Présentation

  • : L'IMPORTANT C'EST D'AIMER
  • L'IMPORTANT C'EST D'AIMER
  • : Réflexions perso, Spiritualité, Peintures Photos, Poème, Paroles des Maîtres... , sagesse, spiritualité, connaissance, envol, beatitude, liberté, et tout ce qui fait de la vie un ART
  • Contact

LIVRE D'OR

http://www.swisstools.net/guestbook


 

 








J'ai fini mon livre

Vous pouvez le commander directement
sur : http://
www.lulu.com/content/3071277 

compteur
compteur

Recherche

divers

Un Maître se promenait avec un disciple. En chemin, il lui désigna une plante et lui demanda s'il en connaissait le nom.
- La belladone, répondit le disciple. Elle peut tuer celui qui en mange les feuilles.
-Oui, mais elle ne peut tuer celui qui se contente de l'observer, réliqua le Maître.
De même les désirs négatifs ne peuvent causer aucun mal si vous ne vous laissez pas séduire par eux.

c'est l'importance que l'on donne à la pensée négative qui peut nous nuire... l'observation la laisse passer.
 

L'AMOUR...

OM NAMO BAGHAVATE VASU DEVAYA




Quand je parlerais les langues des hommes et des anges,
si je n’ai pas l’amour,
je suis du bronze qui résonne ou une cymbale qui retentit.

Quand j’aurais le don de prophétie,
la science de tous les mystères
et toute la connaissance
quand j’aurais même toute la foi
jusqu’à transporter des montagnes,
si je n’ai pas l’amour,
je ne suis rien.


Et quand je distribuerais tous mes biens pour la nourriture des pauvres,
 quand je livrerais même mon corps pour être brûlé,
 si je n’ai pas l’amour,
cela ne me sert à rien.

L’amour est patient, l’amour est serviable, il n’est pas envieux ;
 l’amour ne se vante pas,
il ne s’enfle pas d’orgueil,
il ne fait rien de malhonnête,
il ne cherche pas son intérêt,
 il ne s’irrite pas, il ne médite pas le mal,
il ne se réjouit pas de l’injustice, mais il se réjouit de la vérité,
 il pardonne tout, il croit tout, il espère tout,
il supporte tout.

L’amour ne succombe jamais.
Que ce soient les prophéties, elles seront abolies ;
les langues, elles cesseront ; la connaissance, elle sera abolie.
 Car c’est partiellement que nous prophétisons ;
mais quand ce qui est parfait sera venu, ce qui est partiel sera aboli.

 trois choses demeurent :
la foi, l’espérance, l’amour ;
 mais la plus grande, c’est l’amour.

Recherchez l’amour

9 mai 2007 3 09 /05 /mai /2007 04:30


Une vieille dame s'arrête un soir dans un restaurant d'autoroute. Elle va au self et prend une soupe chaude, puis va s'asseoir toute seule à une table. Elle se rend compte qu'elle a oublié de prendre du sel.

Elle se lève, erre un peu dans le restaurant avant d'en trouver, et retourne à sa table.
Mais en revenant, elle y trouve un noir assis, qui plonge sa cuillère dans le bol de soupe et la mange lentement.

"Oh! Il a du culot ce noir! pense la brave dame. Je lui apprendrai bien les bonnes manières "

Mais elle s'assied sur le côté de la table, et charitablement le laisse manger un peu de sa soupe. Tirant un peu le bol à elle, elle plonge sa cuillère elle aussi, cherchant à partager au moins cette soupe avec lui.

Le noir retire doucement le bol vers lui, et continue de manger.

La dame se remet à le tirer légèrement vers elle, pour pouvoir y avoir accès. Et ils finissent la soupe ainsi.

Alors le noir se lève, lui fait signe de patienter, et revient avec une portion de frites énorme, qu'il partage avec elle, comme la soupe.

Enfin ils se saluent, et la dame part aux toilettes. Mais quand elle revient, elle veut prendre son sac pour partir, et découvre qu'il n'est plus au pied de sa chaise.

"Ah! J'aurais bien dû me méfier de ce noir!".

Elle hurle dans tout le restaurant, criant au voleur, jusqu'à ce que finalement on retrouve son sac, posé au pied d'une table où repose un bol de soupe refroidie...

SON bol auquel personne n'a touché.

C'était elle qui s'était trompée de table et avait partagé le repas de l'homme!

"Le coeur de l'homme est son paradis ou son enfer."

Jean-Jacques Rousseau

"La peur, la passion, les préjugés, les concepts nous aveuglent... la simplicité nous fait peur, nous doutons sans cesse à cause de notre "éducation", nous n'avons confiance en personne sinon nous, et encore!!!
Regarder la vie à chaque instant avec un regard neuf, comme si nous venions de nous éveiller, éviterait surement ce genre d'erreur lourde de conséquences...  Les jugements portés par autrui ou ceux que nous portons persuadés de ne point nous tromper... les amalgames que nous pouvons faire et qui sont loin d'être anodins... tout cela et plus encore fait notre paradis et notre enfer...
Le paradis c'est ici et maintenant...
l'enfer c'est hier, demain... les souvenirs...

"Si tu veux que la vie te sourit, sourie à la vie".



Repost 0
5 mai 2007 6 05 /05 /mai /2007 15:29
 «  Une femme vous apprend le premier pas dans la vie.
 C’est une femme qui peut  effacer les différences et faire vivre ensemble des personnes de nature diverse parce qu’elle est une experte même dans son foyer..
 S’il y a dix membres dans une famille elle sait exactement comment s’y prendre avec chacun d’entre eux.
Cette qualité est inhérente à la nature féminine.
Les hommes peuvent inspirer les conflits, mais une femme sait inspirer l' union.
 De nos jours où le monde est si concerné par les guerres, nous avons besoin que les femmes se mettent en avant et prennent des responsabilités.
Il est nécessaire qu’elles apportent à la société les aspects les plus subtiles avec une capacité de transformation, une capacité de créer et de réaliser une société différente. »

 S.S.  Sri Sri Ravi Shankar
 
Repost 0
25 avril 2007 3 25 /04 /avril /2007 10:37
Il existe ce qui s'appelle le Syndrome de l'Attention Déficiente, qui rend l'écoute difficile au-delà de six minutes!
Bien que vous soyez assis là avec toute la meilleure volonté d'écouter, votre mental s'échappe tout doucement vers la sortie! Comment le ramener encore et encore quand il vagabonde?

Arjuna avait le même problème!
Le mental est très difficile à contrôler.
Krishna lui disait dont : "Ancre ton esprit par ton savoir-faire!"
Où que votre mental aille, ramenez-le avec adresse! Ne vous battez pas contre lui! C'est comme un enfant. vous savez bien que si vous dites à un élève ou un ado : "Ne fais pas ça!" Il va se rebeller!

Votre mental est un ado que vous emmenez partout avec vous, et il refuse de grandir! Il ne veut rien faire de ce que vous lui dites! Alors, comment le ramener à la maison?
Ramenez-le en douceur!


l'observation nous permet de le ramener en douceur...
Repost 0
30 mars 2007 5 30 /03 /mars /2007 10:04
Il vous faut d'abord savoir ce que le mot "respect" signifie.  (Sammâna en sanskrit)
sam+mâna = une mesure complète, totale.
c'est mesurer de manière complète et totale, donner le poids exact, déterminer la qualité et la relation... connaître complètement les caractéristiques de la personne que vous honorez ou envers qui vous avez du respect; savoir complètement dans quelle relation elle se place avec celui qui veut lui témoigner du respect; et ce faisant garder intacte la relation respective.
C'est ce que "témoigner du respect" signifie. Et à la base de tout cela il y a le "respect de soi-même".
Si celui qui agit ne comprend pas correctement son propre soi, comment va-t-il comprendre l'autre?
Ce respect s'applique à chacun; en fait il s'applique à soi-même et donc il s'applique aussi aux autres.
Alors, vous voyez que c'est uniquement quand vous vous respectez vous-même que vous pouvez respecter "Swamiji", et quand vous ne vous respectez pas vous-même, vous ne pouvez pas témoigner du respect à Swamiji.

Ce que les autres disent ne fait aucune différence; c'est vous qui devez soupeser, mesurer et décider.
Voyez l'autre comme il est, voyez exactement quelle est  votre relation avec lui et agissez en conséquence. Le résultat sera que vous ne vous insulterez pas vous-même et que vous n'insulterez pas l'autre.
Et la preuve en sera la relation entre les deux qui restera correcte et juste. Vous ne vous sentirez pas heurtée et vous serez heureuse.
Quelle en est la raison?
D'abord vous avez vu la vérité, à savoir que "deux sont différents".
Chacun fait et fera ce qu'il lui plaît, vous ne pouvez pas vous attendre à ce que l'autre fasse ce qui vous plaît.
Si vous êtes capable de travailler durement huit heures par jour et si vous êtes contrariée parce qu'une autre personne n'est pas capable de le faire, qu'est-ce que cela implique?
Que vous voulez vous voir à la place des autres partout.   Mais ce n'est pas vrai.   Alors tous vos instruments de mesure sont détraqués et, par conséquent, vous vous êtes sentie affligée, malheureuse, effrayée, etc...  Pourquoi?  Parce que vous n'avez pas pris la peine de voir que vous êtes vous, qu'il est lui, qu'elle est elle, que ceci est ceci, que cela est cela, que tous, bien sûr sont différents: vous n'êtes pas lui ou elle, il ou elle n'est pas ceci, ceci n'est pas cela. Si vous voulez peser chaque chose avec le même poids, cela ne fonctionne pas du tout.
A cause de ceci vous n'avez pas pu témoigner le respect approprié à chacun.Quand vous voyez quelqu'un comme il est réellement, vous le respectez : tandis qu'en attendant d'une autre personne qu'elle agisse comme cela vous plaît, vous vous manquez de respect à vous -même, vous manquez de respect envers l'autre personne aussi: bien sûr, en conséquence vous manquez de respect envers Swamiji.
Si vous découvre la vérité, si vous êtes capable de mesurer la vérité, si vous pouvez témoigner du respect et agir conformément à cela, vous ne manquerez jamais de respect envers Swamini.
Ceci est simple et si facile, Mâ. N'ayez pas peur : ne soyez pas troublée.

Quand vous êtes une mère, vous êtes seulement une mère, vous n'êtes pas une épouse et vous ne vous comportez pas comme une épouse.
Quand vous êtes une épouse, vous ne vous comportez pas comme une mère; quand vous êtes une fille, vous n'êtes ni une mère ni une épouse.
Toutes sont différentes.
L'honneur et le respect sont fondés sur le maintien de l'équilibre correct et sur la prise en compte de tous les facteurs!

Le deshonneur et l'irrespect sont causés par le fait d'agir différemment.
Chacun est comme il est, et non comme vous voudriez qu'il fût.

-La vérité du Bonheur- Swami Prajananpad
Repost 0
21 mars 2007 3 21 /03 /mars /2007 08:10

Le vieil homme et Ahmed
Un vieil Arabe vit depuis plus de 40 ans à Chicago .
Il aimerait bien planter des pommes de terre dans son jardin mais il est tout seul, vieux et trop faible.
Il envoie alors un courriel à son fils qui étudie à Paris pour lui faire part de son problème :

"Cher Ahmed, je suis très triste car je ne peux pas planter des pommes de terre dans mon jardin. Je suis sûr que si tu étais ici avec moi tu aurais pu m'aider à retourner la terre.
Je t'aime, ton Père."

Le lendemain, le vieil homme reçoit un courriel :

" Cher Père, s'il te plaît, ne touche surtout pas au jardin ! J'y ai caché la "chose".
Moi aussi je t'aime. Ahmed."

A 4 heures du matin arrivent chez le vieillard l'US Army, les Marines, le FBI, la CIA et même une unité d'élite des Rangers. Ils fouillent tout le jardin, millimètre par millimètre et repartent déçus car ils n'ont rien trouvé.
Le lendemain, le vieil homme reçoit un nouveau e-mail de la part de son fils:

Cher Père, je suis certain que la terre de tout le jardin est désormais retournée et que tu peux planter tes pommes de terre. Je ne pouvais pas faire mieux.
Je t'aime, Ahmed."





=Ah! les clichés...  N'avons-nous pas des idées toutes faites sur des situations, des personnes, des religions etc... et même des Maîtres...

Et si nous laissions tomber toutes ces barrières et que nous prenions la vie à bras le corps, pour aimer tout simplement...
Repost 0
19 mars 2007 1 19 /03 /mars /2007 20:16

 

Le "sage" rapportait à un groupe d’élèves que la bonne action la plus profitable consistait à prier pour ses ennemis, et qu’en les maudissant (comme le fait le commun des mortels), on se faisait beaucoup plus de mal à soi qu’en les bénissant.
Un des élèves avoua ne pas comprendre, puisqu’une malédiction bien visée pouvait détruire un ennemi.

Alors il utilisa la parabole des oiseaux blancs et noirs :

"Imaginez, dit-il, deux murs face à face, chaque mur étant percé d’une multitude de petits trous où nichent des oiseaux noirs et blancs.
Les premiers sont nos mauvaises pensées ou paroles, les deuxièmes nos bonnes pensées ou paroles.
Les oiseaux, comme les trous, ont des formes légèrement différentes :
les noirs ne peuvent entrer que dans les trous noirs, les blancs ne nicher que dans les trous blancs."

Puis il imagine deux hommes qui se considèrent comme ennemis, Ali et Youssouf.
Un jour, persuadé qu’Ali fomente du mal contre lui, Youssouf lui décoche une mauvaise pensée.
Par cet acte, il lâche un oiseau noir, qui libère du même coup un trou de la même couleur.
La "pensée-oiseau" noire de Youssouf s’envole vers le mur d’Ali, à la recherche d’une niche noire inoccupée, adaptée à sa forme.
Imaginons maintenant qu’Ali n’a pas répliqué en envoyant une mauvaise pensée (oiseau noir).
Donc aucune niche noire ne sera libre. Ne trouvant d’endroit où nicher,
l’oiseau noir de Youssouf reviendra vers son trou d’origine, ramenant le mal dont il était chargé.
N’ayant pas réussi à faire de mal à Ali, il en fera à Youssouf, car le mal ne reste jamais inactif, même (et surtout) à l’égard de celui qui lui donne naissance.

Si par contre, Ali rentre dans le jeu de son adversaire présumé
(car tout ceci se déroule au niveau subjectif, dans l’imagination des deux hommes), et émet lui aussi une mauvaise pensée, il libère du même coup un trou noir dans lequel
l’oiseau noir de Youssouf pourra se loger et déposer une partie de la charge de mal dont il est porteur.
Dans le même temps, la pensée agressive d’Ali se sera envolée vers le mur de Youssouf et aura déposé sa charge de haine dans le trou libéré par l’oiseau noir de Youssouf.
Ainsi les deux oiseaux noirs auront atteint leur but et contribué à détruire la personne à laquelle ils étaient destinés.

Mais, ajouta le sage, une fois leur tâche accomplie, ils reviendront chacun à leur nid d’origine, car il est dit :
« toute chose retourne à sa source ».
Le mal dont ils étaient chargés n’étant pas épuisé, ce mal se retournera contre leurs auteurs.

L’auteur d’une mauvaise pensée, d’un mauvais souhait ou d’une malédiction
est donc atteint à la fois par l’oiseau noir de son ennemi et par son propre oiseau noir.

La même chose se passe bien sûr avec les oiseaux blancs.
Si quelles que soient les circonstances, nous n’envoyons que de bonnes pensées, des bénédictions, alors même que notre ennemi nous envoie juste le contraire, ses oiseaux noirs ne trouveront pas où se loger,
et nos oiseaux blancs reviendront à nous, renforcés et stimulés par l’exercice qu’ils auront eu en volant dans les cieux souvent agités de la pensée humaine.
Mais les oiseaux noirs de notre opposant retourneront au plus vite chez leur expéditeur.

« Ainsi, si nous n’émettons que de bonnes pensées, aucun mal, aucune malédiction ne pourront jamais nous atteindre dans notre être.
C’est pourquoi il faut toujours bénir ses amis et ses ennemis.
Non seulement la bénédiction va vers son objectif pour y accomplir sa mission d’apaisement mais encore elle revient vers nous, un jour ou l’autre, avec tout le bien dont elle était chargée ».

C’est pour cela qu’aimer inconditionnellement est l’activité la plus importante dans tout l’univers, la plus apte à produire le bonheur le plus profond!
Si le fond de notre être est amour, alors aimer est simplement l’expression la plus authentique, la plus naturelle de notre identité profonde.
Et ce faisant, nous découvrons que c’est aussi un merveilleux chemin vers le bonheur, la santé et la plénitude totale.

 

 
Paroles d’un sage africain contemporain : Tierno Bokar.
Source: Extrait du livre de Pierre Pradervand
aux éditions Jouvence : « vivre sa spiritualité au quotidien »

 
Repost 0
12 mars 2007 1 12 /03 /mars /2007 19:59


     
Un jour, quatre compagnons de voyages s'arrêtèrent à une mosquée pour faire leurs prières de l'après-midi. Ils firent leurs ablutions et, la tête inclinée, se préparèrent à prier.
Lorsque le muezzin apparut, l'un d'eux laissa échapper une question qui le travaillait intérieurement:
 "O muezzin, avez-vous déjà fait l'appel à la prière ? Peut-on commencer ?"

Sur ce, l'un des autres hommes, incapable de se retenir, se tourna vers le premier et lui dit:
 "Hé, tu as parlé à voix haute, et ainsi annulé ta prière, imbécile."

Le troisième se tourna alors vers le second. Secouant la tête avec dégoût, il corrigea son compagnon,
 "O oncle, comment peut-tu lui crier dessus de la sorte ? Soigne-toi donc, médecin! Apprends d'abord à te comporter correctement avant de donner des conseils aux autres."

Après qu'il ait écouté tous ces propos, le quatrième homme sourie d'un air suffisant et se dit plus à lui-même qu'aux autres, mais cependant suffisamment fort pour que les autres entendent,
"Dieu soit loué que je ne sois pas tombé dans l'erreur comme ces autres fous."

Comme vous pouvez le constater, les prières de ces quatre voyageurs ont finalement été annulées. Et les trois donneurs de conseils ont été bien plus loin que  celui qui avait fait la faute initialement.

 Heureuse et satisfaite est l'âme de celui qui voit ses propres défauts plutôt que ceux des autres.

Lorsque quelqu'un trouve une faute dans une autre personne, cette personne souhaite ardemment voir cette faute en elle-même plutôt que chez les autres.

Bien que vous n'ayez pas cette faute en vous en ce moment présent, ne soyez pas trop sur de vous: peut-être serez-vous un jour remarqué pour cette même faute.
(Mesnevi, Livre II, lignes 3027-30)(soufisme)
 


J’ai souvent entendu mon Maître raconter cette histoire lors de stage de silence…  Ainsi, certaines personnes allaient répéter que je parlais ou que d’autres parlaient, et Lui qui sait tout leur racontait cette histoire…

Il est souvent idiot de penser que ce que les autres font nous ne le ferons jamais…  Qui peut dire ?    Nous pouvons nous trouver toutes sortes d’excuses, il n’empêche que ce troisième personnage n’est pas plus en silence que les autres…

Le VRAI silence, c’est l’arrêt du mental…  non pas voulu mais lorsqu’après avoir médité (pendant des années la plupart du temps) les pensées cessent d’elles-mêmes…

Alors comment savoir QUI est en Silence ?
Cette question devrait nous rendre plus tolérant quand nous y répondrons…  Toujours est-il qu’il vaut mieux éviter de juger les autres ou de les épier pour voir leurs fautes… 

N’est-ce pas un péché d’orgueil de se croire supérieur ?
Repost 0
3 mars 2007 6 03 /03 /mars /2007 07:54
    Deux rabbins, dans l'Allemagne nazie, font tout leur possible pour apporter aux juifs un peu de réconfort spirituel.
Pendant deux ans, bien que mourant de peur, ils parviennent à tromper leurs persécuteurs et célèbrent des offices religieux dans plusieurs communautés.

    Finalement les Rabbins sont arrêtés. Terrifié à l'idée du danger qui le menace, le premier ne cesse de prier. L'autre, au contraire, passe ses journées à dormir.

    "Pourquoi agissez-vous ainsi? lui demande le rabbin rempli de crainte.
    Pour ménager mes forces. Je sais que dorénavant je vais en avoir besoin.
    Mais n'avez-vous pas peur? Ne savez-vous pas ce qui nous guette?
    J'ai eu peur jusqu'au moment de notre arrestation. Maintenant je suis prisonnier, à quoi bon redouter ce qui est déjà passé? Le temps de la peur est terminé; à présent commence le temps de l'espoir."





-combien de fois avons-nous peur de nos peurs...  l'autre jour je parlais avec une jeune fille (16 ans) elle devait aller dormir chez une amie (mais elle n'aime pas aller dormir chez quelqu'un)... tout à coup en me parlant de cette amie et qu'elles iraient au cinéma etc... elle se met à pleurer... Je lui demande pourquoi elle pleure, n'es-tu pas heureuse d'aller dormir chez ton amie?  OUI, mais...   j'ai peur.... et je sais que j'ai peur d'avoir peur...

- parce qu'enfant elle avait voulue dormir chez une amie et que sa mère lui avait manqué le soir pour s'endormir... cette peur, ce manque est resté gravé en elle...  aujourd'hui, elle a pris conscience qu'elle avait peur d'avoir peur...  maintenant seulement elle va guérir de cette peur du passé... parce qu'en prenant conscience de cela, elle sait que c'est une peur de toute petite fille qui ressurgit, dans le présent cette peur n'a pas sa place...


Nos peurs sont ancrées dans le passé, mais quelques fois l'angoisse qu'elles génèrent est si puissante que nous ne pouvons voir qu'elles font partie du passé...  
on ne se débarrasse pas aussi facilement de la peur...
Repost 0
24 février 2007 6 24 /02 /février /2007 19:23

"Ecouter est peut-être le plus beau cadeau que nous puissions faire à quelqu'un...
C'est lui dire, non pas avec des mots, mais avec ses yeux, son visage, son sourire et tout son corps : tu es important pour moi, tu es intéressant, je suis heureux que tu sois là ...
Ecouter, c'est commencer par se taire.
Ecouter, c'est accueillir l'autre avec reconnaissance tel qu'il se définit lui-même, sans se substituer à lui pour dire ce qu'il doit être.
Ecouter, ce n'est pas vouloir que quelqu'un soit comme ceci ou comme celà, c'est apprendre à découvrir ses qualités qui sont en lui spécifiques.
C'est être ouvert positivement à toutes les idées, à tous les sujets, à toutes les expériences, à toutes les solutions, sans interprèter, sans juger, laissant à l'autre son espace et le temps de trouver la voie qui est la sienne.
Etre attentif à quelqu'un qui souffre, ce n'est pas donner une solution ou une explication à sa souffrance, c'est lui permettre de la dire et de trouver lui-même son propre chemin pour se libérer...
Ecouter, c'est donner à l'autre ce qu'on ne nous a peut-être jamais donné : de l'attention, du temps, une présence affectueuse."

Source : Texte anonyme trouvé au Mont Saint Michel
http://www.alliancespirite.org
Repost 0
21 février 2007 3 21 /02 /février /2007 07:32
Toutes sortes d'obstacles se dressent sur notre route
  
certains ne sont pas terribles. Ils sont justes inconfortables, ils prennent différentes couleurs, formes et saveurs...  mais les voyons-nous comme des obstacles?






                                          
D'autres demandent plus d'adresses... 
on connait le terrain, c'est un goût de déjà vu !!!












d'autres plus d'ingéniosités, il faut savoir se mouiller...







         



ou sauter!!!









                              






parfois attendre, il faut déblayer, nous avons besoin d'aide... Je ne suis peut-être pas le seul concerné... karma collectif?









                                 




quelques fois nous nous lançons des défis, nous partons à l aventure, nous explorons la nature... humaine...







En tous les cas, IL Y A TOUJOURS UNE SOLUTION DANS LE PROBLEME... et que serait la vie sans défi.





Bonne journée à tous...
Aditi
Repost 0