Présentation

  • : L'IMPORTANT C'EST D'AIMER
  • L'IMPORTANT C'EST D'AIMER
  • : Réflexions perso, Spiritualité, Peintures Photos, Poème, Paroles des Maîtres... , sagesse, spiritualité, connaissance, envol, beatitude, liberté, et tout ce qui fait de la vie un ART
  • Contact

LIVRE D'OR

http://www.swisstools.net/guestbook


 

 








J'ai fini mon livre

Vous pouvez le commander directement
sur : http://
www.lulu.com/content/3071277 

compteur
compteur

Recherche

divers

Un Maître se promenait avec un disciple. En chemin, il lui désigna une plante et lui demanda s'il en connaissait le nom.
- La belladone, répondit le disciple. Elle peut tuer celui qui en mange les feuilles.
-Oui, mais elle ne peut tuer celui qui se contente de l'observer, réliqua le Maître.
De même les désirs négatifs ne peuvent causer aucun mal si vous ne vous laissez pas séduire par eux.

c'est l'importance que l'on donne à la pensée négative qui peut nous nuire... l'observation la laisse passer.
 

L'AMOUR...

OM NAMO BAGHAVATE VASU DEVAYA




Quand je parlerais les langues des hommes et des anges,
si je n’ai pas l’amour,
je suis du bronze qui résonne ou une cymbale qui retentit.

Quand j’aurais le don de prophétie,
la science de tous les mystères
et toute la connaissance
quand j’aurais même toute la foi
jusqu’à transporter des montagnes,
si je n’ai pas l’amour,
je ne suis rien.


Et quand je distribuerais tous mes biens pour la nourriture des pauvres,
 quand je livrerais même mon corps pour être brûlé,
 si je n’ai pas l’amour,
cela ne me sert à rien.

L’amour est patient, l’amour est serviable, il n’est pas envieux ;
 l’amour ne se vante pas,
il ne s’enfle pas d’orgueil,
il ne fait rien de malhonnête,
il ne cherche pas son intérêt,
 il ne s’irrite pas, il ne médite pas le mal,
il ne se réjouit pas de l’injustice, mais il se réjouit de la vérité,
 il pardonne tout, il croit tout, il espère tout,
il supporte tout.

L’amour ne succombe jamais.
Que ce soient les prophéties, elles seront abolies ;
les langues, elles cesseront ; la connaissance, elle sera abolie.
 Car c’est partiellement que nous prophétisons ;
mais quand ce qui est parfait sera venu, ce qui est partiel sera aboli.

 trois choses demeurent :
la foi, l’espérance, l’amour ;
 mais la plus grande, c’est l’amour.

Recherchez l’amour

12 avril 2017 3 12 /04 /avril /2017 08:50

LES 6 OBSTACLES A LA PRATIQUE

Verset 15 du Hatha Yoga Pradipika.

L’excès de nourriture, le surmenage, le bavardage, l’adhésion à des règles, la compagnie des gens banals, et l’instabilité mentale sont les six causes qui détruisent le Yoga.

Yoga signifie Union de deux forces d’énergie, mentale et prânique, circulant dans les deux Nadis ou trajets énergétiques que sont Ida et Pingala .
Habituellement, ces deux forces s’alternent et seules les pratiques de yoga (pranayama, asanas, dhyana, etc) permettent d’éveiller le canal central la Sushumna Nadi afin que la kundalini y circule. 
C’est alors l’éveil de la conscience supérieure.

Si le mental et le corps ne fonctionnent pas en harmonie, il y a alors scission entre ces deux rythmes et la maladie s’installe. Le pouvoir spirituel diminue.

Quand un Sadhaka (c’est à dire un pratiquant de yoga) cherche à unifier ces deux forces, il doit éviter les activités qui gaspillent l’énergie et distraient le mental.

• Trop manger par exemple, constitue un des premiers obstacles, le corps s’alourdit, les toxines s’installent, le système énergétique se bloque.
La pratique régulière à un effet " purificateur " et vous passez le temps à éliminer les toxines et la maladie. Les progrès seront plus rapides.
• De même, le Yogi doit éviter de surmener son corps et son mental par une activité physique ou intellectuelle trop intense. L’une ou l’autre peut là encore entraîner un déséquilibre dans cette paire des forces énergétiques et entraver la progression. Le Yogi doit conserver et augmenter sa réserve d’énergie à des fins spirituelles et il ne doit pas la gaspiller à effectuer des tours de force physiques ou mentaux inutiles.
• Parler (ou trop parler) est également l’art de dissiper l’énergie vitale et gaspiller un temps précieux qui pourrait être utile au travail de l’éveil de la conscience. 
Commérages, vaines discussions, critiques n’aident pas notre âme à s’éclairer. Les personnes de pratiques " grossières " vont plutôt entraîner le pratiquant dans des vibrations négatives par leurs influences.
• Adhérer à trop de codes sociaux sans esprit indépendant, à des rites sociaux ou religieux trop stricts, peuvent entraver le progrès spirituel. 
La pratique spirituelle ne dépend pas des mœurs sociales et des pratiques religieuses. 
Le Yoga a pour but d’élargir la conscience non pas de la limiter. Un yogi doit avoir un esprit libre et ouvert.
• Ne pas être familier avec tous, mais servir et aider son prochain, sans attendre le fruit de ses actes, voilà la juste attitude.
• Un mental instable est également un obstacle sur le chemin du yoga. Si on est incapable de rester un certain temps plus ou moins long dans une posture, on a une pratique indécise.
Souffrir d’un déséquilibre mental, physique, émotionnel et psychique fait disperser l’énergie.

Swami Satchidananda

Vous devez apprendre à rester immobile (Kaya Sthairyam) quand vous écoutez, vous méditez, vous discutez, afin de renforcer votre mental et votre corps.

L’instabilité va de pair avec une volonté défaillante.

L’inconsistance et l’irrégularité entraînent un déséquilibre dans le corps. Le yoga nécessite un esprit ferme et un corps stable.

Le TANTRARAJA TANTRA mentionne quant à lui six autres obstacles qui s’entremêlent avec les obstacles ci-dessus du Hatha yoga et qui ont une portée plus générale pour l’attitude intérieure.

KAMA LE DESIR SENSUEL
KRODHA LA COLERE
LOBHA LA GOURMANDISE
MOHA LA PASSION IRRAISONNEE
MADHA L ORGUEIL
MACHARYA L ENVIE

"L’enthousiasme, la persévérance, le discernement, une foi inébranlable, le courage, éviter les gens " grossiers et banals " sont les six causes qui apportent le succès dans le yoga".

(Que vous soyez dans une ville ou dans un ermitage, rien ne vous empêche d’appliquer ces principes, que vous soyez chef de famille ou yogi.

Ils sont les moyens d’éviter bien des problèmes...

 
 
 
Repost 0
12 avril 2017 3 12 /04 /avril /2017 06:49

La liberté de croire ou de ne pas croire est l'une des contributions formidables d'Adiyogi à la culture spirituelle du monde.

 

Sadhguru

Repost 0
28 février 2017 2 28 /02 /février /2017 09:23

 

Cher Gurudev, est-ce bien si je m'abandonne à vous en tant que mon maître, mais que je prie Jésus en même temps? N'est-ce pas comme être assis entre deux chaises ?

Sri Sri Ravi Shankar:

Non, ne vous inquiétez pas. En fait, ce mot "abandon" doit être supprimé du dictionnaire, il a été si abusé et mal compris. Vous vous détendez, c'est assez bien. Détendez-vous avec cette connaissance et la foi que vous êtes pris en charge! C'est cet état le plus détendu et heureux qui est appelé abandon. Sinon, nous nous efforçons de nous abandonner; À qui s'abandonner, où s'abandonner, comment s’abandonner? Et qu'est-ce que vous devez abandonner? Vous n'abandonnez pas vos bonnes qualités, n'est-ce pas? C'est ce que vous êtes, donc vous n'avez pas besoin de les abandonner. Vous devez abandonner ou céder ce dont vous n'avez pas besoin, et quels sont-ils? Qualités négatives, tendances négatives et pensées négatives, que vous ne voulez pas avoir! Et si c'est ce que vous appelez abandon alors c'est bon! Faites-le tous les jours, autant que vous le pouvez! Mais aussi, réveillez-vous et voyez; Ni les qualités positives ni négatives ne sont à vous! Elles viennent et vont!

Vous ne vous accrochez pas à une voiture qui passe devant votre maison et vous dites: «Je vais pousser cette voiture, elle est à moi!» De même, les pensées sont comme des voitures dans la rue, elles ne vous appartiennent pas, elles Se déplacent toutes seules, et elles s'en vont. Si vous dites: «D'accord, j'abandonne cette voiture, le prochain camion» (rires); Si c'est votre façon de s'amuser, vous pouvez vous amuser.

La nature sait que ces pensées ne sont pas les vôtres. Quand vous dites que vous renoncez à cette voiture, la nature s'amuse. L'univers a beaucoup de plaisir avec les gens qui essaient de s'abandonner . Détends-toi!

Vous avez la plus belle connaissance ici, et il n'y a pas non plus de conflit. Tout le monde est là; Jésus, Bouddha, Krishna, ils ont tous un bon pacte entre eux. Tout comme l'euro existe en France, en Italie, en Allemagne et en Grèce, il en est de même, il ya un bon pacte entre ces maîtres; Quelle que soit la forme ou le nom que vous voyez, tout va à la même source.

Repost 0
20 juillet 2016 3 20 /07 /juillet /2016 18:09

Hier, vous avez parlé de donner par rapport à vouloir recevoir. Depuis l’enfance, nous sommes entourés d’exemples de « de vouloir toujours plus, plus d’argent, plus de connaissance etc… On nous enseigne aussi de demander plus à Dieu dans nos prières. Je suis fatigué de toujours demander. Comment puis-je sortir de cette situation de « demandes » ?

Vous l’avez déjà fait en disant que vous êtes fatigués de demander. Détendez-vous. Même sans demander on vous a donné. Vous ne demandez que lorsque vous n’avez pas confiance dans ce que vous obtiendrez. Je n’ai jamais rien demandé à mes parents, ils se demandaient pourquoi je ne demandais rien. Je savais que quand ils donnaient quelque chose à ma sœur, il me donnerait aussi à moi ! Je pensais de toute façon je l’aurai aussi alors à quoi bon demander ? Aussi j’avais cette confiance que ma mère et mon père me donneraient aussi. Donc, à quoi bon demander ? Ou alors vous avez confiance parce que quand vous avez demandé et vous avez obtenu ce que vous vouliez. Ne pensez pas qu’il suffit de demander pour recevoir. Mais ne vous sentez pas coupables de demander !

Gardez une chose à l’esprit : Soyez spontané.

  • La clarté de l’esprit, la pureté du cœur et la spontanéité dans l’action. Si vous sentez qu’il vous faut demander, demander, si vous n’avez pas envie de demander, alors ce n’est pas nécessaire de le faire... Vous n’êtes pas obligé de vous asseoir et de ressasser, ça vous fait perdre votre spontanéité, votre sens intérieur, et le moment présent.
Repost 0
8 juillet 2016 5 08 /07 /juillet /2016 07:13

la Sagesse de l'Inde

Le gourou voit le disciple tel qu'il est: mouvante manifestation de l'être total et unique. Le disciple, dont la perception est déformée par ses jugements, ses émotions, ses sympathies et antipathies, les projections de son inconscient, ne peut avoir du gourou qu'une vision fragmentaire, faussée par l'intensité de ses craintes, de ses obsessions, de ses demandes multiples et contradictoires.
c'est à travers le miroir déformant de son mental qu'il "interprète" le comportement du Sage: "il m'apprécie, il me rejette, il m'ignore, il me préfère un tel, il est jaloux" etc... Et c'est un gourou presque entièrement imaginaire dont il suit l'enseignement, (et parfois dont il rejette l'enseignement,aditi)
Or tel est justement l'un des objectifs essentiels de tout cheminement spirituel: réussir à dissiper les nappes de brouillard fantasmatiques enveloppant tous nos contacts et toutes nos expériences, afin de voir simplement ce qui est.

"dans l'état d'ignorance, le chercheur ne voit que son reflet dans le gourou, ainsi, le gourou est jaloux si l'on est jaloux, le gourou est menteur si l'on est menteur, si l'on est colérique alors le gourou l'est aussi, " etc... alors en se justifiant le chercheur ne prête au gourou que SES propres pensées. " Aditi

Repost 0
12 juin 2016 7 12 /06 /juin /2016 10:32

IMPACT DES EMOTIONS NEGATIVES

Les émotions négatives créent la frustration, le désordre dans notre esprit, et dans le rythme cardiaque, et affecte le corps. Alors que les émotions positives créent l’harmonie, la cohérence, des pensées claires…

PEUR DE LA MORT

tout le monde a peur de mourir, peur de laisser derrière soi les enfants, les parents…

Cependant, il y a une chose extrêmement importante pour tout chercheur de vérité, c’est de prendre conscience que l’on va mourir. Quand ? on ne le sait pas…

Lorsqu’un ignorant prend conscience que sa vie se terminera, qu’il va quitter cette terre, donc mourir, il dit : il faut que je profite un maximum de la vie, des plaisirs, sans voir que certaines choses alourdiront leur prochaine vie, alors ils font tout et n’importe quoi… Ils ne vont pas à l’essentiel car ce qui est essentiel pour eux c’est de vivre leurs désirs.

Lorsqu’un chercheur prend conscience qu’il n’est pas éternel, alors il ne veut plus perdre de temps à faire n’importe quoi, il fait le tri dans ce qu’il veut faire… il prend conscience des priorités de sa vie, il va à l’essentiel. Et, l’essentiel n’est pas l’accomplissement de tous les désirs et plaisirs qui lui passent par la tête, une vie saine, un corps sain, des pensées positives, l’acceptation de ce qui se présente dans l’instant et qui nous amène à plus d’intériorité, plus de joie…

L’ignorant aime les plaisirs éphémères, ceux qui ne le satisfont pas et qu’il recherche encore et encore.

Le chercheur aime la vie, pour ce qu’elle est, une manifestation de beauté et de joie… bien sur la vie n’est pas toujours belle, les guerres, les famines, les inondations, les catastrophes etc… tout cela n’est pas beau et ne peut en aucun cas laisser le chercheur indifférent.

Dans ces temps troubles, nous voyons les riches s’enrichir au détriment de l’humanité ! le chercheur se questionne et agit, en fonction de ce qu’il lui est possible, pour les autres, l’entraide, les dons financiers ou autres, un sourire à celui qui n’a pas de toit, on ne zappe pas l’humanité et l’on fait suivant nos possibilités !

Le chercheur est reconnaissant de ce que la vie lui offre, la nature tout ce qui n’est pas touché par l’homme et d’une beauté inouïe, non ?

Ce qui donne de la profondeur à la vie, c’est cette conscience que nous sommes tous interconnectés, tous mortels et nous en premier. Et bien sûr en tant qu’humain il nous arrive de nous soucier pour nos enfants, nous pouvons avoir parfois des peurs, mais en tant que chercheur, nous savons car c’est profondément enraciné que ça ne sert à rien, alors les soucis, les peurs ne font que passer sans laisser de traces. Non, nous ne pouvons pas être indifférent à ce qui est.

Toute pensée négative que nous nourrissons, nous perturbe physiquement, psychiquement,

nous éloigne du but. Cette peur présente chez beaucoup d’humains, de ne pas avoir de compagne ou de compagnon, à quoi sert-elle, sinon à mettre encore plus de stress, plus de peur…

La course à « une moitié » qui est l’autre sexe, ou le même sexe, nous affaiblit.

Soyez assurés que si vous devez rencontrer quelqu’un cela se fera, vous n’avez pas besoin de courir, c’est ainsi. Rien de ce qui est prévu pour nous ne nous sera enlevé… Détendez-vous dans cet espace (la foi, la profondeur, le silence) et laissez la vie être.

Notre vie est un livre où nous écrivons à chaque instant notre avenir…

Ps : ne vous méprenez pas, vous ne rencontrerez pas forcément quelqu’un qui passera sa vie avec vous, il y aura des rencontres éphémères, des ruptures affligeantes, ou violentes… tout cela est votre héritage des vies antérieures et même de cette vie, parfois.

Une relation se termine, bien, que m’aurait réservée celle-ci dans le futur ?

Aditi12/6/16

Repost 0
3 mai 2016 2 03 /05 /mai /2016 06:00

Les « Connaissances Spirituelles », non intégrées, non comprises deviennent un fardeau, pour soi et pour les autres… Nombre sont ceux qui s’enferment dès lors dans LEUR monde d’illusions. Se croyant sages, ils glissent lentement vers la dépression sans en être conscient. Comment les aider à comprendre leur erreur ? Je doute que l’on puisse tant qu’eux-mêmes ne doute pas de leur pratique. Ainsi, ne doutant pas de leur mental, ils s’éloignent des humains, se pensent très justement sur le chemin de la libération !

Lors après avoir tenté maintes et maintes fois des les « réveiller » de leur torpeur, et alors qu’ils pensent que Vous êtes dans l’erreur, que vous êtes incapable de les comprendre… Il ne reste qu’une chose, la compassion, la prière… Prier pour que l’UN les délivre… l’UN c’est la grâce, c’est la fulgurante compréhension qui éclaire enfin l’esprit perturbé…

Quand la Connaissance vous éloigne, vous enferme, alors votre entourage sait que vous êtes tombés dans les filets de Maya.

La Vie est « partage, quand le « partage » n’existe pas, vous êtes enfermés dans votre monde. Vous êtes souffrants et bien malgré vous, vous faites souffrir ceux qui vous entourent.

La Vie est Interdépendance, comment être pleinement heureux, si à vos côtés quelqu’un est malheureux.

OM Namah Shivaya - Aditi

Repost 0
11 avril 2016 1 11 /04 /avril /2016 07:14

DEPENDRE TOTALEMENT DE DIEU.

Une belle histoire dans les anciennes écritures saintes de l’Inde, le Mahabharata enseigne clairement ce qu’on entend par « un abandon total au Divin ».

Une belle princesse nommée Draupadi à été conduite à la cour du Roi. En ce temps là, quand vous vouliez montrer que vous aviez eu la victoire sur quelqu’un, vous faisiez quelque chose qui nuisait à sa réputation. Le Roi a alors décidé de faire honte à Draupadi en lui faisant enlever son Sari. En faisant cela, il ruinerait la réputation du mari de Draupadi.

Un sari a 6 ou 7 mètres de tissu qui sont gracieusement enroulé avec des plis délicats autour de la taille ?

Le Roi se mit à tirer sur le sari de Draupadi, et bien qu’elle s’accrochait à lui fermement, il a réussi à enlever un tour du Sari. Draupadi était effrayée, elle pria Dieu sous la forme de Krishna « Krishna, Krishna… » mais ses cris restaient sans réponse. Dans une minute, son sari serait retiré. Sa force était bien moindre que celle du Roi. Prenant conscience de la situation dans laquelle elle se trouvait, elle pensa « c’est le dernier tour de mon sari ; si je le perds je serai condamnée. »

À ce moment là une grande prise de conscience est venue en elle. « Que puis-je faire ? Je ne peux pas faire davantage pour moi. Krishna, si vous voulez me mettre dans cette honte, je l’accepte. Je te fais confiance totalement, ma vie est entre tes mains. »

Sur ce, elle lâcha son sari et cria « Krishna ». Draupadi était là appelant Krishna en pleurant, alors que le Roi impitoyablement tiré sur le dernier tour du sari. Mais après ce dernier, il y en eut un autre et encore un autre, il semblait que le sari n’avait pas de fin. Le tissu n’en finissait pas de venir. Le roi compris que cela venait de quelque part. Il était épuisé de tirer sur un tissu qui n’avait pas de fin.

Draupadi était sauvée.

Cette histoire illustre une grande vérité. Même Dieu, ne peut venir vous aider tant que vous avez foi en votre propre force. Si vous n’êtes pas totalement « abandonné » à Lui, il ne peut rien faire. Il dit : « ok, vous avez encore de la force, alors pourquoi ne prendriez vous pas soin de vous-même. »

Un abandon total signifie tout donner à Dieu et dépendre entièrement de Lui.

OM Shanti, Shanti, Shanti.

Commentaire Aditi :

En fait c’est la démonstration de votre « libre arbitre », vous pensez que vous êtes suffisamment intelligent, fort etc… et vous faites le choix de conduire votre vie.

Et les choix que vous faites amènent avec eux un lot de difficultés qui se nomment alors le Karma. Ces actions accomplies à partir de vos propres pensées, sont parfois bien et parfois ne donnent pas les résultats escomptés, elles amènent leur lot de souffrance.

Si nous comprenons l’essentiel qui est « TOUT EST CONSCIENCE, TOUT EST DIEU » et que nous ne sommes qu’un rouage dans cette grande mécanique, nous laissons tomber toutes nos résistances, celles qui nous font penser que nous savons mieux que… etc… et nous nous abandonnons totalement à cette énergie qui ne nous veut que du bien… nager à contre courant est fatigant, épuisant parfois. Mais se laisser porter par lui, est reposant.

Cette énergie de vie est autour et en nous… c’est elle qui nous mènera là où notre vie doit se manifester dans sa totalité, soit, notre Dharma… ce qui est bon pour nous.

Mais, pensons nous que cette énergie est toute puissante ?

Que c’est grâce à elle que nous sommes maintenus en vie… que nous croyons, que nous sommes tout puissant…

cette conscience, cette énergie, que nous appelons Dieu, ou la vie… joue avec elle-même, c’est pourquoi elle est les deux faces d’une même pièce… Il n’y a pas une pièce blanche et l’autre noire, non, il y a d’un coté le blanc et l’autre face est noire. Et ce sont ces deux faces contraires qui permettent le jeu et le Je.

Notre pensée est obligatoirement limitée, puisqu’elle s’appuie sur du connu. Nous cherchons dans notre base de donnée, consciemment ou inconsciemment les solutions aux problèmes. En lâchant prise, en ne nous accrochant pas à notre mental, donc, à notre égo… une profonde détente s’installe et c’est l’ouverture à l’inconnu, cet inconnu qui détient la vérité, et les solutions… ou pas de solution parce que vous avez mal posé le problème et qu’il ne peut être solutionné. Dans cette profonde détente l’intuition surgit…

L’égo est trompeur, il nous fait croire que c’est Nous et nous seul qui peut trouver la solution.

Dieu joue à cache cache avec lui-même.

Repost 0
9 avril 2016 6 09 /04 /avril /2016 16:33

Si vous n’êtes pas heureux avec vous-mêmes, alors vous ne pouvez pas être heureux avec es autres ! c’est pourquoi quand vous passez du temps dans le silence, et quelques fois en vous même, vous devenez satisfait à l’intérieur. Alors vous porterez de moins en moins attention à ce que les autres disent de vous, que ce soit des éloges ou des critiques.

L’important est de vous installer à l’intérieur un havre de paix et d’amour ! Quoique disent ou pensent les autres ce ne sont que des mots que le vent emporte. Ces paroles sans importances se dissolvent dans l’espace. Seul, l’espace intérieur, est important, il est reposant et vous donne la joie sans cause… Aditi

Repost 0
21 mars 2016 1 21 /03 /mars /2016 09:36

L’histoire du Silence

Un Maître était assis avec quatre disciples en face de lui. Ils étaient tous très instruits, ils avaient lu tous les Védas, les Upanishad et entendu tout ce qui était à entendre, mais ils ne pouvaient toujours pas réaliser la vérité.

Ils sont donc allés voir Dakshinamurty et lui ont demandé d’expliquer ce qu’est Brahman, (Dieu non manifesté).

Dakshinamurty était assis en silence. Après un certain temps, ils se levèrent et se prosternèrent : « Swamiji, nous avons compris ». Et ils s’en allèrent. Parce que Dieu peut seulement être expliqué, approché dans le Silence.

(Aucun mot ne peut réellement expliqué ce qu’est ou qui est Dieu, les mots ne sont que des concepts, dans le silence Dieu se révèle, et lorsque l’étudiant est connecté à son Guru ou au Guru, le Soi lui révèle ce qu’est Dieu, dès lors tous les noms, tous les mots que l’on donne à cette intelligence créative ne sont que des concepts. Et la plupart du temps, nous nous laissons abusés ou arrêtés par des concepts. La Vérité ne peut être « énoncée », elle peut seulement nous être révélée. Cette connexion ne peut se faire si notre esprit est perturbé ou éparpillé, voilà pourquoi la Méditation est importante, pour que nous puissions atteindre cette joie, ce bonheur, dont tous les Maîtres parlent mais qui restent pour la plupart des concepts… suivant ce que nous pensons du bonheur… le bonheur, la joie seront là inconditionnellement des événements extérieurs que nous soyons dans la tourmente ou non, en bonne santé ou malade. Ce bonheur, cette joie, n’ont en réalité rien à voir avec ce que nous connaissons, cela reste un mystère jusqu’à notre propre réalisation. Aditi)

Repost 0