, de même que l'obscurité est l'absence de lumière. 

En fait, que faites-vous lorsque vous voulez que la pièce ne soit plus dans l'obscurité ? Vous ne faites rien directement avec l'obscurité - n'est-ce pas ? Vous ne pouvez pas la mettre dehors, il n'est en aucune façon possible de faire quoi que ce soit avec l'obscurité pour qu'elle disparaisse; vous devez faire quelque chose avec la lumière. Voilà qui change toute la situation et c'est ce que j'appelle l'un des principes essentiels, fondamentaux. Vous ne touchez même pas à l'obscurité, vous n'y pensez pas; cela ne sert à rien, elle n'existe pas, c'est simplement une absence. 
Ainsi, amenez simplement la lumière et vous ne trouverez pas d'obscurité du tout, parce qu'elle était l'absence de lumière, seulement l'absence de lumière et non pas quelque chose de matériel, qui a une réalité en soi, non quelque chose qui existe. Mais parce que la lumière n'était pas présente, vous aviez une sensation erronée de l'existence de l'obscurité. 
Vous pouvez continuer à vous battre contre cette obscurité votre vie durant et vous ne réussirez pas, alors que seule une petite bougie suffit pour la dissiper. Vous devez travailler sur la lumière parce qu'elle est positive, existentielle; elle existe par elle-même et une fois que la lumière est là, tout ce qui était son absence disparaît automatiquement. 
Le sentiment d'être seul est semblable à l'obscurité.

Vous ne connaissez pas votre réalité d'être seul. Vous n'avez pas éprouvé votre solitude et sa beauté, son pouvoir immense, sa force. Le sentiment d'être esseulé et la solitude sont synonymes dans les dictionnaires, mais l'existence ne suit pas vos dictionnaires. Et personne n'a encore essayé de faire un dictionnaire existentiel qui ne serait pas en contradiction avec l'existence. 
Le sentiment d'être esseulé, isolé, est une absence. 

Parce que vous ne connaissez pas votre solitude, il y a la peur. Vous vous sentez isolé, aussi, vous voulez vous accrocher à quelque chose, à quelqu'un, à un peu de relation, simplement pour maintenir l'illusion que vous n'êtes pas esseulé; or vous savez que vous l'êtes - d'où la douleur. D'une part vous vous accrochez à quelque chose qui n'a pas de réalité, qui est juste un arrangement provisoire; une relation, une amitié. 
Et pendant que vous êtes dans la relation vous pouvez créer une petite illusion pour oublier votre isolement. Là est le problème; bien que vous puissiez oublier pour un instant votre sentiment d'être esseulé, l'instant d'après vous prenez soudain conscience que la relation ou l'amitié n'ont rien de permanent. Hier encore, vous ne connaissiez pas cet homme ou cette femme, vous étiez des étrangers; aujourd'hui vous êtes amis, mais demain, qui sait… vous serez peut-être de nouveau des étrangers, d'où la douleur. 
L'illusion donne une certaine consolation, mais elle ne peut pas créer une réalité afin que toute peur disparaisse. Elle réprime la peur, alors en surface vous vous sentez bien, en tout cas, vous essayez de vous sentir bien. Vous vous persuadez que vous vous sentez bien; combien merveilleuse est la relation, combien merveilleux est cet homme ou cette femme. Mais derrière l'illusion et l'illusion est si mince que vous pouvez voir derrière, il y a une douleur dans le coeur, parce que le coeur sait parfaitement bien que demain les choses peuvent ne pas être pareilles... et elles ne seront pas pareilles.

Toute l'expérience de votre vie vous démontre que les choses changent continuellement. Rien ne reste stable; vous ne pouvez vous accrocher à rien dans un monde changeant.Vous vouliez faire de votre amitié quelque chose de permanent, mais votre désir même est contre le principe du changement et cette loi ne fera pas d'exceptions. Elle continuera simplement à fonctionner à sa manière; elle changera… tout. 
Peut-être qu'à long terme, vous comprendrez un jour qu'il était bon que cette loi ne vous ait pas écouté, que l'existence ne se soit pas soucié de vous et a simplement continué à faire tout ce qu'elle voulait faire... pas selon votre désir. 
Cela peut vous prendre un peu de temps pour le comprendre. Vous voulez que tel ami soit votre ami pour toujours, mais demain il se transforme en ennemi. Ou simplement; "Qu'il fiche le camp !" et il n'est plus avec vous. Quelqu'un d'autre vient alors remplir le vide, quelqu'un qui est un être humain bien supérieur. Tout à coup vous vous rendez alors compte qu'il était bien que l'autre ait fiché le camp; autrement vous seriez restés collés ensemble. Pourtant, la leçon n'entre jamais suffisamment profondément au point de vous faire cesser de demander la permanence. 
Vous recommencerez à demander la permanence avec cet autre homme, avec cette autre femme; cette fois, cela devrait ne pas changer. Vous n'avez pas vraiment appris la leçon; le changement est simplement le tissu même de la vie. Vous devez comprendre cela et avancer avec cela. Ne vous créez pas d'illusions, elles ne vont pas vous aider; mais tout le monde se crée des illusions de toutes sortes. 

J'ai connu un homme qui m'a dit un jour: "Je n'ai confiance qu'en l'argent, je n'ai confiance en personne d'autre". 
Je lui ai répondu: "Vous affirmez là quelque chose de très significatif". 
Il ajouta: "Chacun change; vous ne pouvez compter sur personne et alors que vous vieillissez, seul votre argent est vraiment à vous. Personne ne se soucie de vous; pas même votre fils, pas même votre femme. Si vous avez de l'argent, ils se soucient tous de vous, ils vous respectent tous, parce que vous possédez de l'argent. Si vous n'en avez pas, vous devenez un mendiant à leurs yeux". 

Son discours sur le fait que la seule chose au monde en quoi avoir confiance est l'argent, venait d'une longue expérience de vie, venait du fait d'avoir été trompé à maintes reprises par les gens en qui il avait mis sa confiance et par qui il croyait être aimé, mais ils étaient tous autour de lui uniquement pour l'argent. 
"Mais, lui répondis-je: "au moment de la mort l'argent ne vous suivra pas. Vous pouvez entretenir l'illusion qu'au moins l'argent est avec vous, mais dès que votre respiration s'arrêtera, il ne sera plus avec vous. Vous avez gagné quelque chose, mais cela restera de ce côté-ci; vous ne pouvez pas l'emporter au-delà de la mort. Vous tomberez dans un profond isolement, que vous avez cachée derrière la façade de l'argent". 

Il y a des gens qui courent après le pouvoir, mais la raison en est la même; lorsqu'ils sont au pouvoir, tant de gens les suivent, des millions des gens se trouvent sous leur domination. Ils ne sont pas seuls, ce sont de grands leaders politiques, des leaders religieux. Mais le pouvoir change; un jour vous l'avez, le lendemain vous ne l'avez plus et soudain l'illusion toute entière disparaît. Vous êtes esseulé comme personne d'autre ne l'est, parce que les autres se sont habitués à être esseulés. Vous n'y êtes pas habitué... votre fait isolement vous fera encore plus mal. 
La société a essayé d'instaurer des mesures pour vous aider à oublier votre isolement. Les mariages arrangés ne sont qu'un effort pour que vous soyez sûr que votre femme reste avec vous. Toutes les religions résistent au divorce, pour la simple raison que si l'on permet le divorce, l'objectif essentiel derrière l'invention du mariage serait alors détruit; sa finalité est de vous donner un compagnon, une compagne à vie. 
Mais même si votre épouse ou votre mari reste avec vous pour toute une vie, cela ne signifie pas que l'amour restera le même; en fait, plutôt que de vous donner un compagnon, la société vous donne un fardeau à porter. Vous étiez esseulé, déjà face à des problèmes et maintenant vous devez porter une autre personne toute aussi esseulée. Et dans cette vie il n'y a pas d'espoir, parce que dès que l'amour disparaît vous vous retrouvez tous les deux seuls et vous devez vous tolérer mutuellement. La question d'être séduit l'un par l'autre ne se pose plus; au mieux, vous pouvez patiemment vous tolérer l'un l'autre. Votre isolement n'a pas été changée par la stratégie sociale du mariage. 

Les religions ont essayé de faire de vous le membre d'un corps organisé religieux, de façon à ce que vous soyez toujours au sein d'une foule. Vous savez qu'il y a six cent millions de catholiques; vous n'êtes pas seul, six cent millions de catholiques sont avec vous. Jésus Christ est votre Sauveur, Dieu est avec vous. Seul, vous pouviez peut-être vous tromper, le doute pouvait surgir, mais six cent millions de personnes ne peuvent pas être dans l'erreur. Une petite garantie donc... mais même cela s'envole, parce qu'il y a des millions d'autres personnes qui ne sont pas des catholiques. Il y a ceux qui ont crucifié Jésus, il y a ceux qui ne croient pas en Dieu et leur nombre n'est pas inférieur à celui des catholiques, il est supérieur à celui des catholiques et il y a d'autres religions avec des concepts différents... 
Pour une personne intelligente, il est difficile de ne pas douter; des millions des gens peuvent suivre un certain système de croyance, mais même dans cette situation vous ne pouvez pas être certain qu'ils sont avec vous, pas certain que vous n'êtes pas seul. 
Dieu était un stratagème, mais toutes les astuces ont échoué. C'était un stratagème ... lorsque plus rien n'est là, au moins Dieu est avec vous; il est toujours partout avec vous, dans la nuit sombre de l'âme, il est avec vous, nulle raison donc de vous inquiéter. 
C'était bon pour une humanité encore en enfance, d'être abusée par ce concept, mais vous ne pouvez pas vraiment être dupé. Ce Dieu qui est toujours partout, vous ne le voyez pas, vous ne pouvez pas lui parler, vous ne pouvez pas le toucher, vous n'avez aucune preuve de son existence; excepté votre désir qu'il devrait être là. Mais votre désir n'est pas la preuve de quoi que ce soit. 
Dieu est seulement le désir d'un esprit puéril. 
L'humanité a atteint sa majorité et Dieu a perdu sa signification. L'hypothèse a perdu son emprise. 
Ce que j'essaie de vous dire, c'est que chaque effort pour tenter de fuir le fait d'être esseulé a échoué et échouera, parce que cette attitude est contre les principes fondamentaux de la vie.

Ce qu'il faut n'est pas quelque chose qui vous fasse oublier votre isolement; Ce qui est nécessaire, c'est que vous preniez conscience de votre solitude, qui est une réalité. Et il est si beau d'éprouver cette réalité, de la ressentir, parce qu'elle est votre affranchissement de la foule, de l'autre. Cette réalité vous libère de la peur d'être esseulé. Rien que le mot "esseulé" vous rappelle immédiatement le sentiment d'une blessure; quelque chose est nécessaire pour la guérir. Il y a un vide et cela fait mal; quelque chose doit être comblé. Le mot même de solitude n'a pas le même sens, celui d'une blessure, d'un vide qui doit être comblé. Solitude signifie simplement une complétude. Vous êtes complet; il n'y a donc besoin de personne d'autre pour vous compléter. 
Par conséquent, essayez de trouver votre centre le plus intérieur, là où vous êtes toujours seul, où vous avez toujours été seul. Dans la vie, dans la mort, partout où vous êtes, vous serez seul, mais ce centre est si plein, il n'est pas vide, il est si plein, si complet et si débordant de toutes les sèves de la vie, de toutes les beautés et les bénédictions de l'existence, qu'une fois que vous avez goûté à la solitude, la douleur dans le coeur disparaîtra. A sa place, un nouveau rythme sera là, plein de douceur immense, de paix, de joie, de bonheur. 
Cela ne veut pas dire qu'un homme qui est centré dans sa solitude, complet en lui-même, ne peut pas se faire des amis; en fait lui seul peut se créer des amitiés, parce que maintenant ce n'est plus un besoin, il ne fait que partager. Il a tant en lui; il peut partager. 

L'amitié peut être de deux sortes. L'une est celle dans laquelle vous êtes un mendiant - vous avez besoin de quelque chose de l'autre pour aider votre isolement et l'autre est aussi un mendiant; il veut la même chose de vous et naturellement, deux mendiants ne peuvent pas s'entr'aider. Bientôt ils verront que mendier d'un autre mendiant double ou multiplie leur besoin. Au lieu d'un mendiant, maintenant il y en a deux et si, malheureusement, ils ont des enfants, alors il y a toute une société de mendiants qui mendient et personne n'a rien à donner. 
Chacun se sent alors frustré, irrité et chacun se sent mystifié et trompé. Mais en fait, personne ne trompe et personne ne triche, car que possédez-vous ? 
L'autre sorte d'amitié, l'autre sorte d'amour, à une qualité totalement différente; elle ne vient pas d'un besoin, elle vient du fait que vous avez tellement en vous que vous voulez partager. Une nouvelle sorte de joie est entrée dans votre être; celle de partager, joie dont vous n'étiez jamais conscient auparavant. Vous aviez toujours mendié. 

Lorsque vous partagez, la question de s'accrocher à l'autre ne se pose pas. Vous êtes porté par le flux de l'existence, par celui du changement de la vie, car peu importe avec qui vous partagez. Ce sera peut-être la même personne demain, la même personne pour toute votre vie ou ce pourra être des personnes différentes. Ce n'est pas un contrat, ce n'est pas un mariage; c'est simplement à partir de votre plénitude que vous voulez donner. Ainsi quiconque se trouve être près de vous, vous la lui donnez et donner est une telle joie. 
Mendier, quémander est une telle misère; même si vous obtenez quelque chose en mendiant, vous resterez malheureux. Cela fait mal, cela blesse votre fierté, cela blesse votre intégrité. Mais partager vous rend plus centré, plus intégré, plus fier et non pas plus égoïste; plus fiers que l'existence ait été compatissante envers vous. Ce n'est pas l'ego; c'est un phénomène totalement différent... une reconnaissance que l'existence vous ait permis quelque chose que des millions de gens essaient de trouver, mais à la fausse porte. Il se trouve que vous êtes à la bonne porte. 

Vous êtes fier de votre félicité et de tout ce que l'existence vous a donné. La peur disparaît, l'obscurité disparaît, la douleur disparaît, le désir pour l'autre disparaît. 
Vous pouvez aimer une personne et si cette personne aime quelqu'un d'autre il n'y aura aucune jalousie, parce que vous aimiez à partir de tant de joie; ce n'était pas un attachement, vous ne reteniez pas l'autre dans une prison. Vous n'aviez pas peur que l'autre personne puisse s'échapper d'entre vos mains, que quelqu'un d'autre entame une liaison amoureuse...

Lorsque vous partagez votre joie, vous ne créez de prison pour personne, vous donnez simplement. Vous n'attendez même pas à de la gratitude ou à de la reconnaissance en retour, parce que vous ne donnez pas pour obtenir quoi que ce soit, pas même de la gratitude. Vous donnez parce que vous êtes si plein que vous devez donner. 
Ainsi, si quelqu'un est reconnaissant, c'est vous, envers la personne qui a accepté votre amour, qui a accepté votre cadeau. Elle vous a soulagé, elle vous a permis de lui donner votre énergie et plus vous partagez, plus vous donnez, plus vous avez. Cela ne fait donc pas de vous un avare, cela ne crée pas une nouvelle crainte que: "je puisse perdre cela". En fait, plus vous le perdez, plus l'eau fraîche jaillit de sources dont vous n'étiez pas conscient auparavant. 
Ainsi, je ne vous dirai donc pas de faire quoi que ce soit concernant votre sentiment d'être esseulé. 
Cherchez plutôt votre solitude. 

Oubliez l'isolement, oubliez l'obscurité, oubliez la douleur, elles ne sont que l'absence de la solitude. L'expérience de la solitude les dissipera immédiatement et la méthode est la même; observez simplement votre mental, soyez conscient. Devenez de plus en plus conscient, pour finalement être uniquement conscient de vous-même. C'est à ce moment là où vous prenez conscience de la solitude. 

Vous serez étonnés d'apprendre que différentes religions ont donné différents noms pour l'état ultime de la réalisation. Les trois religions nées à l'extérieur de l'Inde n'ont pas de nom pour cela, parce qu'elles ne sont jamais allées loin dans la recherché du soi. Elles sont restées puériles, immatures, s'accrochant à un Dieu, s'accrochant à la prière, s'accrochant à un sauveur. Vous pouvez comprendre ce que je veux dire; elles sont toujours dépendantes de quelqu'un d'autre qui doit les sauver. Elles ne sont pas matures. Le judaïsme, le christianisme, l'islam, ne sont pas matures du tout et c'est peut-être pourquoi elles ont influencé la grande majorité des gens dans le monde, parce que la plupart des gens de part le monde sont immatures; il y a une certaine affinité. 
Mais les trois religions de l'Inde ont trois noms pour cet état ultime et je m'en suis souvenu du fait du mot solitude. Le jainisme a choisi kaivalya, "solitude", comme l'état ultime de l'être. Tout comme le bouddhisme a choisi nirvana, "le fait d'être sans soi" et l'hindouisme a choisi moksha, "libération"; le jainisme a choisi "solitude absolue". Chacune de ces trois expressions est belle, elles sont trois aspects différents d'une même réalité. Vous pouvez l'appeler: libération, liberté; vous pouvez l'appeler solitude; vous pouvez l'appeler "le fait d'être sans soi", le vide, simplement des poteaux indicateurs vers cette expérience ultime pour laquelle aucun nom n'est suffisant.

Mais à chaque fois, regardez bien pour savoir si ce à quoi vous faites face en tant que problème, est une chose négative ou une chose positive. Si c'est une chose négative, alors ne vous battez pas contre; ne faites pas cet effort là du tout. Cherchez-en juste son aspect positif et vous serez devant la bonne porte.La plupart des gens dans le monde manquent leur cible parce qu'ils se mettent à lutter directement contre la porte négative. 
Il n'y a aucune porte; il y a seulement l'obscurité, il y a seulement l'absence et plus ils se battent, plus ils rencontrent l'échec, plus ils deviennent déprimés, pessimistes et en fin de compte ils commencent à constater que la vie n'a aucune signification, que c'est simplement une torture. Mais leur erreur est d'être entré par la fausse porte. 
Ainsi avant que de faire face à un problème, regardez simplement le problème; est-ce une absence de quelque chose ? Tous vos problèmes sont une absence de quelque chose et une fois que vous avez trouvé de quoi ils sont l'absence, tournez-vous alors vers le positif. 
Dès l'instant où vous trouvez le positif, la lumière, l'obscurité n'est plus.


Osho, Extrait de: The Path of the Mystic, Chapitre 19
Repost 0
7 novembre 2011 1 07 /11 /novembre /2011 15:23

Soyez authentique dans votre quête de la Vérité. Ne ménagez aucun effort. Si vous avez intensément soif de la réalité cachée derrière les reflets perçus par vos sens et votre mental, cela vous rendra digne de subir "l'ultime accident".

 

Chiyono souhaitait ardemment devenir sannyasine, une disciple, mais tous les Maîtres la refusaient. elle était très belle et ils craignaient que les yeux de cette femme n'éclipse Dieu dans le coeur des moines. Comme dernier recours, Chiyono se brûla le visage et se rendit à ce point méconnaissable que nul ne pouvait encore dire s'ils s'agissait d'un homme ou d'une femme. Ainsi, elle se présenta devant un Maître qui l'accepta comme disciple. Pendant plus de trente ans, Chiyono étudia et médita avec une sincérité totale. Une nuit, elle tomba en admiration devant la lune reflétée dans le seau d'eau qu'elle portait. L'univers des apparences est captivant, en effet, il réfléchit la beauté absolue. Dans le coeur de l'être humain émerveillée par la grâce des reflets, par la musicalité et le parfum du monde, la nostalgie de la source de tout cela commence à se manifester. Chiyono contemplait le miroitement de la lune quand, soudain, les liens de bambou du seau se rompirent. L'eau se répandit sur le sol, l'image de la lune disparut et Chiyono atteignit l'Eveil. Elle compas ces quelques vers:

 

De toutes les façons,

je me suis efforcée de préserver le seau

en espérant que la frêle bambou

ne se briserait jamais.

Soudain, le fond a cédé.

Plus d'eau,

 plus de lune dans l'eau,

le vide dans ma main.

 

L'illumination est un accident. Comprenez-moi bien, je ne vous conseille pas de ne rien faire, sinon le miracle ne surviendra jamais. Il surprend ceux qui l'ont ardemment cherché, bien qu'il ne soit jamais le résultat de leurs efforts. Les techniques méditatives vous rendent vulnérable et vous exposent à l'accident, mais rien de plus.

 

Préparez-vous, rendez vous réceptif à l'inconnaissable. s'il n'est pas invité, l'hôte ne frappera jamais à votre porte.

 

Osho...

 

 

"Si l'on veut trouver la vérité, délaissons les mirages... les gens ne montrent qu'un reflets de ce qu'ils sont ou pensent... Être vrai c'est s'ouvrir, c'est ne pas être tiède... La vérité ne supporte pas la tiédeur, les excuses... Pour marcher sur ce Chemin nous laissons derrière nous les mensonges, les arrangements, nous montrons notre vrai visage... on nous aime ou non, cela n'est pas important... le jugement des ignorants ne peuvent ternir notre recherche... Soyez vous mêmes avec vos qualités et vos défauts... transformez ce qui est négatif en vous... ne cherchez pas à plaire aux autres, vous vous perdrez... ne vous comparez pas mais sachez qui vous êtes, ne vous croyez ni plus grand que vous ne l'êtes ni plus petit.  Le chemin de la Vérité n'est pas un chemin facile, vos pieds ne fouleront pas que des fleurs parfois ils se blesseront, la douleur sera votre compagne tant que la Vérité ne se fera pas jour... c'est par l'Amour que l'on atteint la Vérité, parce que l'Amour transforme" et surtout n'ayez pas peur d'emprunter ce chemin... Il est si beau et rend si heureux malgré les blessures"  Aditi 

Repost 0
2 novembre 2011 3 02 /11 /novembre /2011 14:19

 

 

Quand vous vous éloignez de la Connaissance, les pensées tristes se multiplient parce que vous n’êtes pas complets… La complétude n’est là que lorsque vous plongez dans las Connaissance. 

Lorsque la tristesse arrive et quel que soit le sujet, apprenez à détourner ces pensées,  vous le pouvez… les mauvaises pensées ne peuvent survivre que si vous leur accordez de l’importance… et l’importance de celles ci vient de la comparaison avec une autre situation…

Vous n’êtes pas maître des pensées qui surgissent, vous êtes maitre de ce que vous en faites…

La pensée c’est comme le vent ça s’engouffre là où il y a un passage… apprenez à cultiver les pensées positives, celles qui vous pousse au-delà de la négativité… les bonnes pensées se nourrissent de belles pensées…

 

Les mots que vous mettez sur vos pensées sont des énergies… positives ou négatives… c’est vous qui choisissez où elles vous entrainent…

 

Le Pouvoir de la Connaissance transcende la tristesse. Sur le Chemin vous avez toute chose. Vous possédez la beauté de la Connaissance, en elle sont la sagesse, le rire, le service, le silence, le chant, la danse, l’humour, la fête, les plaintes, les problèmes, et le chao pour y mettre de la couleur. (SSRS)

 

 

C’est ça la VIE… tant de couleurs qui se côtoient, se mélangent, s’associent !!!! c’est pourquoi vous avez le choix !!! Faites de votre vie une Harmonie, un mélange judicieux de couleurs ; (la tristesse vient de l’attachement aux bonnes comme aux mauvaises pensées)…

 

Merveilleuse journée à tous!!!!

Aditi

Repost 0
30 octobre 2011 7 30 /10 /octobre /2011 13:33

Site Officiel De Nathalie CARDONE http://nathaliecardone.malibuprod.com

Site Officiel De Nathalie CARDONE http://nathaliecardone.malibuprod.com

Repost 0
30 octobre 2011 7 30 /10 /octobre /2011 13:26

Riprendiamoci. Continuo a credere in cio' che credo. Avevo 15 anni, ero stupido, e definirlo "Dio" non aveva senso, ed era sopratutto sbagliato.

Pero' rimarro' comunque qui, a ridere ed ascoltare, a piangere e guardarvi contorcervi dalla rabbia e dalla xenofobia.

C'e' tanto odio, tanto disprezzo, e tanto poco rispetto in tutti questi commenti.

Riprendiamoci. Continuo a credere in cio' che credo. Avevo 15 anni, ero stupido, e definirlo "Dio" non aveva senso, ed era sopratutto sbagliato. Pero' rimarro' comunque qui, a ridere ed ascoltare, a piangere e guardarvi contorcervi dalla rabbia e dalla xenofobia. C'e' tanto odio, tanto disprezzo, e tanto poco rispetto in tutti questi commenti.

Repost 0
16 octobre 2011 7 16 /10 /octobre /2011 09:05

L’ESPRIT EST UN MIROIR

 

 

Voyez le mental comme un miroir. Quel est l’utilité d’un miroir… réfléchir une image… ce qui et quelque chose devant nos yeux… « Les yeux sont le miroir de l’âme »… le miroir est cela mais le miroir ne conserve pas l’image, ne rejette ni la laideur ni ne garde la beauté…

 

Lorsqu’il arrive quelque chose que nous n’aimons pas ou n’approuvons pas, nous pensons que cela n’aurait pas dû arriver. Le fait de ne pas accepter fait que l’événement reste dans l’esprit longtemps… nous y pensons souvent et tant que nous nourrissons cette non-acceptation elle perdure… Nous pensons avoir raison en n’acceptant pas !!! sinon, nous ne le ferions pas. 

 

Le miroir reflète simplement une image et lui permet d’être là.

 

De la même façon l’esprit, le mental étant un miroir, il devient le témoin des événements qui arrivent.

C’est là où le Karma est annulé et se dissout… (SSRS)

 

Les yeux sont le miroir de l'âme = cela ne signifie-t-il pas qu'ils ne reflètent que ce que nous sommes... ils reflètent nos peurs, nos angoisses, notre haine... mais aussi la beauté, la bonté, l'Amour... ceci nous démontre ce que nous percevons du monde est le fruit de nos pensées. 

Je me souviens de ce que m'avait dit un Maître il y a longtemps... à propos des dessins et peintures que je faisais... "Si ces images, ces visages n'étaient pas en toi, tu ne pourrais pas les reproduire"...  des dizaines d'années après: Yahel a peint Mâ Anandamayi pour l'offrir à un autre Maître... quand Il a vu le tableau de Yahel Il lui a dit: "Si Mâ n'était pas en Toi tu n'aurais pas pu la peindre aussi parfaitement"...


Gardez à l’esprit que ce que vous n’acceptez pas est dû à vos émotions et sentiments… Poursuivez votre chemin allez au-delà de vos émotions… Le plan divin est parfait… tout comme les étoiles et les amis on ne peut le voir  mais pourtant Il est déjà dessiné… c’est en devenant UN, en disant Oui à ce qui est que nous pouvons acquérir cette liberté   si chère à chacun de nous.

 

Aditi

Repost 0
14 octobre 2011 5 14 /10 /octobre /2011 17:26

La peur de la mort signifie une vie partiellement vécue 

Souvent la peur de la mort monte en moi, intense et forte et la peur d'avoir à quitter toute cette beauté, cette amitié et cet amour. Comment est-il possible de se détendre avec dans certitude de la mort ?

Tout d'abord, il est seulement possible de se détendre lorsque la mort est une certitude. Se détendre est difficile lorsque les choses sont incertaines. Si vous savez que vous allez mourir aujourd'hui, toute peur de la mort disparaîtra. A quoi bon perdre du temps? Vous avez une journée à vivre; vivez aussi intensément que possible, vivez aussi totalement que possible. La mort peut ne pas venir.

La mort ne peut pas venir à ceux qui vivent très intensément et très totalement.

Et même si elle vient, ceux et celles qui ont vécu totalement l'accueillent, parce que c'est un grand soulagement. Ils sont fatigués de vivre, ils ont vécu si totalement et si intensément; aussi, la mort vient comme une amie. De même qu'après tout une journée de travail intense la nuit vient comme une grande relaxation, comme un beau sommeil, de même la mort vient après la vie. La mort n'a rien de laid; vous ne pouvez trouver rien de plus pur. 
Si la peur de la mort entre en vous, cela signifie qu'il y a quelques espaces en vous qui ne sont pas remplis de vie. Ces peurs de la mort sont donc très indicatives et utiles. Elles vous montrent que votre danse doit être un peu plus rapide, que vous devez brûler la chandelle de votre vie par les deux bouts. 
Dansez si vite que le danseur disparaît et que seule reste la danse. 
Alors il n'est pas possible qu'une crainte quelconque de mourir vous rende visite. 

"Et la crainte de quitter toute cette beauté, cette amitié et cet amour". Si vous êtes totalement dans l'ici et le maintenant, qui se soucie de demain ? Demain prendra soin de lui-même. Jésus a raison lorsqu'il prie Dieu: "Seigneur, donnez-moi mon pain quotidien". Il ne demande même pas quelque chose pour demain, aujourd'hui se suffit à lui-même. Vous devez apprendre que chaque moment est complet en soi.

La peur d'avoir à quitter tout cela vient seulement parce que vous ne vivez pas complètement dans l'instant; autrement, il n'y a pas de temps et il n'y a pas de mental, et il n'y a pas d'espace.

Une fois, quelqu'un demanda à un marchand: "Quel âge avez-vous ?" 
Il répondit: "Trois cent soixante ans !" 
L'homme ne pouvait pas le croire et dit: "Pouvez-vous répéter s'il vous plaît ? Peut-être n'ai-je pas entendu correctement". 
Le marchand hurla et répéta: "Trois cent soixante ans !" 
L'homme s'exclama: "Pardonnez-moi mais je ne peux pas le croire; vous n'avez pas l'air d'en avoir plus de soixante !" 
Le marchand lui dit: "Vous avez également raison. D'après le calendrier, j'ai soixante ans; mais lorsque je regarde ma vie, j'ai vécu six fois plus qu'un autre. En soixante ans j'ai réussi à vivre trois cent soixante ans". 
Cela dépend de l'intensité. 

Il y a deux façons de vivre. 
L'une est la voie du buffle, il vit horizontalement, d'un trait. 
L'autre voie est celle d'un bouddha; il vit verticalement, dans la hauteur et la profondeur. Alors chaque moment peut devenir une éternité. 
Ne gaspillez pas votre temps dans des futilités, mais vivez, chantez, dansez, aimez aussi totalement et généreusement que vous en êtes capable. Aucune peur n'interférera et vous ne vous soucierez pas de ce qui arrivera demain. Aujourd'hui se suffit à lui-même. Vécu, il est si plein; il ne laisse pas d'espace pour penser à autre chose. Dans la vie non vécue, les soucis viennent; les peurs viennent.

Vivez, aimez et faites de chaque moment une profonde extase; toutes les peurs pourront disparaître.

Repost 0